cliquez pour revenir à l'accueil

iiouioouou hhhhhhh

banque d'images

"architecture"

musèe Gugghenheim - Bilbao

vous avez besoin d'images pour vos cours,cette page vous permet de consulter des images libres de droits car prises par des collègues

vous voulez ajouter des images, écrivez-nous :

dominique massabuau

françoise goirand

ggggggg
édito
 

architecture

design

nature

mode

expos

 

 
formations et instructions officielles
 
travaux d'élèves
 
 
actualités artistiques
   

Musèe Guggenheim - Bilba

architecte Franck O'Gerrhy

 

site officiel

http://www.guggenheim-bilbao.es/frances/home.htm

Ce site vous renseigne sur l'historique et la programmation du musèe.

 

L'architecture au service de l'art
L'édifice est composé d'une série de volumes interconnectés, les uns de forme octogonale et recouverts de pierre calcaire, les autres courbés, tordus et revêtus d'une peau métallique en titane. Ces volumes se combinent avec des murs en rideau de verre qui dotent de transparence tout l'édifice. En raison de leur complexité mathématique, les sinueuses courbes de pierre, verre et titane ont été conçues par ordinateur. Le verre utilisé dans le Musée Guggenheim Bilbao est traité de telle sorte que, tout en étant totalement translucide, il protège l'intérieur de la chaleur et des radiations. Quant aux panneaux en titane qui, comme des "écailles de poisson", revêtent de grands pans du bâtiment, ils ont une grosseur d'un demi millimètre et sont garantis pour durer cent ans. Dans son ensemble, le design de Gehry crée une structure spectaculaire et énormément visible en réalisant une présence sculpturale avec, en toile de fond le centre de Bilbao.

Un nouveau centre pour la cité
L'entrée principale du Musée se trouve au bout de la rue Iparraguirre, l'un des axes néuralgiques de Bilbao qui traverse toute la ville en diagonale comme un trait d'union entre le centre urbain et le musée. Le large escalier qui aboutit au vestibule du musée ne témoigne pas d' un design courant pour les bâtiments institutionnels -qui, normalement, présentent des escaliers ascendants pour en renforcer la solennité. Celui-ci, au contraire, résout avec succès la différence de hauteur qui existe entre la cote de la ria et celle de la partie centrale de la ville, ce qui rend possible un édifice de 24.000 m2 de surface et de plus de 50 m de hauteur, qui, cependant, ne dépasse pas en hauteur les constructions environnantes.


Une ville dans la ville
Une fois le vestibule franchi, le visiteur se retrouve dans l'atrium, qui représente l'un des traits les plus caractéristiques du design de Gehry. De la verrière zénithale en forme de "fleur métallique", surgit un flot de lumière qui illumine cet espace chaleureux et accueillant. De l'atrium on peut accéder à une terrasse couverte d'un auvent prenant appui sur un unique pilier en pierre, qui sert une double fonction, pratique et esthétique, et offre également une splendide vue panoramique sur la façade arrière du musée. La large volée de marches qui remonte vers la tour sculpturale conçue pour absorber et intégrer le Pont de La Salve dans l'ensemble architectural constitue également un accès public qui connecte les promeneurs avec le centre urbain.
Les trois niveaux de galeries que comporte l'édifice s'organisent autour de cet atrium central et s'interconnectent grâce à un système de passerelles curvilignes suspendues au plafond, d'ascenseurs vitrés et de tours d'escaliers. Une vision spectaculaire qui a été qualifiée de ville métaphorique, dans laquelle les panneaux de verre qui recouvrent le puits d'ascenseur évoquent les écailles d'un poisson qui bondit et se retord; quant aux passerelles qui remontent le long des parois intérieures, elles ressemblent à des autoroutes verticales tandis que les courbes de plâtre qui couronnent l'atrium suggèrent les nerfs moulés d'un dessin de Willem de Kooning. En définitive, tout un artifice de design architectural porté à ses plus extrêmes limites.


Un espace pour l'art

Le bâtiment dispose au total de 11.000 m2 d'espace d'exposition, espace distribué en dix-neuf galeries. Dix d'entre elles ont une forme octogonale d'aspect plutôt classique, identifiables de l'extérieur grâce à leur parement de pierre. Par contraste, neuf autres salles présentent une irrégularité singulière et s'identifient de l'extérieur par leur parement de titane et leur architecture. A partir d'un jeu de volumes et de perspectives, ces galeries permettent des espaces intérieurs énormes qui, toutefois, ne produisent aucun effet d'écrasement sur le visiteur. Les oeuvres de grand format trouvent leur place dans une galerie exceptionnelle de 30 m de large et de 130 m de long, libre de colonnes et au sol préparé avec un type de revêtement spécial apte à supporter le piétinement et le poids des oeuvres qui y sont logées. Cette galerie, vue de l'extérieur, traverse le Pont de La Salve par en-dessous et s'achève à son extrémité sur la tour qui feint d'embrasser le pont pour l'inclure dans l'édifice.
Toutes les salles jouissent d'un éclairage naturel en provenance de verrières zénithales qui permet de créer une ambiance naturelle et confortable. Il est important de souligner cependant que ces verrières n'ont pas pour mission d'éclairer les oeuvres d'art, dans la mesure où la lumière naturelle a des effets pernicieux sur elles; il est donc nécessaire d'en contrôler l'intensité à l'aide de tissus de protection qui adhèrent au verre. Un simple regard à cet extraordinaire édifice, aux mondes qu'il suggère, nous fait comprendre que nous nous trouvons face à une architecture radicalement nouvelle. Une technologie de pointe, des matériaux inusuels et des formes audacieuses se sont combinés pour ériger ce qui constitue déjà, sans aucun doute, le dernier grand musée de notre siècle.

 

Expositions futures

  • James Rosenquist : rétrospective
    13 mai - octobre 2004

  • Mark Rothko
    8 juin - 24 octobre 2004
  • Jorge Oteiza
    8 octobre 2004 - 9 janvier 2005
  • Michel-Ange et son temps
    15 novembre 2004 - février 2005
  • Un Picasso caché
    14 septembre - 13 novembre 2004

 

  • Expositions de 2003
  • Rubens et son temps trésors du musée de l'ermitage
    2 octobre, 2002-16 février, 2003

  • De Jasper Johns à Jeff Koons:
    quatre decennies d'art des collections Broad
    15 février - 17 septembre, 2003
  • Calder. La pesanteur et la grâce.
    18 mars - 7 octobre, 2003



Les cinq musées Guggenheim (New York - Bilbao - Venise - Berlin - Las Vegas)

http://www.guggenheim.org/

 

Photos du chantier et croquis d'études

http://www.archimetal.com/applications/batiments/guggenheim.htm


Autre site

http://www.bm30.es/proyectos/gugge_fr.html

 
ressources
 
 
profs
 
 
 
liens
 
 
forum
 

banque d'images