Recherche  

Zone privée

Authentification

Lundi 8 mars 2021

Vendredi, la Résidence Théâtre/Danse/Marionnettes avec les 4ème C s'est achevé par un FlashMob géant (tous les élèves, enseignants, AESH, Principale Adjoint, etc. dans la cour en train de danser). Bientôt sur ce site, vous verrez la vidéo. Et vous pourrez constater que ce fut un grand moment.

 

Le spectacle élaboré avec les élèves de 4ème C était inquiétant, fascinant et surtout très réussi !

***

Sinon, je vais rappeler ce qu'est un marronnier. Un marronnier est dans l'argot journalistique, un sujet qui revient de façon cyclique au fil des saisons (comme les feuilles des arbres). Et le 8 mars, est un jour de marronnier puisque c'est la Journée Internationale du Droit des Femmes. Et tous les 8 mars, la presse consacre plusieurs pages à ce sujet. Ainsi dans le journal Sud Ouest d'aujourd'hui, en plus des articles et des commentaires, vous avez une infographie rassemblant plusieurs faits moyennement encourageants. Exemples : Pendant le premier confinement, dans 84 % des cas, ce sont les mères qui ont assuré seules l'aide aux devoirs. 89 % des femmes ont été victimes d'injures sexistes. Pendant le confinement, les violences conjugales ont triplé par rapport à l'année précédente...

Vous voyez, il n'y a pas de quoi se réjouir. En espérant que la prise de conscience des combats à mener pour la place des femmes aille au-delà du 8 mars.

J'aime, parfois, accompagner mes billets d'une musique. Et, j'avais pensé à une petite chanson des Spice Girls (et leur Girl Power). Mais peut-être était-ce trop de légèreté sur un sujet si grave. Alors, en cliquant sur l'image ci-dessous, vous pourrez écouter No es No, une chanson où il est question de consentement et du corps des femmes qui n'appartient qu''à elles. La chanson est en trois langues : espagnol, français et basque. Et le clip est sous titré. Je serai complet si je précise que les interprètes sont Itziar Ituño (actrice aperçue dans La Casa de papel) et la saint-palaisienne Anne Etchegoyen.

 

 

 

 

Vendredi 5 mars 2021

En ces temps difficiles (pas pour tout le monde, mais je n'ai pas le temps de singulariser chacun), où ne pas être confiné le week-end est déjà une bonne nouvelle, il faut chercher des raisons d'être optimiste.

En lisant Le Journal de Saint-Palais de ce jour (et arrivé au CDI), nous apprenons l'existence d'une nouvelle association, Amalia. Amalia est l'acronyme de Association pour la Mixité et l'Animation Locale et Intergénérationnelle en Amikuze. Toute la première page est consacrée à cette association, je ne vais donc pas tout retranscrire. Sachez que l'idée principale est de créer du lien entre les générations.

 

A l'origine d'Amalia, il y a une très lointaine et ancienne élève : Irma. Sur la photo, on peut voir trois anciens élèves (qui sont encore mineurs : Anaïs, Bastien et Lola.

 

Dans le Sud Ouest d'aujourd'hui, un article fait le point sur les perspectives des festivals au Pays Basque. Pourront-ils avoir lieu ? Combien de personnes pourront assister aux spectacles, etc. Comme vous ne pourrez pas tous lire le Sud Ouest, je vous mets en lien l'article du site Sud Ouest. Il suffit de cliquer ici.

Une manifestation qui n'est pas franchement un festival mais qui regroupe (en temps normal) beaucoup de personnes, c'est Herri Urrats. En 2020, c'était le groupe Diabolo Kiwi qui avait interprété la chanson de ce rassemblement. En cliquant sur l'image ci-dessous, vous pourrez voir le clip. Vous devriez reconnaître un des membres du groupe, il était enseignant au collège, l'année dernière. Mais attention, les images peuvent être très choquantes, on y voit des personnes sans masque, ne respectant aucune distance sanitaire et n'utilisant jamais de gel hydroalcoolique. A l'époque le Covid n'avait pas bouleversé nos vies. C'était avant... Nous étions heureux et nous l'ignorions...

 Amaiur se cache sur cette photo. Sauriez-vous le reconnaître ?

 

 

 

Mardi 2 mars 2021

On en parle partout, il apparait sur la première page du journal Sud Ouest, je vois mal comment je pourrais faire pour ne pas parler de Serge Gainsbourg. En même temps, que pourrais-je rajouter à tout ce qui s'écrit et se publie ? Il a écrit quelques chansons magnifiques et il a sombré dans quelques provocations dont il aurait pu se passer (et que je ne peux reproduire ici, nous sommes sur un site scolaire). En plus d'apparaître ivre la plupart du temps à la fin de sa vie.

Celui qui a résumé le mieux Serge Gainsbourg, c'est Pierre Desproges (humoriste mort en 1986). Il disait de lui : C'est le seul génie qui ressemble à une poubelle.

Quant à moi, et puisque j'ai inauguré hier l'utilisation du mot cul dans cette rubrique, je ne peux m'empêcher de vous proposer à nouveau la vidéo de Serge Gainsbourg avec Michel Simon. Ils chantent L'herbe tendre tout en buvant du vin. C'est drôle, poétique et libre... Alors là, bravo ! Des gros mots et une incitation à l'alcoolisme. Ceux qui sont choqués peuvent s'adresser à moi (mais gentiment). Et je rappelle que cette vidéo avait été un choix de Mr Samondes à l'heure de distinguer une chanson au moment d'une Semaine de la poésie. J'ai un courage tout relatif. J'aime me cacher derrière mes supérieurs hiérarchiques...

 

 D'avoir vécu le cul
Dans l'herbe tendre
Et d'avoir su m'étendre
Quand j'étais amoureux
J'aurais vécu obscur
Et sans esclandre
En gardant le cœur tendre
Le long des jours heureux

 

1er mars 2021

Sur le plus beau trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul ! Si je me permets d'utiliser cette citation, c'est pour rendre hommage à Michel de Montaigne qui publia Les Essais un 1er mars. Certes, ça ne date pas d'hier, c'était en 1580. Mais ce n'est pas tous les jours que je peux écrire le mot cul dans cette rubrique et avoir l'excuse d'une source intellectuelle aussi reconnue que Montaigne.

 

Ce portrait de Montaigne n'est qu'une hypothèse

La logique voudrait que je vous parle longuement de cet auteur dont l'importance et la pertinence de la pensée perdurent (et s'accroissent) au long des siècles. Mais voyez comme je me laisse porter par le hasard, Mme Mounier est venue me parler ce matin de bandes dessinées et de Préhistoire (dont elle est une spécialiste reconnue) et aujourd'hui, nous fêtons les 52 ans de Rahan le fils des âges farouches, un héros de BD, apparu dans Pif Gadget en 1969, au succès incroyable et à l'inventivité sans borne puisque Rahan vit au temps préhistoriques en même temps que les dinosaures. Rappelons que les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d'années, alors que les premiers hommes font leur apparition il y a 2,5 millions d'années. L'auteur commet une petite erreur (quelques dizaines de millions d'années) mais elle est suffisante pour que Mme Mounier propose l'achat d'autres bandes dessinées historiques un peu plus documentées. Elles seront bientôt au CDI.

 

Combien d'enfants ont lu Rahan en pensant que les dinosaures étaient des compagnons de jeu ?

Si Rahan prend quelques libertés avec la vérité historique, que dire de la série diffusée sur Arte, Silex And The City. La préhistoire n'est plus qu'un prétexte pour aborder des questions du XXIXème siècle.

Toute ressemblance avec la Préhistoire serait un véritable coup de bol. Si vous ne me croyez pas, cliquez sur l'image pour voir un épisode (qui se passe dans un collège)

 

 

 

Vendredi 26 février 2021

La Préhistoire était, il y a très longtemps, au programme d'Histoire des classes de Sixième. Puis elle a cessé d'être enseignée. Et puis elle est revenue. Comme j'avais un peu perdu le fil, c'est Mme Mounier (enseignante d'Histoire, mais pas que) qui l'a confirmé : La Préhistoire est bien au programme.

Je ne vais pas essayer de faire le malin (à l'impossible, nul n'est tenu) et faire un exposé ici sur le Paléolithique et le Néolithique. Comme le CDI est bien pauvre en contenu abordant cette période, je voulais signaler deux sources (rassurez-vous, il y en a d'autres) intéressantes et complémentaires, sérieuses et toutefois amusantes.

D'abord un Hors-Série de Science & Vie Junior : Les premiers hommes. Il répond à des questions essentielles : Qui a tué Néandertal ? Comment était faites les peintures de Lascaux ? Qui a été le premier agriculteur ? A quoi servait un mammouth ? etc.

Et il y a un roman très drôle (c'est ce que je pense) et très intelligent et documenté (ça c'est Mme Mounier qui le dit) : Pourquoi j'ai mangé mon père. L'histoire d'Edouard (qui nous dit que ce n'était pas réellement un prénom à la mode en ces temps reculés ?) qui change la face de l'évolution humaine en apprivoisant le feu et en luttant contre Vania qui refuse toute évolution de hominidés.

