Le Chevalier Jean Charles de BORDA

Le cercle de Réflexion

 

83s.jpg (23233 octets)

Le cercle de réflexion de Borda fabriqué par E. Lenoir

Paris, fin du XVIII siècle

diamètre 30 cm

Musée d'astronomie de Bologne (Italie)

<<  Cliquer sur l'image pour voir une photo agrandie

Au milieu du 18ème siècle, l’astronome allemand Johann Tobias Mayer (1723-1762), pour mieux mesurer les angles inventa cet instrument qui est constitué d’une couronne de 360°, utilisé pour la navigation et pour faire des plans d’arpentage. En 1787, le chevalier de Borda (1733, 1799) perfectionna sa forme et ainsi donna son nom à cette couronne réfléchissante. Edward Troughton (1753, 1835) apporta des nouvelles améliorations, en utilisant trois bras indicateurs avec des verniers, ce qui permettait de faire trois lectures en trois endroits différents.

Etienne Lenoir fut l’artisan qui mit en pratique les inventions de Borda, en construisant de nombreux appareils pour réfléchir et reproduire des données. Il fournit ceux-ci à l’Etat français. Parmi ces instruments, le cercle répétiteur de Borda fut utilisé pour effectuer la mesure de l’arc méridien entre Dunkerque et Barcelone. Cette mesure servit à établir la longueur du mètre.

L’inventaire de Ceschi, en 1843, décrit le Cercle de réflexion de Borda, signé Lenoir à Paris, comme suit :

" Le cercle réfléchissant de Borda, fabriqué par Lenoir, 1 pied de diamètre. Ce cercle est gradué en 720 parties chacune subdivisée en trois. Les deux verniers, qui sont situés, l’un à la fin des règles en métal portant le télescope et un petit miroir, l’autre à la fin de celles portant le grand miroir, donne la 20ème part de la dernière subdivision du Cercle. Cet instrument est équipé avec :

 

une poignée en ébène décorée de métal, vissée à l’arrière de l’instrument
une petite lentille grossissante pour lire les divisions des filtres en verre différemment colorés avec des cardes en métal puis placés en face d’un grand miroir
différentes pièces métalliques utilisées pour régler l’appareil
un tournevis avec une poignée en ébène
un autre petit tournevis métallique pour faire tourner les vis de réglage des deux
miroirs.

Ce cercle de Borda est visible au Musée d'astronomie de Bologne (Italie)

 

Traduction réalisée à partir du site du Musée d'astronomie de Bologne par Claire PERRINE et Rosine PARDIES élèves de 1ère S6

 

 

Contacter le gestionnaire du site3dmail.gif (25129 octets)