Collège Ausone - Bazas
Recherche  

Zone privée

Authentification

Collège au Cinéma : programme du troisième trimestre 2016-2017

College_au_Cinema_2016-2017_3eme_trimestre.pdf

Collège au Cinéma : programme du deuxième trimestre 2016-2017

College_au_Cinema_2016-2017_2eme_trimestre.pdf

Collège au Cinéma : programme du premier trimestre 2016-2017

College_au_Cinema_2016-2017_1er_trimestre.pdf

Critiques du film "Couleur de peau : miel" par des élèves de troisième

Au premier trimestre de l'année 2016-2017, les élèves de troisième ont découvert au cinéma Vog de Bazas un remarquable film autobiographique franco-belge, réalisé en 2012 par Jung et Laurent Boileau.

Voici un florilège de critiques cinématographiques d'élèves en classe de 3 E ou de 3 F, élaborées avec leur professeur de lettres Mme Seize :

"Jung est un petit garçon coréen né en 1965 à Séoul, qui a été adopté à l'âge de cinq ans par une famille belge. Dans ce film, Jung nous raconte la vie qu'il a eue : l'orphelinat, sa nouvelle famille en Europe, etc. Il évoque les sentiments qu'il a éprouvés depuis son adoption et au fur et à mesure qu'il grandit. Sa famille adoptive l'a totalement intégré comme un membre à part entière, mais Jung s'est longtemps demandé quelle était sa vraie place." (Matéo)

"Ce film est réalisé grâce à plusieurs techniques. On trouve d'abord les archives en noir et blanc pour montrer dans quel contexte se déroule le film, les souvenirs filmés en couleur par une caméra amateur qui prouvent que c'est une histoire vraie. Vient ensuite le film d'animation qui complète les souvenirs, puis les dessins crayonnés qui interprètent les pensées de Jung au fil du temps et enfin les ombres qui représentent la mère biologique de Jung telle qu'il l'imagine." (Cloé)

"J'ai bien aimé ce film car il montre que, même avec une famille que l'on ne l'on connaît pas, on peut arriver à créer des liens forts, même si tout n'est pas tout blanc ou tout rose. (...) Ce film montre surtout que le fait de ne pas savoir d'où l'on vient peut perturber un enfant, mais qu'après tout peu importe de qui nous sommes les enfants, de quelle couleur de peau ou de quelle nationalité nous sommes, il y aura toujours des personnes pour nous accueillir et nous aimer comme si nous étions leurs propres enfants. Je trouve que ce film nous donne une belle leçon de vie." (Tiphaine)

"Le fait que le réalisateur ait relaté son histoire en utilisant différentes techniques pour transmettre ses idées est juste formidable, non seulement l'oeuvre est captivante mais elle nous envoie un choc d'émotions en plein visage. On partage chaque moment de l'enfance de Jung, on vit avec lui ses bêtises, ses combats, ainsi que les moments où il se demande pourquoi il a été abandonné, mais peu importe, puisqu'avec l'âge il s'est rendu compte qu'il a une famille qui l'aime et sur laquelle il peut compter." (Quentin)

"Ce film, entre le documentaire et le film d'animation, est assez "spécial". Je pense que l'on peut ne pas accrocher du tout à cette histoire. Pour ma part, je l'ai trouvée touchante, la voix off mélangée aux dessins nous donne l'impression d'être au coin du feu à écouter le vécu propre à Jung, comme un partage très intime de sa vie et de son ressenti, avec une sincérité qui peut toucher le plus grand nombre. Ce thème de l'adoption est bouleversant, complexe et très personnel. (...) Il nous fait réfléchir." (Océane)

"Le film dans son ensemble m'a bien plu, il est drôle par moments, comme quand Jung se jette sur une bouteille de Coca, mais il est aussi parfois triste, lorsque par exemple Jung se fait traiter de "pomme pourrie" par sa mère. Déraciné de sa terre natale, le personnage se rallie à la culture japonaise, car il a besoin de quelque chose qui lui soit propre, d'autant plus que la culture japonaise est asiatique. J'ai trouvé ce long métrage intéressant car il ne traite pas seulement de l'histoire personnelle d'un seul homme mais aussi de l'adoption en général et de la douleur de ne pas connaître ses parents biologiques." (Léo)

 

 

 

