Collège Ausone - Bazas
Recherche  

Zone privée

Authentification

L'option Langues anciennes

La question se pose en fin de 6e, alors que l’année scolaire n’est pas encore terminée et que le dernier conseil de classe se fait attendre ! Faut-il cocher la case option pour la classe de 5e ou non ? Petit tour d’horizon pour savoir si l’avenir passe par le latin.

Langue mère

Le latin est une langue italique, de la famille des langues indo-européennes, et qui était utilisée par les Romains. Plusieurs langues européennes dérivent directement du latin : les langues romanes, comme le catalan, le castillan, le français, l’italien, le portugais, l’occitan, le roumain, etc. D’autres langues lui ont emprunté un très large vocabulaire, comme l’albanais (l’Albanie est proche de l’Italie) ou l’anglais (par l’intermédiaire de l’ancien français). Le latin ayant été pendant des siècles la langue savante – et, en France, celle de l’enseignement, du Ve au XVIIe siècle – ainsi que la langue de l’Eglise catholique, son influence en Europe s’est faite sentir dans un grand nombre de langues. Voilà pourquoi l’apprentissage du latin donne des clés pour celui du français ainsi que pour certaines autres langues étrangères. Il est plus facile de connaître l’origine des mots et d'apprendre de nouvelles langues quand on est latiniste.

Par ailleurs, en cours de Langues anciennes, on apprend à connaître la vie des Romains, leur histoire et leur civilisation. On apprend à prendre du recul, à découvrir une culture, des croyances, et à respecter ce qui nous est étranger.

En pratique ?

On l’a vu, le latin aide à l’apprentissage du français en facilitant la connaissance de la phrase et du vocabulaire. Mais il revêt bien d’autres atouts comme celui de faire découvrir des civilisations passionnantes qui sont tout juste survolées dans le programme d’histoire-géographie. Il permet aussi de se forger un esprit d’analyse , de synthèse, d’ élargir son savoir , et il ouvre de nouveaux horizons. Apprendre le latin reste donc un plus pour la culture générale.

Si c’est une option...On n’est pas obligés de travailler ?

Faux ! En cinquième, le latin est pratiqué sur 2 h de cours ; ce sera une heure de moins à partir de l'application de la réforme (rentrée 2016) . En quatrième et troisième, trois heures (mais une heure de moins en 2016) . Il est donc nécessaire d’apprendre ses leçons au fur et à mesure !
On aurait cependant tort de croire aussi que l’on doit réserver cette discipline aux "bons élèves"... Tout élève curieux et motivé peut faire un bon latiniste ! 
En revanche, on est récompensé de ses efforts dès le Brevet des collèges, car les points supérieurs à 10 sont reportés en bonus pour le décompte total, et,  dans les Études supérieures, un élève latiniste se voit ouvrir des portes grâce à son ouverture culturelle. On note aussi l'utilité d'avoir appris les langues anciennes en entreprise.

Si les élèves hésitent ... Ils peuvent consulter l’oracle ! 

Un dernier point de vue... depuis la Belgique : Lire cet article

Le latin et le grec vont-ils disparaître avec la réforme?

Le latin et le grec deviennent désormais des "enseignements de complément" (1h en 5è, 2h en 4è et au moins 2h en 3è) liés à un Enseignement Pratique Interdisciplinaire, à savoir un atelier pratiqué en collaboration avec une deuxième discipline.