cliquez pour revenir à l'accueil

 

 

édito
 

CONTROLE EN COURS DE FORMATION (CCF)

Le contrôle en cours de formation (CCF) consiste à remplacer une épreuve ponctuelle terminale pour l'obtention du diplôme, par une ou plusieurs situations d'évaluation "certificatives" construites par les formateurs (enseignants et tuteurs en entreprise) au cours de la formation des élèves. La définition d'une épreuve sous forme ponctuelle ou sous forme de C.C.F. a pour objectif l'évaluation des mêmes compétences terminales. L'évaluation par C.C.F., tant dans ses aspects d'organisation que de vérification des acquis, est de la responsabilité des formateurs sous le contrôle des corps d'inspection. L'ensemble des situations donne lieu à une note correspondant à une épreuve ou à une unité. Cette note est proposée par l'équipe pédagogique au jury qui reste seul compétent pour arrêter la note finale. Pour le diplôme du baccalauréat professionnel (créé en 1985), le CCF a été mis en place en 1990.

Le contrôle en cours de formation est défini de façon générale pour tous les niveaux de formation dans la note de service n°92-332 du 12-11-92 publiée au B.O. n°44 du 19 novembre 1992 (pages 3605 et 3606).

Les sujets de C.C.F. doivent être clairement rédigé en respectant certaines règles méthodologiques. Ils doivent proposer une iconographie attrayante et appropriée. L'usage de l'infographie est fortement recommandée.

Il existe des grilles d'évaluation du CCF du CAP, BEP et Bac Pro. Ces évéluations sont organisées en deux ou trois situations d'évaluation. Elles indiquent les différentes capacités et compétences qui doivent être mise en jeu pour chacune des situations d'évaluation, ainsi que leurs coefficients.

 

Organisation du CCF

  • Le CCF en CAP

Les modalités d'évaluation de l'enseignement des arts appliqués ont été redéfinies en 2002 en même temps que celles de toutes les disciplines de l'enseignement général. Référez-vous aux textes ci-dessous :

     

  • Le CCF en BEP

L'évaluation s'effectue sur la base de deux situations d'évaluation pouvant donner lieu à plusieurs séquences d'évaluation. La note du C.C.F. proposée pour l'examen est la moyenne des deux notes obtenues affectées du coefficient 1. L'éducation esthétique étant une matière optionnelle pour le BEP, seuls les points au dessus de 10 sont pris en compte. Ils sont ajoutés au total des points des autres disciplines affectés de leurs coefficients respectifs avant le calcul de la note globale de l'élève. Il est recommandé de programmer la première situation d'évaluation en fin de seconde BEP, la seconde en terminale BEP, vers les mois d'avril ou mai.

 

"A partir de différents travaux réalisés : exploitation de documents fournis, réalisation de croquis succinctement commentés à l'écrit, mise en forme d'un dossier comprenant des références iconographiques choisies dans un ensemble fourni par le professeur, des relevés, des croquis, des commentaires ..., le professeur vérifie les compétences du candidat à :

  • analyser un ou plusieurs éléments réels ou figurés, traduire ses constats,
  • identifier les caractéristiques essentielles d'un mouvement artistiques,
  • exploiter les constituants plastiques et leurs relations,
  • comparer des productions relevant des arts plastiques ou des arts appliqués, les situer dans un champ artistique."

Extrait de l'arrêté du 3 août 1994 publié au B.O. n°34 du 22 septembre 1994

 

Les modalités d'évaluation du CCF en BEP sont définis discipline par discipline par les textes suivants :

    • évaluation de l'enseignement général dans les BEP : arrêté du 3 août 1994 publié dans le BO n°34 du 22 septembre 1994 (page 2455 à 2459. Pour les arts appliqués consulter les pages 2458 et 2459.

La grille d'évaluation du C.C.F. en BEP, doit vous aider à construire les deux situations d'évaluation de manière progressive, en mettant en jeu les compétences appropriées selon la position de l'évaluation dans le cursus du BEP.

Les textes publiés dans la note de service n°92-332 du 12-11-92 publiée au B.O. n°44 du 19 novembre 1992 (pages 3605 et 3606) restent valables pour le BEP. Ils ne le sont plus pour le CAP qui a été réformé en 2002. Les nouveaux textes s'y rapportant sont présentés ci-dessus.

 

  • Le CCF en MC

 

  • Le CCF en Bac Pro

Les baccalauréats professionnels font actuellement l'objet du décret n° 95-663 publié au JO du 10 mai 1995 et au BO n° 23 du 8 juin 1995, page 1959, portant règlement général, commun à toutes les spécialités. les modalités de mise en oeuvre, notamment pour le CCF, sont décrites dans le réglement d'examen propre à chaque spécialité. Pour toutes les spécialités, les candidats ayant préparé l'examen par la voie scolaire public ou privé sous contrat, passent l'examen en quatre épreuves ponctuelles obligatoires et tois épreuves évaluées par CCF. Selon la nature de l'épreuve et la spécialité, les sept épreuves de l'examen peuvent être subdivisées en un nombre variable d'unités et les unités passées en CCF peuvent faire l'objet d'une ou de plusieurs situations d'évaluation.

     

Les modalités d'évaluation du CCF en Bac Pro sont définis discipline par discipline par les textes suivants :

     
  • Le CCF en BP

  • Réglement général du BP
    • décret n° 95-664 du 9 mai 1995 (JO du 10 mai 1995 ou BO n°23 du 8 juin 1995 page 1967)
    • décret n° 2001-484 du 30 mai 2001 (BO n° hors sèrie 7 du 29 novembre 2001 page 1934)

     

  • Réglement général du BTS
    • décret n° 95-665 du 9 mai 1995 (JO du 10 mai 1995 ou BO n° 23 du 8 juin 1995 page 1953)

     

  • Condition d'habilitation de mise en oeuvre du CCF en vue de la délivrance du Bac Pro, du BP et du BTS
    • arrêté du 9 mai 1995 (JO du 10 mai 1995 ou BO n° 23 du 8 juin 1995 page 1973)
  • La mise en oeuvre du CCF au BTS, Bac Pro et BP
    • note de service n° 97-077 du 18 mars 1997 (BO n° hors sèrie n° 2 du 27 mars 1997)
formations et instructions officielles
 
travaux d'élèves
 
 
actualités artistiques
 
 
ressources
 
profs
 
 
liens
 
 
forum
 
banque d'images