Critiques du film "Le garçon et la bête" par les élèves de 6ème B

Les élèves des clubs du CDI ont découvert au cinéma de Bazas le film d'animation japonais Le garçon et la bête, réalisé par Mamoru Hosoda, en compagnie de la classe de 6ème B. Voici des billets critiques écrits par ces élèves de sixième :

"A la mort de sa mère, Ren s'enfuit de chez ses parents adoptifs. Il court dans les rues de Tokyo et se réfugie dans une petite ruelle. Mais cette ruelle n'est autre que l'entrée du royaume des Bêtes, un monde parallèle à celui des humains. Le roi de ce monde a décidé de prendre sa retraite et Kumatetsu, l'une des bêtes les plus puissantes du royaume et l'un des deux prétendants au trône, tombe sur Ren et le prend pour disciple...

Rempli d'humour et d'action, voici le nouveau film du réalisateur des Enfants loups !" (Alma)

"C'est l'histoire de Ren qui, après la mort de sa mère, s'enfuit dans les rues de Tokyo, se perd et se retrouve dans le monde des bêtes où Kumatetsu, l'un des prétendants au trône de ce royaume, le rival de Iozen, le prend comme disciple sous le nom de Kyuta. En grandissant, Kuyta retrouve le chemin du monde des humains. Désormais partagé entre deux mondes différents, Kyuta sera confronté à ses ténèbres et à celles des autres humains." (Gabrielle)

"Amateurs d'aventures et d'arts martiaux, ce film vous attend !" (Louise)

Collège au cinéma : programme du troisième trimestre 2015-2016

College_au_Cinema_2015-2016_3eme_trimestre.pdf

Collège au Cinéma : programme du deuxième trimestre 2015-2016

College_au_Cinema_2015-2016_2eme_trimestre.pdf

Critiques du film "Le tableau" par les élèves de la classe de 5 D

Voici quelques extraits des critiques du film projeté au premier trimestre (Le Tableau de Jean-François Laguionie) écrites par les élèves de 5 D, sous la conduite de Mme Seize, professeur de lettres :

"Dans un tableau inachevé vivent trois types de personnages : les "Toupins" qui se croient supérieurs parce que le peintre les a terminés, les "Pafinis" qui ne sont pas encore terminés et les "Reufs" qui sont de véritables croquis. Les "Toupins" veulent être les chefs et tout diriger. C'est alors qu'un groupe composé d'un Toupin, d'une Pafinie et d'un Reuf part à la recherche du peintre. Ils veulent que ce dernier finisse son tableau et ainsi ramène la paix." (Fabian)

J'adore le concept de ce film : il est bien réalisé, il est entraînant et il y a de jolies couleurs. De plus il propose une morale aux personnes qui le regardent." (Fabian)

"J'ai bien aimé ce film car l'histoire me plaisait, les dessins étaient bien réalisés et ils avaient plein de couleurs vives. Mais je regrette qu'il n'y ait pas assez d'aventure. J'aurais préféré qu'il y ait plus de tableaux." (Timaléo)

"J'ai trouvé l'histoire de ce film originale, les personnages et les décors sont bien réalisés, il y a de la couleur... Cependant je l'ai trouvé un peu ennuyeux car cela manquait d'action et le fait que les personnages dessinés se peignent eux-mêmes m'a paru très étrange." (Alix)

"Ce film d'animation commence dans le tableau animé d'un château et d'une forêt où vivent trois catégories de personnages : les "Toupins", les "Pafinis" et les "Reufs". Alors que le peintre disparaît mystérieusement, laissant derrière lui une oeuvre inachevée, les Toupins, dirigés par le Grand Chandelier, un personnage dont la soif de pouvoir est aussi énorme que son ombre, règnent dans le château, laissant les deux autres "tribus" à l'abandon dans une sombre forêt. C'est ici que commencera le voyage de trois personnages, Ramo, Lola et Plume (respectivement un Toupin, une Pafinie et un Reuf) qui s'aventureront entre le monde réel et le monde de la peinture en passant par d'autres oeuvres du peintre comme Venise ou une scène de guerre, pour retrouver le peintre." (Maxime)

"J'ai bien aimé ce film d'animation traitant un sujet particulièrement intéressant : comprendre ce qu'est l'inégalité dans le monde. J'ai apprécié aussi les images et les couleurs vives et originales des personnages qui leur donnent un certain charme. Même si ce film n'explique pas dans les détails ces inégalités, il vaut mieux, à mon goût, un film d'animation non détaillé qu'un documentaire très détaillé." (Maxime)

