! ¼td$height="24" valign="top" colspan="2">

cliquez pour revenir à l'accueil

 
édito
  Nouvelles du projet "Images de femmes" - projet PAC 2002-2003
 

formations et instructions officielles

 
travaux d'élèves
  Cindy - Anne Edwards Pougnet
 
actualités artistiques
 

Après des heures de préparation, Cindy, qui, depuis trois mois était la favorite du roi Louis XIII, prit quelques affaires et pria. Elle était vêtue d'une robe longue vert émeraude au bustier étroit qui épousait son corps aux formes parfaites. Elle sortit de sa chambre et s'arrêta devant le couloir qui menait devant la suite royale. Son cœur se mit à battre de plus en plus fort, des nœuds se firent dans son estomac. Issue d'une famille pauvre, son rêve était de devenir très riche, mariée avec un bel homme qui serait amoureux d'elle. Cindy divagua un instant. Une fois qu'elle redescendit sur terre, elle s'avança, lorsque d'un coup, entrava sa robe et elle tomba dans les bras d'un homme (charmant ma foi !). Lors du contact, elle eut une prémonition. Cette jeune femme avait un don ; elle avait le pouvoir de post-cognition et de prédiction, voir l'avenir.
Elle vit une femme bien coiffée accouchant de deux enfants, dans un lit royal, entourée de plusieurs domestiques féminines. Lorsque Cindy se releva, elle regarda l'homme et dit :
" Je suis désolée, je ne voulais pas vous … "
" Vous n'avez rien ? "
" Non ! Mais je suis désolée de vous avoir… "
" Ce n'est rien, ne vous en faites pas. Puis-je savoir quel est votre nom ? "
" Je m'appelle Cindy. "
" Cindy ! Ce prénom est aussi beau que vous ! "
(Elle devint toute rouge !).
" Et vous ? "
" Philippe ! "
Elle regarda la pendule.
" Excusez -moi mais il faut que j'y aille, je suis pressée. Au revoir ! "
" Au revoir !"
Puis elle disparut. Philippe était beau, intelligent, très habile à l'escrime. Etant orphelin, il fut élevé par le duc et la duchesse de Ségur. Lorsque son père adoptif mourut, il prit sa place.
La nuit passa. Au petit matin, pendant que le roi dormait encore, Cindy se leva, fit sa toilette, et regagna sa chambre. Elle enfila une robe, mit ses chaussures, se coiffa, se maquilla et partit prendre son petit déjeuner avec les dames de la cour. Elle longea un couloir, quand, tout à coup, quelque chose l'intrigua. Elle vit un tableau où était peint le portrait de la reine. L'examinant de haut en bas, ce visage lui était familier. Bien sûr, Cindy savait très bien que c'était celui de la reine, mais la coiffure, les bijoux… lui disaient quelque chose. Après quelques minutes d'observation, elle regagna la salle de séjour réservée aux dames de la cour. Pendant son repas, elle pensait au bel homme qu'elle avait rencontré la veille au soir. Elle aurait voulu le revoir mais un homme comme lui devait être sûrement marié à une riche et jolie femme. Déçue, Cindy continua de manger.