***

J'en ai parlé lundi, ça a pris un peu de retard, mais en cliquant sur l'image ci-dessous, vous verrez le diaporama des diffférents ateliers suivis par les 4ème C. Merci à Mme Cledon et à Mme Duhart pour les photos prises et les vidéos tournées...

 

 

 

Jeudi 25 février 2021

Je suis triste ! Je sais que je ne devrais pas manifester mes états d'âme, mais hier nous avons appris que le séjour au ski était annulé. Ce grand moment annuel où tout un niveau part à la montagne pendant une semaine est un moment important de la scolarité des élèves. Important et parfois inoubliable. La tristesse est d'autant plus présente qu'on se souvient qu'il y a un an, le séjour au ski (début mars) avait été la dernière sortie scolaire avant la fermeture du collège (16 mars 2020) et le confinement général (17 mars 2020). Un an que la Covid dicte nos vies... Et ce n'est pas fini.

 

Il y a un an : l'insouciance d'un monde où le Covid n'était encore qu'une (insistante) rumeur

 

Pour autant, ce n'est pas pour ça que l'enthousiasme a disparu. Le 5 mars, en conclusion de la Résidence d'artistes au collège, aura lieu un flashmob autour de la chanson Vida Loca des Black Eyed Peas. Vous pouvez l'écouter en cliquant ici. Tous les élèves seront impliqués. Et les adultes aussi. Ci-dessous, vous avez une photo des enseignants les plus talentueux s'entrainant sous la houlette de Mr Brisé. Une vidéo circule où on les voit bouger avec grâce et élégance. Je l'aurais bien insérer sur ce site mais le documentaliste a reçu des menaces pour ne pas diffuser ces images.

 

 La chorégraphie proposée par Andy Scott Ngoua (voir au 22 février) sera reprise par tout le monde. Sur Internet circule des dizaines de vidéos de danse sur cette musique. Toutes différentes. Cliquez sur le masque de Mr Brisé pour en voir une autre...

 

 

Mardi 23 octobre 2021

La journée a été remplie d'incidents techniques et informatiques. J'ai juste le temps de vous parler de la couverture du dernier numéro d'I Love English, arrivé ce matin au CDI. Avant les vacances, je me réjouissais de connaître quelques artistes jeunes et médiatiques. Ma joie aura duré peu de temps. Billie Eilish est une artiste de 19 ans que je découvre alors qu'elle est connue de tous les élèves (d'après une enquête scientifique basée sur le hasard absolu). Quelques filles de Troisième m'ont même conseillé d'écouter Bad Guy. Je suis parti regarder son clip. Il a plus d'un milliard de vues. Mais comment est-ce possible ? Il y a quelques années, un rocker disait en parlant de sa musique : Si vous trouvez que c'est trop fort, c'est que vous êtes trop vieux.

Billie Eilish chante des chansons. Je ne les trouve pas terribles du tout (mais, manifestement, elles n'ont pas été écrites pour moi). Est-ce parce que je suis trop vieux ? On ne peut rien exclure...

On sent qu'elle respire la joie de vivre. Cliquez sur son sourire (non, je rigole) pour écouter son grand succès Bad Guy

 

 

 

Lundi 22 février 2021

Jour de rentrée et on voudrait montrer un peu plus d'enthousiasme. Mais, on repart à nouveau avec gel hydroalcoolique, masque et des protocoles sanitaires qui ne s'allègent toujours pas... Difficile de dissimuler sa lassitude.

Maintenant que j'ai tenu ce propos sans aucun intérêt (mais j'en avais besoin), parlons du changement qu'il y a eu au CDI pendant ses vacances. La grande baie vitrée qui était d'origine (elle datait de 1976, l'année où un Président de la République - mort dernièrement - s'était invité au village d'Arhansus) a été remplacée. Et voilà ce qu'on pouvait voir ce matin :

C'est pas un beau changement, ça ?

Comme vous êtes observateurs, vous aurez remarqué que le CDI ne ressemble plus vraiment à un CDI. Pour tout dire (même si on ne le voit pas tout à fait), le CDI ressemble plus à une salle de danse. Comme Mme Cledon est à l'origine de cet état de fait, je préfère lui laisser la parole :

Du 22 février au 5 mars une résidence d’artistes se tiendra au collège  et travaillera parallèlement avec les élèves de 4C deux heures par jours autour de deux ateliers. Les élèves seront divisés en deux groupes : ils découvriront la « marionnette de corps » avec la comédienne Laurie Cannac, et l’expression corporelle avec les danseurs et chorégraphes Andy Scott Ngoua et Jean Philippe Leremboure. Jean-Louis Hargous, compositeur, clarinettiste et saxophoniste interviendra également lors des différents ateliers. Les quatrièmes avaient eu la chance d’aller voir la représentation Lampedousa Snow en janvier et de découvrir Andy Scott sur scène. Ce dernier a aussi créé et diffusé un montage vidéo pour faire danser tout le collège dans une flashmob qui clôturera leur présence le vendredi 5 mars à 16h30.

Dès demain, j'ouvrirai un diaporama sur le travail avec les élèves. Il sera enrichi quotidiennement par des photos. Je ne résiste pas à l'envie de vous en proposer une. Elle est mystérieuse et inquiétante. Et ouvre la porte à toutes les interprétations...

 

 

 

Faites de beaux rêves !

 

 

Vendredi 5 février 2021

Je viens de vivre un terrible ascenseur émotionnel. Nous avons reçu, hier, au CDI, un Hors-Série de la revue Je Bouquine, Histoires de Stars. Un recueil de nouvelles courtes et faciles à lire sur les stars du moment. On n'est pas non plus obligés de lire tout le temps des livres sérieux. Et tant que ça donne envie de lire...

 

J'étais content parce que, une fois n'est pas coutume, je connaissais toutes les vedettes dont il était question : Kev Adams, Louane, Dany Boon, Coco Chanel, Ed Sheeran et Katy Perry. Bon, en même temps, toutes ces personnalités sont célèbres depuis quelques années. Et il n'est même pas sûr que tous les collégiens les connaissent.

 

En cliquant sur cette photo, vous pourrez écouter Jour 1

J'étais prêt à me trouver dans le coup (expression qui n'est plus utilisée que par les personnes âgées) quand j'ai lu que le livre qui s'est le plus vendu depuis la rentrée est Toujours plus d'une Youtubeuse (ou influençeuse) Lena Situations. Je ne connaissais ni le titre, ni l'auteur. Sur un échantillon qui ne représente que les élèves que j'ai vu ce matin, TOUS les élèves la connaissent, et beaucoup ont acheté son livre. Evidemment, je me le suis fait prêter, et je sens bien que son contenu (un fatras de conseils en développement personnel et de trucs pour se sentir mieux dans sa peau) ne m'est pas destiné. Mais qu'y suis-je pour juger ? Cette fille de 22 ans n'est que positive et volontaire. Et si elle peut aider des adolescentes à aller mieux...

 

Reste que je réfléchis à l'intérêt d'acheter un tel livre pour le CDI... Il me reste les vacances qui arrivent pour y réfléchir...

 

 

 

Jeudi 4 février 2021

Il reste un peu plus d'un mois pour que les élèves de Quatrième votent pour la meilleure Bande Dessinée de l'année, dans le cadre du Concours BD du Conseil Départemental. Le thème de cette année est la science, et on ignore qui pourrait l'emporter. Il y a deux ans, La Guerre de Catherine l'avait emporté très largement. Et le récit, et le dessin avaient séduit les lecteurs.

 

Pourtant, une autre Bande Dessinée avaient beaucoup plu : Giant de Mikaël. On y voyait les ouvriers à New-York dans les années 1930, et s'y mêlaient les thèmes de la crise économique, de la dureté (et de la dangerosité) du travail, mais aussi de l'immigration irlandaise et des combats indépendantistes de l'IRA.

 

A l'époque, le CDI ne proposait que le volume 1 ? Avec le volume 2, le récit prend une ampleur et une richesse qui auraient pu faire basculer le vote. Même si on ne le saura jamais, les deux volumes lus à la suite offrent un moment de lecture passionnant. On découvre mieux les motivations de Giant (le héros, un révolutionnaire irlandais venus oublier ses déconvenues à New-York), et on devine ce qu'est l'Irlande et les raisons qui ont poussé tant d'irlandais (et d'irlandaises) à migrer aux Etats-Unis. On apprend aussi une partie de l'histoire d'une des photos les plus célèbres de l'Histoire américaine.

Cette photo symbolise la crise économique et le courage incroyable des ouvriers travaillant dans des conditions très particulières. Cette photo a aussi servi de photo de propagande pour montrer la courage des américains... Pour en savoir plus, cliquez sur la photo.

L'épisode de la photo est présentée dans la bande dessinée. Un peu romancé. Ce qui demeure exact, c'est la nationalité des ouvriers... Ils étaient tous irlandais...