"J'aime ce film d'animation car le scénario reprend les archétypes du conte. Il y a aussi beaucoup de références à l'art et aux peintres comme Picasso ou Modigliani. Les techniques utlisées comme la prise de vue réelle, les images de synthèse ainsi que les arrière-plans dessinées au crayon ont un bon rendu sur un grand écran mais, malheureusement, ils ne valent pas un film joué par de vrais acteurs." (Kylian)

"Le tableau est un très beau film de par la technique d'animation (un beau mélange de peinture, de 2 D, de 3 D et de plans réels) et la poésie qu'il transmet. Ce film est bon mais je n'ai pas aimé le premier objectif des héros. Certes, le film défend la liberté, mais je n'aime pas que l'objectif des "Pafinis" et des "Reufs" soit, pendant tout le film, de devenir des "Toupins" ou des gens soit-disant beaux, et de n'avoir aucune différence avec les "Finis". J'aurais préféré qu'ils ne retrouvent pas le peintre mais que les "Reufs", les "Pafinis" et les "Toupins" apprennent à vivre ensemble. Le message aurait été plus fort !" (Fantin

Collège au Cinéma : programme du premier trimestre 2015-2016

College_au_Cinema_2015-2016_1er_trimestre.pdf

Critiques du film "Les enfants loups, Ame et Yuki" par les élèves de la classe de 6 C

Voici un certain nombre de textes écrits par les élèves de 6 C : 

"Ce film d'animation datant de 2012 a été créé au Japon par Mamoru Hosoda. J'ai bien aimé ce film car il y avait à la fois de l'action, de la joie et de la tristesse. Il y a avait aussi de belles images. Je conseille ce film aux pré-adolescents car les enfants ne comprendraient pas ce qui est triste alors que les pré-ados, ainsi que les adultes, sont émus par ce film." (Lola)

"J'ai adoré ce film car il était à la fois émouvant et drôle, la fin est triste et il y a aussi parfois de l'action, par exemple quand le frère et la soeur se battent, ce qui est mon moment préféré. Ce qui m'a le plus dérangée, c'est que le film était en japonais, il fallait donc lire les sous-titres. Je conseille aux personnes qui aiment rêver d'aller voir ce film car on peut profiter de beaux paysages et c'est une très belle histoire." (Alix)

"Ce que j'ai aimé dans ce film, c'étaient les dessins, la découverte d'une autre langue, les paysages un peu différents des nôtres et l'histoire. En revanche, ce que je n'ai pas trop aimé, ce sont les années qui passent trop vite. C'est un film assez drôle (par exemple avec Yuki qui crie et court partout quand elle est petite) mais aussi émouvant à la fin (quand Ame part pour toujours dans la forêt). Un conseil : allez le voir !" (Lina)

"J'ai adoré ce film car il y a de l'aventure. C'est une belle histoire japonaise, émouvante et d'un autre côté heureuse. Une mère qui élève toute seule ses enfants, qui surmonte toutes les difficultés, dont la disparition de son mari, et qui ne se laisse jamais aller, c'est une mère parfaite. Pour les sous-titres, ça ne m'a pas dérangée du tout, justement j'ai trouvé que c'était mieux. Les scènes que j'ai préférées, c'est quand l'homme-loup révèle son secret à Hana et quand Ame et Yuki remuent la tête pour se transformer en loups lorsqu'ils sont petits." (Klara)

Critiques du film "Les enfants loups, Ame et Yuki" écrites par la classe de 6 A

Les élèves de 6 A ont particulièrement apprécié le film d'animation japonais qui a été programmé au deuxième trimestre dans le cadre du dispositif "Collège au Cinéma" :

"J'ai adoré, c'est romantique et il y a aussi du suspense, mais c'est aussi triste, surtout quand l'homme-loup meurt." (Floriane)

"J'ai très bien aimé, c'est triste à plusieurs moments, comme quand l'enfant-loup part." (Axel)

"J'ai adoré le film Les enfants loups mais c'est triste quand l'homme-loup meurt." (Estelle)

"J'ai très bien aimé, je dis à tous d'aller voir ce film, je vous jure que vous n'allez pas le regretter." (Yoann)

"J'ai bien aimé ce film, surtout quand la maman met ses pieds dans les flaques et quand il y a une tempête. Allez tous voir Les enfants loups, c'est très bien !" (Mia)

"J'ai tout aimé dans ce film et surtout le moment où la famille construit sa maison à la campagne." (Christopher)

Critiques du film "Imaginaire en courts" écrites par les élèves de 3 F

Le mardi 27 janvier 2015, cinq classes de troisième ont assisté, au cinéma le Vog à Bazas, à la projection du film Imaginaire en courts, un programme de six courts-métrages particulièrement singuliers. 

