Recherche  

Zone privée

Authentification

L'histoire d'Artix

    Artix est une commune appartenant à l'ancienne province française du Béarnn sur la rive droite du gave de Pau, entre Lacq et Lescar. En 1385, Artix était un petit village comptant seulement 10 feux groupés autour de son église. En 1880, cette ancienne église fu démolie et une nouvelle fut inaugurée en 1899. Paul Raymond note qu'Artix dépendait du baillage de Pau.

    C'était surtout un village agricole, dominé au nord par les crêtes du Castérot, qui fut d'ailleurs le premier et le principal axe routier. Au XV siècle, Artix formait avec Serres-Sainte-Marie une baronnie.

    Au début du XVI siècle, chacun des deux villages devient autonome. Artix s'ouvre alors du côté sud, vers la vallée du gave de Pau. C'est dans ce gave que l'on choisissait les galets pour construire les maisons de la région. Sous Henri IV, la traversée du village fut transformée. Elle suivit désormais la ,plaine plus directement et à même le village. La création de la voie royale avec une célèbre étape de diligeances à Artix permit au village d'être plus connu, plus accessible, devenant même un marché important. La voie royale d'Henri IV devint ensuite la voie impériale sous Napoléon III, puis, à la fin du XIX siècle, la nationale 117 reliant Bayonne à Perpignan.

    C'est l'amorce d'un développement économique, avec des commerçants et des artisants. Le mercredi devient un grand marché, installé tout au long de la rue principale. Une fois l'an, la foire du Mercredi des Cendres devient vite réputée dans toute la région.

    Le développement de l'automobile est un atout important pour Artix. En effet, jusqu'à la construction de l'autoroute, le village reste un passage obligatoire du fait de sa position sur ce grand axe sud-ouest, mais aussi comme point de liaison pour les communes voisines au nord comme au sud.

    L'évènement le plus important de la vie économique d'Artix fut la découverte du gisement e gaz de Lacq, oint de départ d'une mutation industrielle lourde qui va modifier totalement l'environnement. Le village se développe alors pour accueillir les populations nouvelles avec les structures collectives indispensables telles que la lise en œuvre d'eau, de gaz et d'assainissement, la création de divers services publics, sociaux, sportifs, culturels.

    La gare se modernise, l'arrêt de train express s'impose. De nombreuses industries s'implantent dont la centrale thermique EDF qui impose la construction d'un barrage sur le gave. C'est un bouleversement total : en dix ans la population triple, atteignant 3 000 habitants, repoussant la vocation agricole historique au second plan.

   Artix fait l'objet d'un plan de prévention des risques technologiques, lié aux activités chimiques installés sur la commune, tout comme les villes de Bésingrand, Os-Marsillon, Noguères, Mourenx et Pardies.

    Le groupe Olano possède un site à Artix, spécialisé dans le stockage et le transport du chocolat.

 

 

« Artix eglise 001 » par Jean Michel Etchecolonea — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - commons.wikimedia.org/wiki/File:Artix_eglise_001.JPG

Site internet de la ville d'Artix

Cliquez sur l'image pour accéder au site internet de la ville d'Artix.