 

Mardi 1er février 2021

Le dossier principal du journal Sud Ouest d'aujourd'hui (et au CDI) port sur le boom des jeux vidéo en 2020, sans doute favorisé par les différents confinements et couvre-feux. Le journal parle surtout d'économie et d'addiction, mais ce qui m'a intéressé, c'est de voir les jeux les plus vendus et donc, les plus joués. Loin des clichés et des craintes, ce ne sont pas les jeux violents, agressifs ou guerriers qui sont en haut du podium. Le plus vendu est Mario Kart (des courses de véhicules fantaisistes avec des personnages rigolos) et le phénomène nouveau correspond à Animal Crossing (où il est question surtout de savoir gérer une ferme, ce qui, pour certains élèves de Saint-Palais, n'est pas très dépaysant). Si vous entendez parler ce ces jeux pour la première fois, c'est que vous êtes trop vieux...

 

Deux enseignants de ce collège considèrent que Mario Kart, c'est le fun (selon leurs propres termes)

Si les ordinateurs et les consoles ont pris tant d'importance, c'est aussi surtout à Steve Jobs, à l'origine du succès d'Apple. Steve Jobs qui est aussi à la création de Pixar, la maison de production, appartenant actuellement à Disney, et qui est responsable d'une série de dessins animés remarquables (Toy Story 1,2,3,4..., Ratatouille, Vice Versa, Là-haut...). Si je vous en parle, c'est qu'il me fallait une transition pour vous parler d'une photo parue dans le Science & Vie Junior du mois de février (et arrivé aujourd'hui au CDI).

 

Comme c'est écrit trop petit, je précise qu'il s'agit de diamants mandarins et ils ont largement inspiré un court (3 minutes) dessin animé Pixar.Moi qui pensais que les concepteurs de chez Pixar ne faisaient marcher que leur imagination. En cliquant sur l'image ci-dessus, vous pourrez For the Birds. C'est drôle, efficace et on peut même y voir une morale dénonçant nos égoïsmes. Égoïsmes qui finissent parfois par se retourner contre nous.

 

 

 

Lundi 1er février 2021

Aujourd'hui, la classe de 4ème B aura le privilège d'emprunter un roman d'amour, venu du CDI. C'est le thème de la séquence suivie par Mme Denays, en Français.

 Baiser de l'Hôtel de Ville (1950). Dans l'hypothèse qu'il s'agisse d'amour

Parmi les romans proposés, il y en a un qui est peu emprunté (et je le comprends, il fait plus de 400 pages) et que j'aime beaucoup, même si je ne sais pas vraiment pourquoi. Il accumule tous les défauts : il est trop long, il est prévisible et il contient plus de clichés sur l'amour et la passion qu'un roman-photo des années 50 (je sens que je suis le seul à avoir la référence, mais croyez-moi, ces romans-photo étaient épouvantables).

Irrésistible alchimie (puisque c'est le titre) raconte l'histoire de Brittany, une jeune fille de bonne famille et d'Alex, un jeune latino, membre d'un gang de délinquants. Ils vont se détester, s'aimer, se fuir, être attirés, vivre un amour fusionnel. On devine tout, les effets sont téléphonés et pourtant... je n'ai pas réussi à décrocher de cette bluette. Bref, si vous voulez un vrai roman d'amour, celui-là devrait vous transporter.

Une riche, un pauvre... Une fille sage, un délinquant... L'amour peut-il exister ?

Comme en février, c'est le mois de la Saint Valentin et que le 14 février, nous serons en vacances, je vous propose, dès aujourd'hui, un extrait du film d'amour : Sur la route de Madison. Ce qui est intéressant ici, c'est de voir que l'amour est vécu (et de quelle manière !) par deux personnes plus toutes jeunes. Car, oui, il n'y a pas d'âge pour l'amour (que voulez-vous ? on se rassure comme on peut...).

 Cliquez pour la bande annonce ! Mais si un jour vous regardez le film... Préparez les mouchoirs

 

 

Vendredi 29 janvier 2021

Mme Denays, en Quatrième, aborde avec ses élèves le chapitre Confrontation de valeurs. L'idée est évidemment centrée sur l'opposition (éventuelle) entre l'individu et la société. Comme il s'agissait de faire un lire un roman, le CDI (ou plutôt le documentaliste, je ne suis pas encore le CDI) a donc proposé une sélection d'ouvrages sur ce sujet. Trente livres en tout. Parmi eux, je m'en vais vous en présenter deux. Un est au CDI depuis la nuit des temps (à peu près, l'unité de mesure "la nuit des temps" n'est pas tout à fait définie), l'autre est un roman beaucoup plus récent.

La guerre des chocolats de Robert Cormier raconte l'histoire d'un garçon, nouveau dans un lycée qui doit obéir à une société secrète dirigée par un élève manipulateur. Il doit choisir entre se soumettre ou s'opposer.

 

Celle qui voulait conduire le tram de Catherine Cuenca est le récit d'une femme qui, en 1916, puisque tous les hommes sont au front, apprend à conduire un tram. Avec le retour de son mari (blessé) et la fin de la guerre, on lui demande de rentrer chez elle. Elle doit comprendre que son seul rôle de femme est de rester à la maison. Elle refuse cette situation.

 

***

Dans le dernier numéro d'Okapi, arrivé aujourd'hui au CDI, vous trouverez un dossier sur les stages en entreprise et le témoignage de 5 élèves de Troisième qui expliquent en quoi consiste leur stage. Et ce dossier arrive la semaine même où les élèves de Troisième sont tous en stage. A croire que les journalistes d'Okapi font leur sommaire en fonction de ce qui se passe dans notre collège. Pour un peu, on se sentirait important.

Mais, je vais vous parler de la double-page consacrée aux comédies musicales. Le magazine vous en conseille huit. Il y a suffisamment de chaines, de plateforme et de sites (légaux) de streaming pour que vous puissiez en voir quelques unes (et vous aurez le temps, les vacances approchent...).

Donc, j'ai décidé de vous proposer un extrait, tiré des Blues Brothers, un film musical de 1980. L'histoire est moins importante que la bande son, un condensé de musiques noires américaines. En extrait Everybody Needs Somebody, qui pourrait se traduire par Tout le monde a besoin de quelqu'un. Ouf ! Enfin des paroles d'amour et d'espérances. On s'éloigne de la confrontation...

 

 Cliquez sur l'image

 

 

Jeudi 28 janvier 2021

Le CDI a complété la collection de petits romans consacrés à la mythologie (qu'on retrouve dans les collections Petites Histoires de la Mythologie et Histoires Noires de la Mythologie). En tout ce sont près de trente titres qui sont à disposition de tous et que Mme Bengochea (en Français) va faire lire à ses élèves de Sixième (chacun devant choisir un livre). Evidemment, ces livres sont tout à fait adaptés aux élèves. Mais ne croyez pas pour autant que ce qui est raconté soit léger. Il est souvent question d'assassinat et de tortures (Oedipe tue son père, Cassandre est assassinée, Didon se suicide, et ce ne sont que quelques exemples).

    

 Vous avez vu les couvertures ? Heureusement qu'il s'agit de la base de notre culture...

 ***

Si vous avez gardé votre âme d'enfant, vous devez garder au fond de vous une fascination pour les trains. A moins que je ne parle qu'aux personnes qui ont été petits il y a très longtemps. Peut-être que ceux qui sont nés au XXIème siècle ont perdu tout intérêt pour les voies ferrées.

Pour autant, je vous invite à venir au CDI lire le dernier numéro de Science & Vie Junior. Un dossier tout en images de trains à travers le monde vous surprendra. Curieusement, les plus étonnants se trouvent en Chine. A Chongqing, un train passe (et s'arrête) au huitième étage d'un immeuble ; à Chengdu, le train parcourt 60 kilomètres sur un rail, en suspension et entre Golmud et Lhassa, le train circule à une hauteur de 5000 mètres.

 

On est dans le train, mais on peut tout voir comme si on était à l'extérieur. Ici, aux Etats-Unis.

 Ici, on peut être chez soi et voir tout ce qui se passe dans le train. C'est au Vietnam.

 

 

 

 

Mardi 26 janvier 2021

Il y a des jours comme ça où on se met à regarder les anniversaires, histoire de rendre hommage aux personnes qui en valent la peine. Mais aujourd'hui, il y en a trop. Uniquement parmi les chanteurs et musiciens de variété, le 26 janvier sont nés (entre autres, la liste n'est pas exhaustive) : Michel Delpech (1946), Michel Sardou (1947), Eddie Van Halen (1955) et Andrew Ridgeley (1963).

Juste pour vous les remémorer, je vous propose les chansons les plus emblématiques de chacun. Le Loir et Cher (premier succès de la ruralité) ici ; https://www.youtube.com/watch?v=H-aWh_7pijsLes Lacs du Connemara (succès qu'on aime chanter faux), ici ; You Really Got Me Now (reprise bruyante d'une chanson des Kinks), ici ; Careless Whisper (slow insurpassable co-écrit par Andrew Ridgeley, moitié su groupe Wham), ici.