Voici quelques textes critiques réalisés en cours de français par les élèves de 3 F, qui ont pu ainsi justifier le choix de leur court-métrage préféré : 

"Le court-métrage que j'ai préféré est Emilie Muller, il s'agit d'une jeune femme qui passe auprès d'un réalisateur de films une audition au cours de laquelle elle va devoir sortir tout ce qu'elle a dans "son" sac, soit en racontant l'histoire de chaque objet, soit en expliquant ce que cet objet fait dans son sac. J'ai apprécié ce court-métrage car il est réaliste, étant donné que le lieu, le sujet et les personnages pourraient exister et qu'il n'y a aucun effet de fiction. De plus, la surprise de la fin était très réussie et m'a beaucoup plu. Néanmoins le fait qu'Emilie Muller raconte sa vie, autrement dit une vie qu'elle a inventée, me déplaît fortement puisque je trouve cela ennuyeux."

"Parmi les films que nous sommes allés voir au cinéma, celui que j'ai préféré est sûrement Emilie Muller car je préfère le réalisme plutôt que l'imaginaire. De plus la surprise finale est très inattendue. Je n'avais pas remarqué que la comédienne était arrivée sans un sac. De même que le metteur en scène nous ne nous attendons pas à ce que le sac qu'elle prend ne soit pas le sien. En effet Emilie est entrée complètement dans son rôle, elle a exactement exécuté ce que le metteur en scène lui demandait en improvisant. Par ailleurs la comédienne est filmée en gros plan, ce qui accentue les sentiments et les émotions. C'est pourquoi je trouve ce court-métrage original et intéressant." (Julia)

"Le court-métrage que j'ai le plus aimé est Emilie Muller, car j'ai trouvé que c'était le plus réaliste, mais c'est aussi parce que je ne m'attendais pas à cette fin. Lorsque la comédienne décrit ce qu'elle a dans son sac, elle parle comme s'il lui appartenait. Pour ma part, j'ai aimé cette simplicité et cette aisance que renvoie l'actrice lorsqu'elle joue ce rôle. J'ai été captivé par la vie qu'elle raconte. J'ai apprécié également les choix techniques, le fait qu'on soit placé dans le point de vue de la personne qui pose les questions. Pour conclure, j'ai pu découvrir que j'appréciais les films de courte durée. "

"Le court-métrage que j'ai préféré est Emilie Muller, car c'est le plus réaliste, et l'histoire est beaucoup plus intéressante que les autres à mon goût. J'ai aussi aimé ce court-métrage en raison de la chute. Emilie raconte "son" histoire, nous sommes totalement captivés puis, à la fin, nous apprenons que tout ce qu'elle a dit était faux et complètement improvisé. L'actrice a joué un rôle compliqué car il n'y a aucune pause, tout s'est enchaîné, à la moindre erreur il faut recommencer. De plus l'actrice s'est très bien impliquée, elle ne montre aucune hésitation, chaque objet a sa propre histoire." (Anaïs)

"J'ai particulièrement aimé Carlitopolis car les effets spéciaux étaient très bien réalisés.  Les trois expériences que présentait Nieto étaient très réussies : la souris coupée en deux, la souris qui gonflait et la souris qui brûlait donnaient un effet comique que j'apprécie. J'ai aussi aimé la présentation que faisait Nieto auprès du jury. Son calme et son talent provoquaient un effet très réussi, mais j'ai regretté le manque de musique et la durée trop courte du court-métrage." (Henri)

"Le film que j'ai préféré est Stretching, j'ai trouvé les méthodes et les trucages ingénieux. Premièrement, à chaque nouveau plan, le personnage reste au même emplacement par rapport à la caméra, ce qui donne l'impression que c'est le décor qui bouge. Deuxièmement, je trouve que l'utilisation d'une boule de Noël pour déformer les bâtiments est ingénieuse, le déplacement de cette dernière fait bouger le décor et rend l'image surréaliste. En revanche, même si ce court-métrage m'a plu, beaucoup de personnes l'ont trouvé étrange. En effet la musique agaçante et répétitive ainsi que cet univers décalé peuvent paraître pour certains déplacés." (Augustin)