De son côté, Philippe était célibataire et cela tracassait sa mère. Il n'avait jamais connu l'amour. Le jour de son anniversaire approchait et sa mère lui réservait une surprise. Elle voulait organiser un bal masqué dans sa demeure en invitant toutes les jeunes filles à marier, ainsi que les dames de la cour du roi. Puis, la duchesse monta dans le carrosse et alla au palais. Arrivée au château, elle s'orienta vers la salle de séjour des dames de la cour et aperçut la chef de ces dames. C'était une femme forte, mais de très agréable compagnie. Elle s'avança vers elle :
" Est-ce vous qui vous occupez de ces jeunes filles ? "
" Oui, tout à fait Madame ! Puis-je vous renseigner ? "
" En effet, voilà mon fils va fêter ses 24 ans et je voudrais lui offrir une femme ! Donc j'ai décidé d'inviter toutes les jeunes filles à marier. Si toutefois une des futures duchesses ne parvient pas à lui plaire, il y aura ces demoiselles à la rescousse ! "
Elles se mirent à rire. La gouvernante fit le tour de la table et les lui présenta. Lorsque ce fut le tour de Cindy, elle dit :
" Par contre celle-ci est une chanceuse, car c'est la préférée du roi ! "
" C'est bien dommage car elle est vraiment très belle. Je n'ai jamais vu une telle beauté ! Enfin espérons qu'il trouve le bonheur parmi ces demoiselles. "
Puis elles continuèrent la conversation. La journée passa. Cindy aimait beaucoup les bals masqués. Lorsque la duchesse s'apprêta à partir, Cindy courut jusqu'à son carrosse :
" Madame ! "
" Qu'y a-t-il mon enfant ? "
" Est-il vrai que vous faites un bal masqué ? "
" C'est vrai !"
" C'est pour vous ? "
" Non, c'est pour l'anniversaire de mon fils Philippe ! "
" Philippe ? "
" Vous vous connaissez ? "
" On s'est croisé hier soir, il va bien ? "
" Oui ! Ca fait longtemps que vous le fréquentez ? "
" Non, on s'est juste aperçu. "
" Quel est votre nom ? "
" Je m'appelle Cindy ! "
" Cindy ! Je lui transmettrai le bonjour de votre part ! Je dois partir, au revoir mademoiselle ! "
" Au revoir Madame ! "
Puis le carrosse partit. Arrivée dans sa demeure, Madame de Ségur alla voir son fils dans la salle de séjour.
" Ah ! mon fils, je te cherchais. "
" Qu'y a t-il mère ? "
" Ca y est, je suis allée au château me renseigner, et il va y avoir beaucoup de monde, des jeunes filles en particulier ! "
" Oh ! mère vous n'allez pas continuer avec cette histoire ! "
" Si mon fils je veux que tu te maries, ce n'est quand même pas compliqué de trouver la femme de ses rêves ! "
" Il faut croire que si apparemment ! "
" Bon je te laisse, j'ai un dîner chez Madame Chevalier. Ah ! j'oubliais tu as le bonjour de Cindy ! "
" Cindy ? Alors elle pense encore à moi ? " marmonna t-il dans sa barbe.

Cindy se promenait dans le palais et admirait les tableaux sur les murs. Elle s'arrêta sur le portrait de la reine qu'elle avait vue le matin et toucha la toile. Tout à coup, elle eut une prémonition : elle vit la reine pleurer tendant ses deux bras désespérément, voyant une femme mettre un de ses deux enfants dans un panier d'osier, qui flottait sur l'eau. Emporté par le courant, le panier arriva devant une très grande maison où une dame recueillit le bébé. Cindy sortit sa main, se précipita dans sa chambre. Elle s'assit sur le lit, et se mit à réfléchir.
" Voyons, pourquoi cette prémonition ? Ce bébé, qui cela pourrait-il bien être ? Mais cela veut dire que la reine a deux enfants ! Oh ! Mon dieu ! je suis sûre que personne n'est au courant ?!!! Et cette demeure ? "
Après plusieurs minutes de réflexion, elle sortit de la chambre voir les autres filles. L'une d'elles lui dit :