Il y a des jours, pourtant, où les morts ont plus de poids que les vivants. Il y a un an, Kobe Bryant mourait dans des circonstances tragiques. Du temps où ce collège était moins envahi par les handballeurs (pour mémoire, Landry, Jérémy jouent au handball, Marion y a joué, et parmi les personnes qui sont partis, Mathilde et Mme Porté ont joué, ou jouent encore, à un très bon niveau), et que le basket tenait le haut du pavé, Kobe Bryant était une idole. Et c'est vrai que même si on n'est pas fan, on ne peut qu'admirer son talent (et être amusé par son côté bling bling et sa frime).

 Cliquez sur son maillot

 

 

Lundi 25 janvier 2021

Ne trouvez-vous pas que la période est un peu anxiogène ? Ne serait-il pas temps de se déstresser et de gagner en sérénité ? Oui, bien sûr ! Mais comment faire ? En allant à la page 45 du journal Sud Ouest (au CDI, comme d'habitude), vous avez un court article sur la tricothérapie. Mais qu'est-ce que la tricothérapie, me direz vous (aujourd'hui je fais les questions et les réponses) ? Comme on peut le deviner, il s'agit de faire du tricot régulièrement et d'en tirer un bénéfice pour sa santé. Dans l'article (où il est question de deux girondins qui ont développé cette idée), on apprend que le tricot a un effet anti-déprime comme la méditation. Il stimule la dopamine et la sérotonine (les molécules du plaisir) et diminue le cortisol (l'hormone du stress).

 

Article complet à lire au CDI.

 

Vous avez au CDI, un livre dont j'ai déjà parlé et qui est absolument délicieux (un livre peut-il être délicieux ? Oui !). Il s'agit d'un roman de T.S. Easton : Les garçons ne tricotent pas (en public). L'histoire d'un garçon qui doit suivre un programme de réinsertion. Et dans ses obligations, il y a celle de suivre des cours de tricot. Il est mort de honte.

 Pour en savoir plus, cliquez sur l'image et voyez la présentation qu'en fait une élève de Seconde

 

J'ai pensé, pour illustrer mon propos, vous montrer des images des championnats de vitesse de tricot ? Très mauvaise idée. A la vitesse où on voit les concurrentes tricoter, et à la tête qu'elles font (désolé, il n'y a que des femmes parmi les meilleurs), on sent que l'idée de plaisir n'est pas ce qu'il y a de plus essentiel. Je préfère vous mettre en lien, un reportage diffusé sur ARTE : Islande, le tricot une affaire d'homme. Ça dure 42 minutes. Regardez juste le début (mais vous pouvez tout voir). Pour un peu, on aurait tous envie de faire du tricot. Quoiqu'il en soit, cela montre bien que les femmes ne sont pas les seules à tricoter et, pour reprendre un extrait de l'article de Sud Ouest, si tout le monde tricotait, le tricot guérirait les tendances machistes.

 Cliquez et vous ne verrez jamais autant de laine islandaise

 

 

Vendredi 22 janvier 2021

Dans Okapi, du 1er février, vous avez un sondage sur les héros de BD préférés des ados, un débat sur les tenues vestimentaires et la publication du dernier Lucky Luke (qui date de 2020, dont le titre est Un cow-boy dans le coton et qui voit notre héros hériter d'une plantation). Avouez que ça fait envie de venir au CDI pour lire Okapi ?

 

Et encore, je ne vous ai pas tout raconter. Il y a aussi, dans le dernier numéro, un dossier amour/haine qui fait le point sur les relations entre anglais et français. Évidemment, ne sont pas abordées les questions qui fâchent, ni les sujets graves ni les conflits réels. Il n'est donc pas question ni de la guerre de Cent Ans, ni de Jeanne d'Arc. Et on ne parle pas non plus de l'appréciation de John Lennon sur le rock français "Le rock français ? Vous rigolez ? Autant parler de vin anglais".

Les Beatles ont beaucoup aimé Paris. Il y a même une de leurs chansons (signée Lennon/McCartney) qui est  (partiellement) en français. Il s'agit de Michelle. En cliquant sur la photo, vous verrez Paul McCartney la chanter à Michelle Obama

 

En revanche, il est question de l'humour, du temps, de la Reine, de la cuisine, etc. Tous sujets qui permettent de se moquer de l'autre. Et puis, il y a un sujet qui est à la frontière entre le léger et le super important. Je veux évidemment parler du rugby. Et du match le plus important pour tous les amateurs de ce sport : le Crunch. Admirez la citation sur l'image ci-dessous? Une citation entre la moquerie et l'admiration. Les deux termes qui illustrent le mieux la relation franco-anglaise. Et puis, si vous cliquez sur l'image, vous pourrez voir une vidéo officielle du site de la Coupe du monde de rugby qui montre les 5 plus beaux essais marqués lors des confrontations. Et le plus bel essai... a été marqué par Vincent Clerc en 2011.

 

 

 

Jeudi 21 janvier 2021

Hier, sur toutes les chaines de télévision, il était question de l'investiture de Joe Biden. La cérémonie était particulière, pas de foule, pour cause de pandémie. Il y avait pourtant quelques symboles (du très significatif au plus anecdotique). Par exemple, c'est la première fois que la vice-présidence est assurée par une femme, Kamala Harris. Les français ont remarqué que la robe portée par Lady Gaga (qui a chanté l'hymne américain) avait été conçue par une maison de couture française (Schiaparelli). Les hispanophones se sont réjouis d'entendre Jennifer Lopez parler en espagnol (la première fois qu'on entend une autre langue que l'anglais lors d'une investiture), ce qui va au-delà du symbole. Les Etats-Unis compteraient (il y a beaucoup d'immigrés clandestins non recensés) plus de 60 millions d'hispanophones.

      

 

Si Lady Gaga a chanté l'hymne américain (obligatoire lors d'un acte aussi officiel), Jennifer Lopez a repris This Land is Your Land de Woody Guthrie. Woody Guthrie, chanteur très engagé (mort en 1967) qui fit graver sur sa guitare : "Cette machine tue les fascistes". Un message de J-Lo à Donald Trump ? Quant à la phrase en espagnol, elle avait aussi un clair contenu politique : Una nación (...) indivisible, con libertad y justicia para todos. Est-ce nécessaire de traduire ?

Pour tout savoir sur l'investiture, évidemment, je vous conseille Sud Ouest au CDI (ou chez vous, c'est le même contenu).

Ci-dessous, This Land is your land par Jennifer Lopez et quelques éclaircissements supplémentaires. Cliquez sur l'image...

 

 

Lundi 18 janvier 2021

Les nouvelles restrictions sanitaires ont été appliquées dès aujourd'hui. Cela concerne surtout l'organisation de la cantine et les cours d'EPS. Mais vraiment ? Vous avez envie que je reparle de ce feuilleton interminable dont on ne voit pas le bout ?

Parlons donc d'autres choses.

Ce matin, il y avait au moins un enseignant heureux (son sourire radieux se devinait sous son masque) en Salle des Profs. Hier l'Athletic Bilbao a remporté la Supercoupe d'Espagne. Et cet enseignant est un inconditionnel de l'Athletic. Quand on est supporter d'une équipe qui ne gagne que très occasionnellement des titres (c'est le deuxième depuis 1984), il vaut mieux en profiter, c'est un plaisir rare (donc précieux).

Cliquez pour voir un résumé du match d'hier

Hier nous avons appris la mort de Phil Spector, une personne très peu fréquentable (il purgeait une peine de prison de 19 ans pour avoir assassiné une femme), tyrannique et à moitié cinglé. Je n'aime pas l'idée qui veut qu'on distingue l'homme de son oeuvre. Pourtant, aussi critiquable que soit cet artiste, il a été un musicien fondamental dans la pop music. Il a produit quelques chansons et artistes remarquables (The Beatles et The Ramones par exemple). Et ce serait dommage d'ignorer ses chansons telles que Be My Baby des Ronettes, en 1963.

Le son et l'image en cliquant

 ***

Toutes ces informations pas très importantes, vous les retrouvez dans le journal Sud Ouest, tous les jours au CDI.

 

 

 

Vendredi 15 janvier 2021

Ce matin et cet après-midi les élèves de Sixième sont allés au cinéma de Saint Palais pour assister  à une présentation du spectacle L'indien Blanc qui se tiendra à Mauléon le 28 janvier. Les trois musiciens ont échangé avec les élèves autour du sujet du spectacle (l'écologie), des instruments qu'ils jouent (il y en a beaucoup, dont un violon alto) et de leur mise en scène... Comme j'entends d'ici des personnes protester, je tiens à préciser que le spectacle du 28 janvier se fera si les choses s'améliorent drôlement sur le front de l'épidémie. Je laisse à chacun évaluer ce que seront les protocoles sanitaires dans deux semaines...

Si vous voulez en savoir plus, le site du spectacle donne toutes les informations. Il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessus.

