L’enseignement

des langues et cultures de l’Antiquité

au collège Jean-Zay

 

LATIN

 

Enseignants responsables : Mme Gourribon et M. Cariou

 

Introduction :

Le Latin est une option proposée conformément aux programmes officiels en classe de 5°. Le terme d’option signale que cet enseignement peut être choisi par les familles, mais une fois choisi, il devient obligatoire.

 

I—Le Latin en collège en quelques mots :

Horaires :

2 heures en 5ème,

3 heures en 4ème et 3ème.

Pourquoi faire du latin ?

—Développement de l’esprit logique

—Développement de connaissances en français

—Culture générale

—Facilités d’orientation

Les difficultés :

—Horaire supplémentaire

—Travail régulier (mais réduit en quantité)

 

 

 

 

Visite du musée d’Aquitaine, 2007

 

II—Langue et culture de l’antiquité au collège Jean-Zay :


1—Horaires

L’enseignement est proposé en option facultative dès le niveau 5ème, et doit normalement se poursuivre jusqu’en 3ème.

En 5ème : 2 heures hebdomadaires

En 4ème et en 3ème : 3 heures hebdomadaires.

2—Contenu et méthodes :

L’option et ses contenus sont présentés à tous les élèves de 6° dans le cadre d’une ou plusieurs heures d’initiation par un des enseignants de latin.

Le cours se fonde sur l’enseignement de la langue et la découverte de la civilisation romaine.

Les groupes de latinistes sont généralement composés d’élèves provenant de différentes classes d’un même niveau (généralement deux groupes en 5ème, et un groupe en 4ème et en 3ème) ; l’effectif est souvent inférieur à celui d’une classe entière, ce qui permet un enseignement au plus près des besoins des élèves.

Le travail demandé n’est pas très long à réaliser, mais il doit être régulier. Il y a une phase de mémorisation (apprentissage par cœur) dont on ne peut faire l’économie : c’est sur cela que repose la progression de l’enseignement d’une langue qui n’est plus pratiquée à l’oral.

Tout cet enseignement participe, bien entendu, à la validation du socle commun, et favorise l’acquisition rapide et durable de certains items.

 

 


 

 

 


 

 

 

 

L’apprentissage de la langue :

En 5ème, l’apprentissage des notions est modeste, mais met en place les bases du fonctionnement de la langue.

En début de 4ème, on revoit les notions de 5ème, en les approfondissant, puis on poursuit le programme.

En 3ème, le niveau est un peu plus difficile, on va plus loin en grammaire en vue de la Seconde. L’étude des textes devient plus centrale : l’histoire littéraire, les commentaires de styles… préparent aux cours de français de lycée.

La civilisation :

En 5ème, on travaille plus particulièrement sur les origines de Rome, la vie familiale et les dieux ; en 4ème sur la société romaine et la religion sous la royauté et la république ; et en 3ème sur la fin de la République et sur l’Empire.

N.B. : de nouveaux programmes entrent en vigueur à la rentrée 2010 pour la 5ème, 2011 pour la 4ème et 2012 pour la 3ème.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite de la villa de Séviac, 2009
Exposition de maquettes au CDI, 2008

3—Pourquoi faire du latin ?


Pour développer ou améliorer :


L’ESPRIT LOGIQUE

—Le latin permet de développer des qualités logiques, à cause de la structure de la langue. Cela explique que de nombreux mathématiciens sont d’anciens latinistes.


LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES

—Les connaissances de grammaire et de vocabulaire français seront bien entendu fortement renforcées : une certaine dextérité grammaticale est vite acquise ; il faut aussi savoir que la français n’est rien d’autre que du latin qui a fortement évolué lors d’une histoire de 2000 ans (80% du vocabulaire français provient directement du latin)

—L’apprentissage des langues étrangères est facilité : toutes les langues romanes (espagnol, italien, portugais…) trouvent leur origine dans le latin ; les langues à déclinaisons (allemand, russe…) sont plus facilement apprises si l’on maîtrise déjà un peu le latin.


LA CULTURE

—Des auteurs anciens (surtout en troisième) sont découverts : ils sont à la base de toute notre littérature moderne. Ce sont des auteurs d’une grande qualité qui ont résisté au temps.