" Alors ce soir tu n'es pas de corvée ? "
" Non, il doit aller au rassemblement des deux chambres. "
(Autrefois, le gouvernement s'appelait les deux chambres : une chambre avait les mêmes idées que le roi, et l'autre était opposée au roi.)
" Il n'est donc pas là pendant plusieurs jours " ajouta Cindy toute contente.
Philippe prit son cheval, partit au château pour y rencontrer la belle Cindy. Il accrocha son étalon, et entra dans le palais. Il vit un groupe de filles, s'approcha et leur demanda :
" Mesdemoiselles, connaissez- vous une jeune femme qui se prénomme Cindy ? "
" Elle est partie dans le jardin côté cour. "
" Je vous remercie. "
Il se précipita dans le jardin, chercha à droite, à gauche et vit la jeune fille entourée de plusieurs messieurs. Il observa la scène, et se rendit compte que les hommes allaient abuser d'elle. L'un deux commença à lui mettre une gifle. Il se jeta sur cet homme et ils se battaient à l'épée. Une fois que Philippe en eut fini avec lui, les autres s'enfuirent. Cindy sur le sol pleurait. Il s'accroupit à ses côtés, lui releva la tête, lui essuya ses larmes.
" Vous n'avez plus rien à craindre, c'est fini ! "
" Merci beaucoup…Philippe ! "
" Vous vous rappelez de mon prénom ! "
" Comment pourrais-je l'oublier ! "
" Cela arrive souvent ce genre de choses ? "
" Malheureusement oui. Mais pour moi non, cela se fait rare car je suis la favorite du roi ! Parfois, quand il a trop bu, il devient violent, mais je préfère être avec lui qu'avec des personnes que je ne connais pas. "
Puis ils continuèrent leur discussion. Les heures passèrent. Tout à coup, Philippe lui fit une proposition :
" Pourquoi ne viendriez -vous pas au bal de mes 24 ans ? Vous serez mon invitée d'honneur !
" Je suis désolée mais j'appartiens au roi, et il ne m'autorisera jamais à venir ! Je suis désolée Philippe, je serais heureuse de venir, j'adore les bals masqués, mais hélas je ne peux pas ! "
" Je pourrais peut-être l'en dissuader ? Il ne me fait pas peur. "
" Je vous en prie, ne faites pas ça, j'ai peur qu'il vous arrive malheur. "
Il se faisait tard, et Philippe devait rentrer chez lui. Il lui baisa la main, la salua et partit. C'était la première fois qu'on lui baisait la main. Elle rentra dans sa chambre, pria et s'endormit. Plusieurs jours passèrent, et le roi était de retour. Tout le monde alla l'accueillir, sauf Cindy qui ne pensait qu'à Philippe. On frappa à sa porte.
" Entrez ! "
" Eh bien ma chère, m'avez-vous oublié ? "
" Votre majesté ! Que sa majesté veuille bien me pardonner, je n'étais pas au courant de votre arrivée !... "
" Relevez- vous ! Que vous arrive t-il, êtes -vous malade ? "
" Non j… "
Il ferma la porte à clef, s'approcha d'elle, l'embrassa. Cindy n'avait d'autre choix que de se laisser faire. Lorsqu'il eut ce qu'il voulait, il sortit de la chambre. Cindy se mit à pleurer. Elle se rendait compte qu'elle devenait amoureuse du duc Philippe. Elle voulait absolument assister à ce bal. Tout à coup, lui vint une idée, le soir même, elle était invitée au repas royal à la droite du roi. Donc, elle allait forcément passer la nuit avec sa majesté; comme elle possédait des dons de magie, Cindy alla préparer une potion pour l'endormir profondément jusqu'au lendemain midi. Elle avait appris ça de sa mère, qui était une sorcière (du bien) du clan Warell. Pour appartenir à ce clan, les sorcières avaient un petit tatouage au -dessous de la paume de la main représentant une étoile. Ne faisant plus partie de ce monde, c'est Cindy qui avait pris sa place.