 

Olivier Apat et Damien Bec lors d'un précédent spectacle

***

Dans la presse du jour, nous avons reçu Le Journal de Saint-Palais. Information à retenir : La médiathèque organise, une année de plus, un Concours de Nouvelles. Cette année, les candidats devront écrire entre 2 et 7 pages sur l'idée suivante : Le jour de trop. Je ne peux qu'inviter les plus de 16 ans à participer. En cas de victoire, la gloire éternelle (à peu de choses près) vous est acquise. Date limite d'envoi des textes : le 1er juillet 2021. Pour le règlement complet, cliquez ici.

Enfin, Je Bouquine, consacre son numéro de février aux timides. Comme d'habitude, il y a des conseils culturels et en ce qui concerne, les timides, il propose des films à ne pas rater. J'en sélectionne 3 : Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Le cercle des poètes disparus et Le discours d'un roi. Pour chaque film, vous avez un résumé, le souci du héros et sa technique pour surmonter sa timidité. Avec les rediffusions, les plateformes, et les streamings, vous devriez facilement les voir si vous le souhaitez. Juste une précision avant de finir. Dans Le discours d'un roi, le problème du héros (le roi d'Angleterre) est le bégaiement. Or, il me semble connaître une personne qui, même si elle est bègue, n'est pas si timide que ça...

Cliquez sr l'image et vous verrez la bande annonce...

 

 

Jeudi 14 janvier 2021

Comme tous les jours ouvrables, et depuis de très nombreuses années, le journal Sud Ouest est arrivé ce matin au CDI. Et avec le quotidien, il y avait aussi Le Mag, la revue. Et je n'ai découvert que ce matin que Frédéric Beigbeder, écrivain, cinéaste, journaliste, critique littéraire y tenait une chronique. Et dans celle du jour, il aborde la question du Covid (qu'il tient à écrire au masculin), vue du Pays Basque (où il réside). Je le cite : "Au supermarché, je ne cesse de croiser des fêtards dépressifs, des surfeurs au bout du rouleau, des disc-jockeys au chômage, des restaurateurs éplorés, des barmen qui boivent toute leur cave seuls, sans moi. La tristesse est plus grand ici qu'ailleurs".

 

Fêtards, surfeurs, disc-jockeys... J'ai l'impression que je ne connais pas le même Pays Basque que lui... A l'avenir, je vais faire attention quand j'irais faire mes courses. A moins que nous ne fréquentions pas les mêmes endroits...

Alors, pour relever le niveau de cette rubrique, j'ai décidé d'avoir un contenu haut de gamme. En page 34 du Sud Ouest d'aujourd'hui, vous pourrez trouver des recettes à base de caviar : Tartare de boeuf, carpaccio de concombre, guacamole au curcuma et caviar ou Tarte au citron-caviar. Si jamais, vous avez envie de réaliser une des recettes, je rappelle que le prix du kilo de caviar oscille entre 1300 et 3500 euros. C'est sûr, le prix du steak haché surgelé est plus abordable (8,95 €, le kilo), mais les recettes doivent être moins apétissantes...

 

 

 

 

 

Mardi 12 janvier 2021

Aujourd'hui, les élèves de Quatrième sont partis aujourd'hui voir un spectacle mêlant théâtre, musique et danse. Il s'agit de Lampedusa Snow, une oeuvre abordant le parcours d'un réfugié africain, dans les Alpes, attendant un statut qui lui permette de bouger.

Le danseur et la comédienne reviendront en février, au collège, pour une Résidence. On en reparlera.

Indépendamment de la représentation, nous étions tous très émus (les adultes plus que les élèves) de pouvoir retourner au théâtre, même avec des protocoles sanitaires très stricts. Nous étions contents de constater que le spectacle vivant n'est pas complètement mort.

Pour ceux qui en veulent en savoir plus, je vous propose la lecture d'un article paru dans Sud Ouest, le 5 janvier. Cliquez sur la photo.

 

Corinne Lallemand (conception et interprétation), Andy Scott Ngoua (danseur-acteur) et Jean-Philippe Leremboure (chorégraphie)

Sur le sujet, vous avez au CDI La Vallée aux merveilles (j'en ai déjà parlé, dans cette même rubrique le 15 septembre et le 8 décembre) et Une maternité rouge, une bande dessinée qui adopte le point de vue de l'africain (la richesse de ce livre ne saurait se réduire au thème de l'immigration, mais il en parle)...

  

 

 

Lundi 11 janvier 2021

Avec toutes les précautions imposées par les exigences sanitaires, le CDI (re)commence à ressembler à ce qu'il doit être. Les élèves de 3ème B de Mme Cledon viennent, depuis la rentrée de janvier, travailler sur leurs exposés. Il y est question d'engagements et de combats politiques. Dans quelques jours, nous pourrons (probablement, je n'ose plus faire de prévisions) voir des travaux sur Malala ou Simone Veil. Le groupe de Naia, Nora et Sofia s'intéressent à Malcolm X, et j'ai hâte de lire ce qu'elles feront. Malcolm X étant une des figures importantes de la lutte pour les droits civiques. Plus controversé que Martin Luther King (il n'était pas opposé à la violence politique, a prôné, avant de changer d'avis, une radicalité contre les blancs, etc.), il a fini assassiné. Comme Martin Luther King.

 

Des élèves de Cinquième viennent aussi travailler sur des maquettes en technologie, ou en français. On peut les voir passer, avec aisance, des dimensions d'une fenêtre à l'iconographie sur Merlin.

 ***

Mais ce n'est pas parce que les élèves travaillent avec sérieux, que cette rubrique ne peut pas se passer de légèreté. Et je veux rendre hommage à Anita Ekberg qui nous a quittés il y a 6 ans (11 janvier 2015). Hommage que j'accompagne de l'image ci-dessous. D'aucuns prétendront que c'est un prétexte pour mettre la photo d'une jolie fille. Certes, mais rappelons tout de même qu'elle a été une actrice fétiche de Federico Fellini, un des plus grands cinéastes de l'Histoire. Ouf ! Sauvé par la culture !!!

 

 

 

Vendredi 8 janvier 2021

C'était annoncé depuis longtemps, Flash Player a cessé d'être opérationnel. Et avec sa disparition, il y a beaucoup de fonctionnalités qui ne sont plus possibles. Par exemple, on ne peut momentanément plus créer des codes d'activations des comptes Argos (mais les services compétents m'assurent que ce souci sera vite réglé).

Autre inconvénient, les vidéos sur le site n'apparaissent plus. Et là, je ne sais pas quand le problème pourra être résolu. Donc, si je propose un document vidéo, il faudra juste cliquez sur le lien (contenu dans la photo) pour voir ladite vidéo sur YouTube (par exemple). Soyons concret. Aujourd'hui, j'ai reçu au CDI le dernier numéro d'Arkéo, sa couverture porte sur les pirates des Caraïbes. Après la lecture de ce passionnant dossier, certains voudront peut-être voir la bande annonce du premier film Pirates des Caraïbes, divertissement amusant mais très éloigné de la réalité de ce que furent les pirates. Donc, j'invite tout le monde à venir au CDI lire Arkéo et à regarder des images du film... Cliquez sur l'image ci-dessus.

***

Je veux revenir, à nouveau sur la Journée Chic de décembre. Nous avons retrouvé quelques photos, dont celle de Mister Amikuze (il manquait cruellement). Ces photos ont enrichi le diaporama. Si vous voulez vous y replongez, n'hésitez pas à cliquer sur le masque (visez bien) de Mr Ythier...

 

 

Jeudi 7 janvier 2021

A l'heure où j'écris, il semblerait que Donald Trump se soit enfin engagé à transmettre le pouvoir au Président américain élu. Le journal Sud Ouest d'aujourd'hui (et au CDI) ne parle que de l'invasion par les partisans de Trump du Capitole et des quatre morts. Le journal reviendra sur tous ces événements qui entreront dans l'Histoire (ou dans les bêtisiers de Noël prochain, tout est possible).

 

Dans le journal, il est aussi question de vaccins qui tardent, de pédophiles, de guerres et il arrive qu'une saturation de nouvelles angoissantes et déprimantes affecte notre santé.

Aussi, pour échapper à la morosité, je vous propose une vidéo réalisée par les élèves de Cinquième, sous la houlette de Mme Ayerdi (Espagnol) et de Mme Duhart (Musique). Autour de la chanson La Gozadera (grand succès latino). Vous retrouvez cette vidéo sur le blog de Mme Ayerdi (ici) et à la rubrique Diaporamas et vidéos de ce site (ici).

Mardi 5 janvier 2021

Commençons l'année par les fondamentaux : la lecture de la presse au CDI. Ça tombe bien, même si les protocoles sanitaires sont les mêmes, il est toujours possible de venir au CDI pour y lire la presse.

Je sais bien que la période n'est pas à la franche rigolade et qu'il nous faudrait des sujets légers pour mieux faire passer ce début d'année qui ressemble furieusement à l'année dernière : l'Angleterre ferme ses écoles et reconfine, le couvre-feu est maintenu voire amplifiée, etc. Néanmoins, Okapi a décidé de faire sa Une et son dossier sur les devoirs.

