édito
  Nouvelles du projet "Images de femmes" - projet PAC 2002-2003
 

formations et instructions officielles

 
travaux d'élèves
  Juste une illusion - Julie Cazenave
 
actualités artistiques
 

Le parking sous-terrain est sombre. Il est quatre heures du matin, Gina commence à être fatiguée. Elle attend son dernier rendez-vous. Pas un bruit, personne, hormis le claquement régulier de ses talons sur le sol.

Soudain, un homme entre dans le parking, Gina croit voir son client, mais non, ce n'est pas lui : c'est Christophe Draguy le footballeur professionnel.
Gina prend peur, elle se cache derrière les poubelles, elle ne veut pas qu'il la voit dans cette tenue. En effet, elle le connaît bien, elle est tombée amoureuse de lui lors de la Coupe du Monde.
Christophe vient récupérer sa voiture, il sort de boîte après une fête bien arrosée entre copains.
Le silence est règne, lorsque le téléphone portable de Gina se met à sonner : elle est affolée, elle fait tomber son sac. Prise de panique, elle reste de glace, ne bouge plus : Christophe est à ses pieds, il l'a remarquée !
Elle ne sait plus quoi dire, plus quoi penser.
" Tenez votre sac, Mademoiselle. "
" Heu…Merci. "
" Eh bien, que fait une si charmante jeune femme dans un endroit si sombre, à une heure pareille ? "
Gina ne sait quoi répondre, elle ne veut rien dire.
" C'est à dire que…je venais récupérer ma voiture et heu… je crois qu'on me l'a volée, donc heu… "
Il ne la croit pas, il a su tout de suite ce que Gina faisait réellement seule ici, mais il préfère jouer le jeu pour ne pas la mettre mal à l'aise, ni la vexer car Gina semble intimidée.
" C'est très embêtant pour vous, je peux vous raccompagner si vous le désirez, je m'en voudrais qu'il vous arrive quelque chose si je vous laisse seule. "
" Non merci, c'est très gentil de votre part mais je vais me débrouiller. "
Elle ne veut pas qu'il voit l'endroit sordide où elle vit.
" Je ne voudrais pas insister, ni paraître incorrect, mais je peux vous inviter à boire un verre chez moi ? "
Gina est abasourdie, elle ne répond rien, elle a juste un petit sourire au coin des lèvres lorsque Christophe prend son bras pour la conduire vers sa voiture. Elle se sent comme une reine, il lui ouvre la portière, lui tient la main pour monter dans ce somptueux " carrosse ", tout ce qu'on ne voit que dans les films : un vrai gentleman.

Ils discutent des heures dans cette grande maison en plein centre ville de Bordeaux, sans bien sûr que Gina lui avoue son vrai métier, elle préfère lui raconter qu'elle vient de se faire licencier et qu'elle est à la recherche d'un emploi. Christophe, quant à lui ne veut pas trop se vanter sur sa carrière, mais ce n'est pas ce qui intéresse Gina vraiment, elle veut connaître cet homme plus profondément.
L'heure passe et Gina finit par s'endormir sur le canapé et rêve d'une vie plus belle avec Christophe.