—Du point de vue historique, une période rapidement vue en cours en classe de 6ème est largement étudiée : l’impact de la Rome antique sur notre civilisation. Le cours de latin permet, en outre, d’aller à la découverte du patrimoine antique régional.

—L’acquisition d’une culture générale est aussi un des points forts de cette matière : on aborde des thèmes aussi variés que la conception d’une maison romaine, les croyances religieuses (et le panthéon romain), le « cursus honorum », la philosophie…


LA CITOYENNETE

—En amenant les élèves à réfléchir sur la notion d’Etat et de citoyenneté dans la Rome antique, on débouche sur des problématiques contemporaines non seulement françaises, mais qui trouvent aussi des échos au niveau européen (facilitation de la construction d’une identité européenne).

—Dans une certaine mesure, l’observation du fonctionnement antique amène les élèves à développer une réflexion citoyenne : la place des étrangers, des esclaves et des femmes dans la société romaine ; le statut du citoyen ; les classes sociales ; …..


L’ORIENTATION

—Dans un court ou moyen terme, le latin peut être très utile : il permet d’obtenir des points pour le Diplôme National du Brevet (seuls les points au-dessus de la moyenne viennent s’ajouter, multipliés par trois, au total des points du contrôle continu) ; de même, si l’option est poursuivie jusqu’au baccalauréat, les avantages sont non négligeables (cf. ci-dessous).

—Dans la poursuite des études après le bac, de nombreuses écoles (classes préparatoires aux grandes écoles, HEC…) littéraires et scientifiques, favorisent fortement les dossiers d’élèves latinistes.


4—Activités


Une visite du musée d’Aquitaine (collections gallo-romaines) est généralement organisée pour les classes de 5ème.

Les élèves de 4ème et 3ème participent à une excursion de découverte du patrimoine local conformément à ce qui est préconisé dans les programmes officiels.


Notons qu’en 2009-2010, un élève latiniste du collège Jean Zay a été primé d’un Accessit au Concours Régional de Langues Anciennes organisé par L’ARELABOR (Association REgionale des Enseignants de Langues Anciennes de l’académie de BORdeaux).


5—Qui peut faire du latin ?

Cette option n’est pas réservée aux bons élèves ; elle demande seulement une certaine motivation : les élèves doivent se sentir concernés et prêts à fournir le travail nécessaire.

Certains élèves en fin de 6ème se montrent intéressés par l’option, mais en 5ème ne sont plus prêts à fournir d’efforts : il convient donc de bien leur présenter les avantages et les inconvénients d’une option (…toute option demande des efforts personnels).



 

 

 

 

 

 

Visite de l’Amphithéâtre de Saintes, 2008

III—Les langues et cultures de l’Antiquité au lycée :


Pourquoi continuer le latin après le collège ?


Après les trois ans de collège, les connaissances de latin demandent à être approfondies jusqu’au baccalauréat : ce n’est qu’alors que les connaissances acquises pourront être durablement exploitées tout au long de la vie.


C’est aussi la seule option proposée au collège qui puisse être continuée au lycée :

—en tant qu’enseignement d’exploration ou qu’enseignement facultatif en classe de seconde (3 heures hebdomadaire),

—en tant qu’enseignement spécifique en série première L ou facultatif en classe de première ES, L et S (3 heures hebdomadaires dans chaque cas).


L’orientation professionnelle est aussi en partie influencée par le choix de cette option :

Après une série L ou ES, on peut se diriger vers les métiers de la culture, les métiers du livre et des bibliothèques, concours des collectivités territoriales, métiers du journalisme, métier d'enseignant, etc.

Le latin est également utile pour les élèves de la série S qui se destinent aux études supérieures en sciences, médecine, droit, etc. 

* Dans tous ces cas, le latin est un véritable atout.


Les Lycées de Bordeaux et Lormont proposant cet enseignement :


Lycée Elie-Faure, Lormont (latin)

—Lycée François-Mauriac, Bordeaux-Bastide (latin)

 

—Lycée Montaigne, Bordeaux (latin et grec)

 

—Lycée Magendie, Bordeaux (latin et grec)

 

Lycée Camille-Jullian, Bordeaux (latin et grec)

 

—Lycée Montesquieu, Bordeaux (latin et grec)

 


 

 

 

 

 

Rédacteur : Y.C., octobre 2010


Atelier de fouilles au Moulin du Fâ, 2008
Retour