 

Mais, bon, on connait Okapi, ils traitent souvent leurs sujets de manière sérieuse mais avec une pointe d'humour. Et vous verrez que les conseils qu'ils donnent ne sont pas farfelus, quand ils n'aident pas à mieux savoir gérer l'organisation des devoirs...

 

***

J'ai l'air de me plaindre tout le temps, mais cette année commence pour moi par une formidable bonne nouvelle. Je connais la personne qui fait la une d'I Love English de janvier. La plupart du temps, les chanteurs, danseurs, acteurs qui sont mis en valeur en couverture sont pour moi de parfaits inconnus (et très populaires auprès des élèves... ça tombe bien, ce magazine s'adresse à eux).

Si je vous dis Millie Bobby Brown, il est probable que ce nom ne vous dise rien. En revanche, si je vous parle d'Eleven, l"héroïne de la série Stranger Things...

Si ni la série, ni l'actrice ne vous disent rien, vous passez à côté d'une des meilleures séries de ces dernières années. Adaptée autant pour les adultes que pour les adolescents, elle plaira à tout le monde, même si des passages sont franchement inquiétants (que les plus jeunes s'abstiennent donc). C'est une série Netflix, mais même si vous n"êtes pas abonné à cette plateforme, par le jeu des rediffusions, si elle passe ne la ratez pas. Voici la bande annonce de la saison 3...

Lundi 4 janvier 2021

 

Pour aujourd'hui, ce sera suffisant. Un simple voeu de bonne année en souhaitant que 2021 marque aussi le retour des embrassades (et plus si affinités...).

 

 

 

Vendredi 18 décembre 2020

Je m'y étais engagé. Voici les résultats de la Journée Chic. Ont été élus (au terme d'un vote et d'un dépouillement que même Donald Trump ne pourrait pas contester).

Dans la catégorie élèves.

Miss Amikuze : Ena LARREMENDY HUANG

Mister Amikuze : Louis ELLISSECHE et Gexan FRANCHISTEGUY

Classe la plus chic : 3ème A

Dans la catégorie adultes

Miss Amikuze : Marion

Mister Amikuze : Stéphane Ythier et Landry

Vous remarquerez que je n'ai pas indiqué les noms de Marion et de Landry. Comme ils sont surveillants, les élèves n'utilisent que les prénoms. N'y voyez aucune forme de discrimination.

Sinon, la journée a vu les élèves de Troisième chanter grâce à Mme Duhart et à Mr Desmartis, et danser, grâce à Mme Litzler et Aurore Goussot.

Toutes les photos sont sur un diaporama qui ne demandent qu'à être enrichi quand je recevrais les photos prises par chacun.

 

***

Et en cette fin d'année, il est une tradition (que j'ai instituée tout seul, je n'ai besoin de personne) que je tiens à honorer. Celle de vous proposer le clip de la chanson de Mariah Carey : All I Want For Christmas Is You. Titre insurpassable à ce moment de l'année.

Naia Etcheverry, élève de Troisième, a décidé de remettre en cause mon choix. Déjà, l'an passé, j'ai dû négocier avec elle. Elle me parlait de Wham ou des Jonas Brothers. Cette année, pour cause d'une absence dont elle se serait bien passé, je pensais avoir les mains libres. C'était sans compter sans son opiniâtreté. Par le biais d'une camarade, elle m'a fait passer une liste des chansons de Noël. Il y est question (à nouveau) des Jonas Brothers, de Stevie Wonder et même de Jose Feliciano. Des choix tout à fait pertinents que je ne peux qu'approuver. Même si je sais que je vais avoir droit à des remontrances en janvier, je ne conserve cependant pour cette rubrique que Bobby Helms et son Jingle Bell Rock.

Sinon, passez de bonnes fêtes, soyez heureux et revenez tous en forme en 2021.

 

 

 

Jeudi 17 décembre 2020

Avec le retour de Mme Dubourg, il était inévitable que la Journée Chic qu'elle a instituée allait repartir de plus belle. Et la journée a été pleine de surprises, de chants, de danses et de Mr Desmartis se dédoublant, étant à la fois Noël Gallagher sur Wonderwall et un Santa Claus.

Si la technique le permet, vous aurez sur ce site plein de photos de la Journée Chic, avec le palmarès de Mister et Miss Amikuze.

En attendant, comme je suis joueur, je vous propose mes pronostics. Vous avez ci-dessous deux photos. Sur la première vous voyez une enseignante de lettres et un surveillant, sur la deuxième, vous pouvez voir un surveillant et une enseignante de lettres. Quand je regarde les photos, je me dis Oh ! Qu'ils sont beaux ! Si aucune de ces quatre personnes ne gagnent le titre de Mister et Miss Amikuze, ce serait trop injuste...

           

 

 

 

Mardi 15 décembre 2020

Des problèmes informatiques n'ont pas permis à cette rubrique de s'enrichir, hier et aujourd'hui, de magnifiques chroniques. Pourtant j'avais des choses passionnantes à raconter sur tout et n'importe quoi : La mort de de John Le Carré, l'auteur de roman d'espionnage qui a créé le héros sans illusion, dont la seule préoccupation a été de se protéger dans un monde sans morale, par exemple.

Je vous laisse quand même avec un scoop. Jeudi, ce sera la journée chic, avec un repas à la cantine de gala. Il y aura un moelleux de poulet aux cèpes. Mais pas que... Maudite informatique qui m'empêche de vous en dire plus...

 

 

 

Vendredi 11 décembre 2020

Les élèves de Troisième de Mme Ayerdi ont travaillé sur les pays hispanophones et les régions d'Espagne (qui parfois ne sont pas qu'hispanophobe, comme c'est le cas de la Catalogne, de la Galice ou d'Euskadi (qui ont une autre langue officielle : le catalan, le galicien ou le basque). Il s'agissait d'utiliser l'impératif et présenter chaque région (ou pays) comme s'il s'agissait d'une publicité. Les meilleurs travaux sont exposés au CDI.

Pour bien voir l'expo, venez au CDI

Curieusement (mais pas tant que ça), souvent dans les présentations, il est question de gastronomie. Et voir des photos vantant la saveur des croquetas (Pais Vasco), Pan con tomate y jamon (Cataluña), Guacamole (Mexico), etc. me donne envie de manger tout le temps. Et je ne sais si c'est très bon pour moi...

Et comme, il n'est question que de spécialités locales, je crois tout de même qu'on passe à côté de la quintessence de l'art culinaire espagnol : la tortilla de patatas ou tortilla española. Avec des oeufs et des pommes de terre (et parfois de l'oignon), il y a mille manières de la préparer. Chaque espagnol a sa tortilla préférée et je n'ai jamais vu de ma vie (qui a commencé il y a fort longtemps) une seule personne au monde qui n'aime pas en manger.

 

 

 

 

Jeudi 10 décembre 2020

Lors du match, mardi dernier, Paris SG contre Basaksehir, les joueurs (des deux équipes) ont quitté le terrain après un quart d'heure de jeu. Ils tenaient à protester contre des propos racistes tenus par un des arbitres. Le journal Sud Ouest (au CDI) revient sur cette info sur deux pages. La question du racisme se pose depuis longtemps dans le football, il était temps qu'un acte soit posé pour tenter de faire évoluer les dirigeants qui, c'est le moins qu'on puisse dire, ne sont pas très réactifs sur cette problématique.

 

Demba Ba a été à l'origine du départ des joueurs

Sur le fond, peut-être y a-t-il eu un malentendu, l'arbitre roumain a utilisé le mot "Negru" dans sa langue qui se traduirait plutôt par "noir" que par "négro". Mais même ainsi, on aura avancé quand les personnes ne seront plus définies en fonction de la couleur de leur peau. Le choix des mots est aussi important. Relevé aussi aujourd'hui dans le journal Sud Ouest, un article alimentant la polémique concernant le nom du quartier de Biarritz, La Négresse. Certains y restent accrochés au nom de la tradition (ou une expression gasconne détournée). Quels que soient les arguments, si une expression peut blesser des personnes, parce qu'elle est insultante, envisager de la supprimer peut être une décision intelligente...

 

 Sur ces panneaux, cherchez l'intrus...

 

 

Mardi 8 décembre 2020

Parmi les nouveaux livres du CDI que je présente aux élèves de Troisième (ils auront une liste des romans récents qu'ils pourront emprunter quand ils voudront), se trouvent quelques très bons livres. Ils méritent qu'on s'y attarde et, j'espère, donneront le goût de la lecture aux hésitants.

J'écris souvent que, pour des raisons professionnelles, je ne dois pas manifester mes préférences dans le domaine religieux et politique. Cela ne veut évidemment pas dire que je n'ai pas d'avis, ni que tout est au même niveau. Par exemple La vallée aux merveilles de Sylvie Deshors est un livre (court, 170 pages) engagé que je recommande chaudement. Et l'engagement est celui des habitants d'une vallée proche de l'Italie (la Roya). Ils viennent en aide aux migrants clandestins qui sont traqués par les forces de l'ordre. Bien sûr, on sait que ces habitants ne respectent pas la loi, mais on est emportés part l'élan de générosité qui les habite et ému par les malheurs des immigrés. Et comme l'histoire est racontée à hauteur d'adolescente, on ne peut que s'attacher aux personnages...