Il est neuf heures du matin, le téléphone de Gina n'en finit plus de sonner. C'est Marco, son mac, qui l'a cherchée et appelée toute la nuit.
" Allô. "
" Qu'est-ce que tu fous sale pute, je t'ai appelée toute la nuit, t'as pas été au rendez-vous, tu cherches vraiment les coups ?!?! "
" Mais Marco, j'y étais, mais le client n'est pas venu, je te le jure, je l'ai attendu jusqu'à six heures. "
" En plus, tu te fous de ma gueule, Vince m'a appelé et m'a dit qu'à quatre heures et demi il n'y avait plus personne. "
Vince, c'est un des meilleurs potes de Marco, c'est aussi son dealer préféré. C'est pour cela que Marco n'aime pas qu'on lui fasse faux bon.
" Mais Marco, je ne mens pas !! "
" Bon, dis moi où tu es, t'es pas rentrée à la maison, alors t'es où ? "
" Heu… chez une copine, ne viens pas, je rentre de suite. "
" Chez qui, encore cette salope de Maeva qui t'a montée contre moi ? "
" Non, non, j'arrive. "
Elle lui raccroche au nez et fond en larmes.
Christophe qui a tout entendu, lui demande ce qui ce passe et pourquoi elle se met dans des états pareils.
Gina craque, elle avoue tout et lui raconte son histoire.
Elle a été abandonnée par sa mère qui se droguait, lorsqu'elle avait seize ans. Elle s'est alors retrouvée sans rien ni personne, à errer dans les rues. C'est là où elle a rencontré Marco, le seul qui lui a donné un toit, à manger, le seul à s'être occupé d'elle quand elle en avait le plus besoin. Elle a fini par tomber amoureuse de lui et faire tout ce qu'il lui demandait, en d'autres termes : faire le tapin.
Déjà cinq ans qu'elle en souffre, de plus, Marco n'est plus le même homme, aussi gentil et attentionné. Surtout depuis qu'il se drogue, quand il n'a pas sa dose, il s'acharne sur elle et la roue de coups.
Gina a honte de raconter cela à un homme comme Christophe, elle a peur qu'il l'a rejette maintenant qu'elle lui a dit qui elle était vraiment.
Christophe est encore plus amadoué, et n'a qu'une chose en tête : il la prend dans ses bras. Gina se sent bien, elle se sent protégée.
" T'inquiète pas Gina, je ne laisserais plus personne te faire du mal, je te le promets. "
" Mais tu comprends pas, il va me tuer si je ne rentre pas. "
" Je me fiche de lui, tu es avec moi maintenant et je ne veux plus te quitter. "
Après ces paroles, Gina cesse de pleurer, et regarde Christophe : il en a les larmes aux yeux. Elle se rend compte qu'il éprouve aussi des sentiments pour elle. Ils continuent encore un moment à se fixer, puis comme dans le rêve de Gina, Christophe l'embrasse.
Il n'y a plus rien qui compte, ils sont sur un nuage : ils s'aiment.
Malheureusement, Gina revient vite à la surface ; encore son portable qui sonne et au bout du fil, Marco.
" Passe moi ton téléphone Gina, je vais lui dire moi, ce qui se passera s'il te touche encore ! "
" Non, s'il entend une voix d'homme, il va savoir que je lui ai menti et ça sera pire il voudra me tuer, Marco a horreur qu'on lui mente. "
" Il ne t'a pas menti lui quand il t'a dit que ce serait la belle vie pour toi ? "
" Arrête Christophe, ce n'est pas la même chose, il faut que je règle cela seule avec lui à présent ! "
Gina s'éloigne dans la pièce voisine, une petite chambre joliment décorée, pour répondre à Marco :
" Qu'est-ce que tu fous encore ? T'es pas sur le chemin de la maison, ça fait un quart d'heure que je t'ai appelée, et à moins que tu te foutes de ma gueule, Maeva elle habite à dix minutes de la maison, donc tu bouges ton cul, sinon j'arrive et vous allez voir ce que je vais vous mettre à toutes les deux ! ! ! "
" Bon écoute moi Marco, c'est fini tout ça, tu ne me traiteras plus jamais comme une moins que rien, je ne veux plus que tu te serves de moi et d'ailleurs je ne suis pas chez Maeva ! "
" Quoi ? J'espère que tu déconnes là, car je commence à vraiment péter un plomb ! "
" Ecoute-moi, je repasserai prendre quelques affaires plus tard, mais pour l'instant, je ne rentre pas. "
Elle raccroche. Gina est un peu bouleversée, elle vient de tirer un trait sur plus de cinq ans de misère, un quotidien auquel elle s'était habituée. Elle croit que ça y est, elle va pouvoir enfin mener la vie dont elle avait toujours rêvée.
Elle reste un moment, seule, dans cette petite chambre qu'elle ne cesse d'observer.
Il y a un joli petit lit, un chevet, une armoire, et des photos. Les murs sont remplis de photos : des photos de femmes, toutes plus belles les unes que les autres. Qui peuvent - elles bien être ?
Gina se décide enfin à sortir de la chambre, et rejoint Christophe à la cuisine en train de faire du café :
" Qui sont toutes ses femmes en photo dans la chambre du fond ? "
" Heu…la chambre du fond ? Ha oui, ce sont simplement des fans qui me les ont données, et j'en avais tellement, que j'ai décidé de les afficher. "
" Ah, tu m'as fais peur, j'ai cru que c'étaient toutes tes conquêtes ! ! "
Et le déjeuner se poursuit normalement entre les deux amoureux.

