édito
  Nouvelles du projet "Images de femmes" - projet PAC 2002-2003
 

formations et instructions officielles

 
travaux d'élèves
  Une semaine pour tout perdre - Noémie Allard
 
actualités artistiques
 

Un jour, alors que Gilou promenait Caillou, son petit Caniche abricot, il aperçut Paulette, une jeune femme, qui était torse nu dans un ruisseau.
Caché derrière des buissons, il ne put s'empêcher de regarder son corps magnifique.
Elle avait de longs cheveux frisés couleur ébène et une peau nacrée.
Gilou ne pouvait pas décrocher son regard. Il aurait passer sa vie entière à la regarder nager.
Si seulement il avait été beau, il lui aurait suffi d'aller lui parler, mais avec sa bosse dans le dos et sa mâchoire déformée… Il la ferait fuir plutôt qu'autre chose.²
Il fut tiré de ses pensées par Caillou qui, à la vue d'un lapin, se mit à aboyer et à tirer sur sa laisse.
Il essayait tant bien que mal de le faire taire quand une idée lui vint : s'il ne pouvait aller lui parler, il ferait en sorte que ce soit elle qui vienne.
Pour cela, il lâcha Caillou qui se mit tout de suite à courir derrière le lapin.
" De toute façon, s'il se perd, les voisins seront heureux : finis les hurlements incessants toute la nuit !! ", se dit Gillou avant de courir après en criant :
" Caillou, mon petit Caillou reviens voir papa "

Malheureusement, et malgré ses 25 ans, il se prit le pied dans une racine d'arbre et plongea tout droit dans le ruisseau.
Paulette, qui avait compris le manège de Gilou et croyant qu'il voulait toujours attirer son attention fit mine de ne pas le voir se débattre pour éviter la noyade.
Gilou épuisé se laissa couler. Paulette se dit que ce n'était pas de la comédie et le sorti de l'eau.
Son expression en regardant le visage de Gilou ne laissa apparaître aucun dégoût.
Elle lui mit quelques gifles pour voir s'il était en vie et fut soulagée quand il ouvrit les yeux.
Elle était encore plus belle, il n'avait pas pu voir derrière les buissons ses magnifiques yeux verts et sa fine bouche qui lui fit un splendide sourire ; il était au paradis, jamais une fille aussi belle ne lui avait souri.
Gilou devint muet, impossible de sortir un seul mot, il était en admiration devant le visage de cette jeune femme de 20 ans qui venait sûrement de lui sauver la vie.
Gilou finit par commencer la discussion :
" Mer… Merci Mademoiselle.
- Pour votre chien, je suis désolée mais je crois qu'il est perdu.
- Ça n'a pas d'importance, fit Gilou avec un petit sourire, de toute façon il n'était bon qu'à réveiller les voisins. "

Ile discutèrent pendant 10 minutes environ et il fut heureux de voir qu'elle n'avait pas l'air d'attacher de l'importance à son physique.
Paulette lui dit avant de le quitter que s'il voulait attirer son attention, il devait lui fabriquer dans un délai d'une semaine un objet qui soit à la fois utile et original.
Gilou quitta sa belle princesse plus heureux que jamais et alla demander de l'aide à son ami Albert.
Arrivé chez lui, il lui raconta son histoire et le défi qu'il devait relever.
Albert lui dit de laisser tomber car il avait lui aussi auparavant eu affaire à cette " Paulette " et qu'elle lui avait tenu le même discours.
Gilou l'ayant très mal pris lui dit que ce n'était pas vrai et qu'il ne pensait pas qu'un jour son ami refuserait de l'aider.
Albert lui expliqua, que ce n'était pas de la jalousie mais Gilou ne voulut rien savoir.
Il quitta la maison d'Albert pour aller s'enfermer dans la sienne.
Il y resta une semaine entière sans sortir de chez lui, la lumière brillée toutes les nuits.
Il n'arrêta pas de travailler pour gagner le cœur de sa douce et tendre.
Au bout de 6 jours, il sortit enfin de chez lui. Il une sculpture de bois représentant Paulette un miroir entre les mains.
Il était heureux de ce miroir qui lui avait demandé une semaine de travail sans dormir ni pratiquement manger.
Il retourna au ruisseau en espérant voir Paulette.
Elle était bien la toujours dans son ruisseau mais cette fois elle était avec une amie.
Il décida d'aller se mettre derrière les mêmes buissons comme la première fois et ne put s'empêcher d'écouter la discussion des deux jeunes filles.
Elles se moquaient d'un jeune homme qui apparemment n'était pas très beau, un peu fou. Elles n'arrêtaient pas de se moquer de cet homme qui paraissait selon leur discours un monstre.
" - Et comment s'appelle ce jeune homme ? Demanda l'amie de Paulette.
- Je crois que c'est Gilou…. "
Gilou, pour un peu tombait à la renverse.
Les larmes aux yeux il déposa le miroir au pied du buisson et partit sans dire un mot.
Cette Paulette s'est bien moquée de lui, Albert avait raison. Il retourna chez lui, triste, ayant perdu son chien, son ami et Paulette.

 
ressources
 
profs
 
 
liens
 
 
forum
 
banque d'images