Pendant que le roi se préparait ainsi que tout le monde, elle mit la potion dans un petit flacon et la rangea dans un de ses tiroirs. Lorsque le repas se termina, le roi invita Cindy dans sa suite.
" Majesté, que diriez- vous de boire un dernier verre en votre honneur ? "
" Mais, cela me paraît une excellente idée ! "
" Alors j'y vais … "
" Non, un domestique ira à votre place. "
" Alors, je vais me changer, je reviens "
" Faites donc ! "
Elle se précipita dans sa chambre, prit la fiole, se changea et retourna dans la chambre du roi. Lorsqu'il eut le dos tourné, elle versa sa potion dans le verre du roi. Ils trinquèrent. Tout à coup, une très grande fatigue prit le roi, il se coucha et Cindy le borda. Elle sortit de la suite, se changea, mit la plus belle robe que le roi lui avait offerte, prit un masque et sortit par les derrières du jardin. Elle rejoignit les autres et en route pour le bal ! Une fois arrivée devant la demeure, Cindy s'arrêta et l'observa.
" Mais cette demeure, je la connais, c'est celle que j'ai vue dans ma prémonition ! "
Elle entra dans l'immense salle de bal. Le masque sur le visage, elle partit à la recherche de Philippe. Celui-ci n'était pas au courant de sa visite. Elle le chercha et ne le trouva pas. Elle alla sur la terrasse et le vit seul. Elle s'approcha, lui mit la main sur l'épaule. Il se retourna.
" Mademoiselle ?! "
Cindy enleva son masque. Une joie envahit le visage de Philippe.
" C'est merveilleux ! C'est le plus beau cadeau que l'on m'ait jamais fait ! "
" Je vous remercie. Vous me flattez beaucoup. "
" Comment avez- vous fait ? "
" Il dort comme un gros bébé ! "
" Et si jamais il se réveillait ? "
" N'ayez crainte, faites moi confiance ! "
" Vous ne l'avez pas tué au moins ??? "
Cindy se mit à rire :
" Non il dort tout simplement ! "
Il la prit dans ses bras et l'embrassa. Sa mère les aperçut à travers la fenêtre. Puis ils regagnèrent le bal. Pendant que Philippe acceptait de force les invitations des invitées, Cindy cherchait Madame de Ségur. Elle la vit dans un coin isolé de la salle de bal, et alla la voir :
" Madame, puis-je vous parler ?"
" Mais certainement mon enfant ? "
Cindy hôta son masque.
" Je vous reconnais, vous êtes la favorite du roi !! "
" Euh…oui, m… "
" Vous vous amusez bien ? "
" Oui, c'est très réussi ! Ecoutez j'ai quelque chose de très important à vous dire. "
" Ah ! mon fils vous demande votre main ? "
" Non ! C'est beaucoup plus grave que ça ! "
" Vous portez un enfant de lui ? "
" Non ! C'est pire encore. Voilà, je sais que Philippe n'est pas votre fils de sang ! "
" Que dites- vous là, c'est absurde ! "
La duchesse se mit en colère :
" Pourquoi dîtes- vous de telles sornettes ? "
" Ce ne sont pas des sor… "
" Assez ! J'en ai déjà trop entendu pour ce soir ! "
Cindy alla rejoindre les autres. Philippe la rejoignit et l'invita à danser.
" Vous êtes triste, qui y a-t-il ?
" Rien, je suis juste un peu fatiguée ! "
" Voulez-vous qu'on aille quelque part ? "
" Non, restons là ! "
Après quelques moments de réflexion, Cindy se lança.
" Philippe, il faut que je vous dise quelque chose ! "
" Je vous aime aussi Cindy ! "
" Euh…je ne sais quoi dire je… "
" Alors ne dîtes rien ! "
Il la serra contre lui et lui vola un baiser.
" Philippe, moi aussi, je suis amoureuse de vous, mais il faut que je vous le dise ! "
" Allez-y ! "
" Ce n'est pas ce que vous croyez ! "
" Dîtes toujours "
Elle le prit par la main et l'enmena hors de la salle de bal.
"Vous… vous… vous n'êtes pas le vrai fils de Madame de Ségur… "
" Quoi ? Je ne comprends pas ! "
" Madame la comtesse est votre mère adoptive ! "
" Mais tout cela est absurde ! Pourquoi me dîtes- vous cela ? Vous ne m'aimez pas, vous voulez gâcher cette soirée ? "
" Philippe je vous dis cela car vous êtes l'héritier du trône ! "
" Je sais que c'est mon anniversaire, mais je suis loin d'être idiot "
" C'est la vérité. Promettez- moi, que quoi qu'il arrive, vous m'aimerez toujours !? "
" Mais… ! "
" Promettez- le moi !!!? "
" Je suis tombé sous votre charme la première fois que nous nous sommes croisés. Je vous aimerai toute ma vie ! "
" C'est vrai ? "
" Je vous le jure ! "
" J'ai des visions ! J'ai vu la reine mettant au monde deux enfants. Vous étiez le premier à voir le jour. Ensuite une femme vous a mis dans un panier en osier et vous êtes là maintenant ! "
" Vous croyez à la magie ? "
" Bien sûr ! "
Elle prit les mains de Philippe et eut une prémonition : elle revit les deux bras tendus de la reine où était dessiné le tatouage du clan Warell. Cindy releva la tête.
" Vous allez bien ? Que vous est-il arrivé ? "
" J'ai eu une prémonition, la reine ! "
" Quoi la reine, dîtes- moi ! "
" Je ne peux rien vous dire pour l'instant ! Votre bras ! "
" Mon bras ? "
" Montrez-le moi s'il vous plaît ! "
" Lequel ? "
" Le gauche ! "
Il lui tendit son bras.
" Oh, seigneur ! "
" Qu'y a-t-il ? "
Vous avez un dessin gravé dans votre chair. Il retira son bras.
" Je sais, je suis différent des autres. Maintenant, vous ne m'aimez plus. Plusieurs fois j'ai tenté de l'enlever, mais sans succès. Faut- il que je me coupe le main pour que vous m'acceptiez ? "
" Ne dîtes pas de sornettes ! Regardez ! "
Elle enleva son gant, tendit sa main gauche. A la surprise de Philippe.
" Dieu ne vous a pas épargnée non plus! Pourquoi nous a-t-il punis? "
" Ce n'est pas dieu, c'est la magie. Je m'appelle Cindy Warell du clan Warell. Et d'après ce que je vois, vous faîtes partie du clan, Philippe."
" Je suis votre frère ? "
" Non, rassurez-vous, ma mère n'a eu qu'une fille. Mais en revanche votre mère est la reine de ce pays ! "

 
ressources
 
profs
 
 
liens
 
 
forum
 
banque d'images