J'ai déjà dit tout le bien que je pensais de ce livre (en citant Télérama) le 15 septembre. Ce n'est pas trop que je fasse une deuxième fois son éloge.

 

***

Il y a 40 ans était assassiné John Lennon. Une de ces chansons (écrite du temps des Beatles) , parmi les plus célèbres, aurait pu être reprise par les habitants de cette vallée. Puisqu'il y est question d'amour. Il s'agit de All You Need Is Love. Reprise des milliers de foi, je vous en propose la version originale. On y entend des notes de La Marseillaise.

Lundi 7 décembre 2020

Normalement je vous donne à lire, aujourd'hui, je vais vous donner à voir. Le numéro de de Science & Vie Junior de janvier 2021 (j'ai toujours l'impression de lire le futur avec ces magazines qui datent en avance), arrivé ce matin au CDI présente des photos de la vie sauvage, distinguées par le grand Prix 2020 du Wildlife Photographer.

Voici quatre photos, certaines apparaissent dans le magazine (cette rubrique est un reflet du contenu du magazine), d'autres non (parfois, cette rubrique enrichit le magazine), mais elles sont issues de ce concours.

 

 

 

Vendredi 4 décembre 2020

Il y a des jours où le temps nous manque. Donc je ne parlerais toujours pas d'amour (travail des élèves de Quatrième au CDI), ni d'engagement (travail des élèves de Troisième au CDI), ni de rosaces (travail des élèves de Quatrième exposé au CDI).

Mais comme je ne peux pas vous laisser comme ça, je veux rendre hommage à Marcel Gotlib, immense auteur de bandes dessinées (les Dingodossiers et la Rubrique-à-brac) mort il y a quatre ans jour pour jour. Marcel Gotlib dont on doit tant. Et notamment la célébrité pop d'Isaac Newton, scientifique du XVIIème siècle qui découvrit la Loi de la gravitation universelle, rien qu'en recevant une pomme sur la tête. Ce qui est quand même le gag ultime. Et c'est Gotlib qui en parle le mieux...

 

 

Jeudi 3 décembre 2020

Je pensais, aujourd'hui, vous parler (à nouveau) d'amour et revenir sur les livres lus par les élèves de Quatrième de Mme Cledon (voir mardi). Et dans la nuit, nous avons appris la mort de Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République entre 1974 et 1981, Académicien et responsable de changements importants en France. La loi sur l'avortement et la Majorité à 18 ans ont été votées sous son septennat. Et, à l'époque, cela avait donné lieu à des débats houleux.

Ce matin, j'ai demandé à des élèves de Sixième ce qu'ils savaient de cet ancien Président. C'est à peine s'ils savaient prononcer son nom. J'invite donc tout le monde à venir au CDI lire le journal Sud Ouest. Ne serait-ce que pour le situer dans la chronologie des Présidents de la République.

Les plus anciens se souviennent que Valéry Giscard d'Estaing avait une histoire particulière avec le village d'Ostibarre : Arhansus. En 1974 (102 habitants à l'époque), 98 % des inscrits avaient voté pour lui aux Présidentielles. Ce qui faisait d'Arhansus le village le plus giscardien de France. Il était venu en 1976 (avec sa femme) à Arhansus partager un repas avec les villageois en gage de gratitude. Il reste des documents vidéo.

 Cliquez sur la Une du journal Sud Ouest pour voir une vidéo de Valéry Giscard d'Estaing à Arhansus. C'était en 1976

 

 

 

Mardi 1er décembre 2020

Aujourd'hui, les élèves de Quatrième de Mme Cledon sont venus présenter au CDI les livres qu'ils avaient lus. Avec pour thème : l'amour (comme s'il pouvait y avoir un autre sujet). Comme les livres sont tous issus du CDI, c'est un plaisir d'entendre parler de livres que, pour certains, j'ai lu, il y a fort longtemps et qui me sont toujours aussi chers. Comme il y en a plusieurs, j'y reviendrais dans les prochains jours.

Hier je vous citais des morceaux de bandes dessinées de Sfar et de Trondheim. Je ne vais pas renoncer à un filon si riche. Il y a quelques (beaucoup d') années, j'avais fait un montage (pour la Saint Valentin, je crois) à partir de quelques cases issues d'une aventure de Lapinot : Vacances de printemps (livre qui est toujours au CDI). J'y avais adjoint la chanson de Randy Newman : Bad News From Home. Car il est bien connu que les histoires d'amours qui nous émeuvent sont les histoires d'amour qui finissent mal. Dans Vacances de printemps, Lapinot ne parvient pas à séduire Nadia. Dans Bad News From Home, le chanteur termine par ces vers : You said you love, but i know you lied, qui peut se traduire par Tu disais que tu m'aimais, mais je sais que tu mentais.

Je sens que je vous ai bien remonté le moral !

Lundi 30 novembre 2020

J'étais parti pour vous parler des élèves qui ont commencé à venir au CDI pour travailler sur leur choix au Marché des Connaissances. Si vous ne savez pas de quoi je parle, c'est que vous n'avez pas croisé Mme Ayerdi depuis longtemps. J'y reviendrais. Je voulais aussi vous parler du dernier numéro d'Arkéo arrivé au CDI et finir avec une chanson de Léo Ferré, puisque le journal Sud Ouest y consacre une page entière à l'occasion de la sortie d'un coffret de son oeuvre intégrale.

Mais juste au moment où j'allais écrire ces lignes, une nouvelle commande de livres est arrivée. Commande qui est autant celle du CDI que des profs de français avec qui le documentaliste collabore de bonne grâce (a-t-il seulement le choix ?). Parmi tous les livres qui font leur irruption au CDI, je vous parle des bandes dessinées de Sfar et de Trondheim. Le premier volume de la série Le chat du rabbin, et le le premier de la série Lapinot. Tous les dessins sont expressifs, les histoires drôles et intéressantes. Je voudrais, aujourd'hui, distinguer les dialogues qui émaillent ces bandes dessinées.

Dans Blacktown :

 

J'avoue tristement qu'il m'est arrivé d'utiliser cette punchline : Recule moins vite, on aura l'impression que tu avances.

Et dans La Bar-Mitsvah, le chat a acquis le don de la parole, et il le regrette. Il se lance alors dans un monologue :

Mon maître pense que je suis une mauvaise bête, que je mens quand il ne faut pas et que je dis la vérité uniquement quand elle fait de la peine. Je lui dis que moi aussi j'ai de la peine, depuis que j'ai la parole. Je lui dis que j'ai acquis un pouvoir dont je me passerais bien, puisque lorsque j'étais muet, je pouvais passer mes journées à me faire cajoler. Je lui dis que je suis prêt à tout pour revoir ma maîtresse. Je lui dis Miaou ! Miaou ! Miaou ! Miaou ! Je ne parle plus je miaule, je fais comme si j'étais encore un chat normal. Mais il me dit d'arrêter, il me dit que ça se voit, que je fais semblant. Il me dit que lorsqu'on est sorti du jardin d'Eden, on ne peut pas y retourner.

Grande leçon de philosophie que je vous invite à méditer.

         

 

 

 

Vendredi 27 novembre 2020

Dans trois semaines, nous sommes en vacances et grâce aux annonces faites hier par le gouvernement, il semblerait que ce soit possible de célébrer les fêtes de fin d'année en famille. Pour beaucoup, c'est une joie. Pour d'autres (j'en connais), c'est une malédiction, ils pensaient échapper aux réunions de famille.

Le journal Sud Ouest propose un tableau des étapes du déconfinement. Il est très clair. Je vous invite, à venir le lire au CDI (ou chez vous, je crois que le contenu est le même). Pour résumer (très rapidement), à partir du 28 novembre, on pourra retourner à la messe (mais il ne faut que 30 personnes assistant à l'office au maximum). A partir du 15 décembre, on pourra retourner au cinéma. Et à partir du 20 janvier, on pourra (éventuellement) retourner au bar. Evidemment, ce ne sont que des exemples, je ne voudrais pas que vous m'accusiez de parler de religion ou d'alcoolisme...

 

***

Hier, je vous ai parlé de Diego Armando Maradona, el pibe de oro, barrilete cosmico, etc. Et j'ai oublié de vous proposer la vidéo de Manu Chao, chantant La vida tombola devant Maradona lui-même. C'est sous-titré en français, si vous n'êtes pas totalement hispanophone. La chanson commence à 0'40''.

Jeudi 26 novembre 2020

Tout dans la vie de Diego Maradona a été excessif. Et sa disparition (ceux qui ont été dans le coma ces dernières 24 heures l'ignorent peut-être : le footballeur argentin Diego Maradona est mort hier) a entrainé des réactions un peu démesurées. Je ne prends que deux exemples : L'Argentine a décrété trois jours de deuil national et la Une d'aujourd'hui du journal L'Equipe est : Dieu est mort. Mais le journal Sud Ouest (à lire au CDI) consacre sa Une et six pages pleines à ce footballeur et les journaux télévisés ont consacré plus de la moitié de leur temps à cet homme.