"Le court-métrage qui m'a plu le plus est Stretching. Selon moi, il était très réaliste mais il avait aussi une touche d'imaginaire. La déformation des bâtiments pouvait nous transporter dans un monde extérieur et très démesuré. En outre la vitesse à laquelle défilaient les images, associée à la taille des bâtiments de la ville, pouvaient m'emmener dans un monde où tous les éléments du décor entraient en mouvement.  De plus, comme un seul homme était toujours filmé, cela nous obligeait à le suivre tous ses mouvements durant le film. En conclusion, le réalisateur voulait sûrement nous faire découvrir la ville d'après son point de vue." (Hugo)

"Le court-métrage que j'ai préféré est Stretching de Francis Vogel. Premièrement, je trouve l'idée de prendre des photos et de les superposer pour en faire un film plutôt intéressante. Deuxièmement, je trouvais que les photos prises étaient simples puisque c'est un homme qui est dans la ville. Cependant le personnage faisait des postures parfois particulières, par exemple lorsqu'il s'accroupissait puis se relevait, de même lorsqu'il mangeait une banane ou buvait. Ainsi cela donnait un effet imaginaire. Pour conclure, ce court-métrage était très inventif car l'idée de base est assez intéressante". (Romane)

 

Critiques du film "Mon oncle" réalisées par les élèves de la classe de 6 C

Nous vous présentons un certain nombre de textes écrits par les élèves de 6 C avec leur professeur de français, Mme Seize :

"J'ai adoré en général ce film mais je n'ai pas aimé le début car le film met du temps à démarrer et à entrer dans la "vraie" histoire. Voici les gags que j'ai préférés : c'est quand les enfants sifflent, que le passant se retourne et se prend le poteau, et aussi quand la voisine des Arpel tond sa pelouse en pédalant. Je conseille ce film à ceux qui sont patients au début et qui aiment bien les gags." (Houcine)

"Voici un exemple de gag : dans la cuisine de M. et Mme Arpel, M. Hulot prend un verre pour le remplir d'eau mais il voit un pichet sur l'étagère qui le gêne, alors il le prend et le pose, mais celui-ci rebondit, alors il s'amuse avec en le faisant rebondir. Puis, sans s'en rendre compte, M. Hulot prend un verre mais il ne rebondit pas et se casse en mille morceaux.

J'aime vraiment beaucoup cette comédie qui est en plus presque muette, je vous conseille de la voir, ça change des films habituels. J'aime aussi cette comédie car les gags sont très rigolos, ça m'a fait beaucoup rire ! Attendez-vous aux bruitages des appareils électroniques chez les Arpel ou aux sifflements de l'oiseau dans le vieux quartier de M. Hulot !" (Klara)

"M. Hulot, l'oncle de Gérard, passe beaucoup de temps avec lui. M. Arpel n'aime pas que son fils traîne avec M. Hulot. Gérard aime bien passer du monde de sa famille, les Arpel, où il s'ennuie, à l'univers du quartier de M. Hulot, où il est content. M. et Mme Arpel habitent dans une villa ultramoderne qui les empêche de communiquer et d'être heureux, même si cette émotion est apparente sur leur visage, contrairement au quartier de M. Hulot où règnent la convivialité, le partage et quelquefois les disputes. Ce film est fait de gags et de tendresse..." (Laurine)

"Sorti en 1958, le film Mon oncle de Jacques Tati est une comédie.

Du côté des Arpel, il n'y a pas de communication à cause des appareils ménagers et Gérard, le fils de M. et Mme Arpel, s'ennuie car il ne faut rien déplacer. Par contre, du côté de M. Hulot, il y a beaucoup de convivialité et Gérard s'y sent bien car il est avec tous ses copains, ils font des blagues voire des petites bêtises, et surtout ils s'amusent et rigolent. 

Je pense que ceux qui n'ont pas vu ce film devraient le voir car, même s'il y a des moments ennuyeux, ce film m'a fait beaucoup rire. Il y a un gag qui m'a bien plu, celui de la fontaine chez les Arpel qui s'allume à chaque fois qu'il y a un visiteur ou un invité. Un autre gag : M. Hulot rentre chez lui et il doit passer par toutes les habitations avant d'arriver à la sienne. Je conseille ce film à ceux qui aiment les films muets et savent reconnaître les expressions du visage." (Justine)