Cinq mois plus tard, Gina et Christophe sont bien toujours ensemble, mais ce n'est plus comme avant, Gina le voit bien, Christophe ne fait plus aussi attention à elle.
Leur quotidien, c'est shopping, match de foot, dîner avec toute l'équipe ; vite fatigant et même agaçant quand c'est vécu tous les jours. Le seul avantage dans tout ça, c'est Charlotte, la femme de Thierry, un collègue du foot. Gina est devenue très amie avec elle en peu de temps. Elles se confient des choses, comme dernièrement, Gina lui a avoué son passé. D'ailleurs, depuis ce jour, Charlotte paraît plus distante avec elle, et Gina se demande si ce n'est pas cela qui la fait fuir un peu. Cela la tracasse et elle profite d'une après-midi shopping entre filles, pour lui en parler.
" Charlotte, il y a quelque chose qui te tracasse et que tu ne veux pas me dire ? "
Charlotte paraît très embarrassée et ne peut s'empêcher de répondre en bafouillant :
" Heu, non, il n'y a aucun problème, tu dois te tromper. "
" Alors pourquoi, depuis que je t'ai dit qui j'étais vraiment dans mon passé, tu ne me regardes plus en face à chaque fois qu'on discute de Christophe ou d'autre chose ? "
" Bon écoute moi Gina ", elle prend une voix grave et la fixe bien droit dans les yeux.
" Christophe n'est pas l'homme que tu crois ! "
" Comment ça, pas l'homme que je crois, que veux tu dire par là ? Tu es jalouse ou quoi, tu veux me le piquer c'est çà ? "
" Non, Gina non, ce n'est pas ça, c'est encore bien pire à entendre ! Mais écoute moi attentivement, tu es mon amie à présent et c'est pour cela que je dois tout te dire ! "
Mais me dire quoi, qu'est ce qui ce passe Charlotte, c'est aussi grave que ça ? "
Charlotte finit par emmener Gina chez elle et tout lui raconter.

Christophe n'est en fait, un joueur de foot comme un autre, un de ces playboys qui trouve une fille, joue avec elle, et la jette pour recommencer avec une autre. Charlotte est au courant depuis longtemps déjà, mais elle croyait que Gina était la bonne, que c'était fini les expositions photos de ses conquêtes. Mais elle l'a découvert par hasard un soir, ce même soir où Gina lui avait tout dit sur elle, elle a entendu Christophe qui disait à Thierry " t'as vu, n'empêche, avec celle là, j'ai tiré le gros lot, je suis le seul à m'être tapé une pute, et en plus c'est une des rares qui continue à croire tout ce qu'on lui raconte de jour en jour, le gros lot je te dis ! ! ".
Eh oui, le beau prince charmant n'est qu'en réalité un macho sans amour propre !
La révélation est dure à croire pour Gina, mais en y réfléchissant bien, toutes ces photos dans la petite chambre du fond, étaient bien des trophées !
Elle s'effondre, ne peut plus rien dire, ne sait plus trop quoi faire, ni où aller, juste une petite idée, oublier.
Elle prend ses affaires, embrasse Charlotte et s'en va.
Gina marche pendant des heures, elle ne cesse de pleurer, et essaye d'oublier tous ces souvenirs qu'elle croyait merveilleux, aux côtés de Christophe. Tout cela n'était que superficiel et tout simplement de l'abus.
Gina est à bout, pourquoi se dit-elle ? Pourquoi encore elle ? Elle croyait que tout ça s'était fini, et qu'on ne se servirait plus jamais d'elle.
Gina continue à marcher, cela fait désormais trois heures, trois longues heures de réflexion, qui l'ont amenée ici, dans son ancien quartier où elle n'a pas mis les pieds depuis maintenant cinq mois.

Un matin d'automne où la fraîcheur s'est installée, dans une petite ruelle toute sale, on a retrouvé le corps d'une jeune femme. Elle avait toujours rêvé de vivre, d'aimer et d'être aimer comme tout le monde : elle n'y est pas arrivée.

Le 18 octobre 2002, c'est le corps de Gina qui se trouve là, étendu.
Elle n'avait même pas encore 22 ans et pourtant, ce sont deux hommes qui ont réussi à briser sa vie entière en lui prenant sa liberté et en jouant avec elle.

Gina n'était qu'une de ces pauvres femmes parmi tant d'autres qui croyait que l'amour qu'on éprouve pour un homme pouvait tout changer. Elle nous prouve à présent que ce n'est pas toujours vrai.

 
ressources
 
profs
 
 
liens
 
 
forum
 
banque d'images