       

Ci-dessus, des Unes françaises

La Une d'un journal argentin. Vous remarquerez que s'il est bien indiqué l'année de naissance (1960), on suppose que même mort, il sera vivant pour toujours...

Ceux qui ne s'intéressent pas au football et qui sont trop jeunes pour avoir connu ses exploits ne comprendront sans doute pas ce qu'il représente. Des élèves de Sixième, ce matin, retenaient surtout qu'il était tricheur et drogué. Et on ne peut pas dire que c'est faux. Mais il n'était pas que ça...

Peu de sportifs ont débordé leur sport pour devenir une telle star mondiale. Et même si on peut l'expliquer : joueur exceptionnellement doué, né dans un bidonville et devenu richissime, défenseur des pauvres, ami de certains chefs d'état (Castro, Chavez...) modèle et référence pour beaucoup d'artistes (Kusturica, Palme d'Or à Cannes, lui a consacré un film, Manu Chao a écrit les chansons Santa Maradona et La Vida Tombola...), il reste une part inexplicable à sa popularité.

Son match le plus emblématique fut Angleterre-Argentine en quart de finale de la Coupe du Monde 1986. L'Angleterre avait humilié l'Argentine dans une guerre absurde quatre ans plus tôt. De manière caricaturale, on opposait le pays du Nord, riche et prospère au pays du sud, l'Argentine, pauvre et en crise. Lors de ce match, Maradona élimine à lui seul (ou presque) l'Angleterre. Il marque deux buts. L'un avec la main (dans un geste clairement anti-sportif), l'autre après une course de 50 mètres où il dribble tout ce qui se présente devant lui (but qualifié de : el gol del siglo). Avec ses deux buts, Maradona venge l'honneur national. Le plus drôle (ou le plus scandaleux), c'est que Maradona a toujours déclaré préférer le premier but. Marquer de la main, c'était se moquer encore plus des anglais. Cependant, je vous propose dans la vidéo ci-dessous le deuxième but. Les commentaires sont d'époque et en espagnol. Ils sont sous-titrés. Pour une fois, je vous conseille de monter le son. Histoire de vous replonger dans l'ambiance du moment...

Mardi 24 novembre 2020

Okapi propose un dossier, dans son dernier numéro arrivé au CDI et en date du 1er décembre, sur les Prix Nobel. C'est super intéressant et on apprend plein de choses que vous allez (hélas) oublier et c'est bien dommage. Par exemple, il y a eu 15 Prix Nobel de Littérature français depuis sa création, en 1901, ou Alexander Fleming, Nobel de médecine en 1945 doit sa distinction à la découverte de la pénicilline qu'il fit, par hasard, en laissant ouvert un tube de staphylocoques(plus de précisions dans Okapi).

 

Comme on est un peu autocentrés, un autre dossier aborde les prénoms des adolescents. Et les raisons avancées par les parents pour justifier leurs choix. Ainsi Youri porte ce prénom parce que Jennifer, sa maman, a toujours admiré Youri Gagarine, premier homme à aller dans l'espace (c'était dans les années 60). Et on peut se demander si tout le monde sait les raisons qui ont poussé nos parents à nous donner tel ou tel prénom.

En lisant ce dossier, on peut découvrir des prénoms d'adolescents qui sont plutôt à la mode. Il y a peu de correspondance avec les prénoms les plus portés au collège. Théo et Naia sont les prénoms les plus répandus au Collège Amikuze et ils n'apparaissent pas dans Okapi.

En revanche, sur les 13 prénoms présentés, cinq sont portés au Collège : Justine, Maitena, Mattias, Marine et Victor.

Puisque on en est aux statistiques, sachez que parmi les personnes nées entre 2006 et 2009 (en âge d'être au collège, donc), sur toute la France, les prénoms masculin les plus portés est Enzo (2 au collège) et Emma (5 au collège). Si vous voulez en savoir plus, je vous mets un lien (cliquez ici) vers le site de l'INSEE qui répertorie les prénoms donnés en France depuis 1900? On y apprend (entre autres) qu'entre 1900 et 1910, les prénoms les plus courants étaient Marie et Jean (qui sont encore très souvent donnés aux bébés).

Enfin, information capitale pour ceux qui n'aimeraient pas (mais alors pas du  tout) leur prénom (tout le monde n'a pas la chance se s'appeler Gabino, prénom qui n'apparait jamais nulle part). On peut en changer. Mais il faut qu'il y ait, une raison valable. Selon les époques, cela peut évoluer. Soit parce que le prénom prête aux moqueries (Bécassine, Tchoupi, Superman...), soit parce qu'on veut le franciser (Moshe devient Maurice par exemple).

 

 

 

Lundi 23 novembre 2020

Vendredi dernier, je vous parlais de Cavanna, auteur du livre Les ritals (et d'une ribambelle d'autres titres où il parle surtout de sa vie). J'en reparle à nouveau parce que le 23 novembre est l'anniversaire de Charlie Hebdo, dont le fondateur est justement François Cavanna (mort en 2014). C'est même aujourd'hui son cinquantième anniversaire. En effet, à cette date, paraissait le premier numéro d'une revue qui allait beaucoup faire parler d'elle.

Charlie Hebdo est né à la suite de l'interdiction de Hara-Kiri Hebdo, un autre magazine (créé également par Cavanna). Sa Une se moquait de la mort du Général de Gaulle. Depuis 1969 (avec quelques interruptions), Charlie Hebdo n'a cessé de rire de tout, sans aucun tabou : armée, police, justice, religion, famille, etc. Ce qui ne plaisait pas (et ne plait toujours pas) à beaucoup. L'histoire de Charlie Hebdo est semée de procès (parfois gagnés, parfois perdus), de menaces, d'incendie et même d'un massacre (c'était en 2015, 12 membres furent assassinés).

Traiter la mort de De Gaulle comme un simple fait divers. Interdiction, censure et Hara Kiri Hebdo devient Charlie Hebdo...

On a le droit de ne pas aimer Charlie Hebdo, de trouver son contenu vulgaire et agressif. Mais personne n'est obligé de le lire. Comme on en parle régulièrement dans la presse (en ce moment a lieu le Procès, suite à la tuerie dans ses locaux), il m'a semblé utile d'y consacrer le billet du jour. Au moment de défendre la liberté d'expression, beaucoup considèrent que Charlie Hebdo est un symbole.

***

Il n'est pas dans mes habitudes de parler des programmes de la télévision. Je vais faire une exception. Si vous avez le temps, l'envie et la possibilité, ce soir commence la diffusion d'une série sur Canal +, Patria (article d'une page dans Sud Ouest aujourd'hui, à lire au CDI). Il y est question de la vie dans une petite ville du Pays Basque (Gipuzkoa) au temps de ETA. On peut ne pas être d'accord avec ce qui est montré, mais si vous voulez découvrir un pan de l'Histoire récente du Pays Basque, n'hésitez pas à y jeter un oeil.

Vendredi 20 novembre 2020

Ce matin, Mme Ayerdi (professeur d'espagnol), me parlait de Gabriel Garcia Marquez (immense écrivain colombien, Prix Nobel de Littérature en 1982) à propos d'un poème de Gabriel Gamar (qui se trouve dans le nouveau manuel d'espagnol, Trotamundos 3ème) que certains attribuent à Garcia Marquez.

Et je me suis souvenu d'une de ces citations : La vida no es la que uno vivió, sino la que recuerda y cómo la recuerda para contarla, traduite en français par : La vie n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient (La vie pour la raconter, 2002). Et je me suis mis à penser aux livres lus par les élèves de 3ème C (avec Mme Giraudel, autour de l'autobiographie). Que ce soit Les Ritals de Cavanna, L'arabe du futur de Sattouf ou Si c'est un homme de Primo Levi, tous les récits autobiographiques ne sont pas un reflet fidèle de ce qu'a vécu l'auteur, mais bien le souvenir qu'il en reste. Et ce n'est pas la même chose écrire un texte un an après les événements (Primo Levi écrit son expérience à Auschwitz un an après son retour ; Cavanna raconte son enfance alors qu'il a déjà 55 ans).

En 2018, un comédien (Bruno Putzulu) a joué sur scène des extraits du livre de Cavanna. En voici une minute. Ça donne envie de lire le livre. Réjouissez-vous, il sera bientôt au CDI.

Jeudi 19 novembre 2020

En attendant de savoir si nous serons partiellement déconfinés, si nous allons pouvoir passer les Fêtes de Noël dans de bonnes conditions, si le virus va se calmer... le souhait de tout le monde est de retrouver une certaine normalité.

Puisque aujourd'hui, 19 novembre, c'est la Journée Internationale du jeu d'échecs (Journée Officielle de l'ONU), je voudrais juste revenir sur une question que m'ont posée beaucoup d'élèves : Y aura-t-il un tournoi d'échecs, cette année ? Cette interrogation est légitime, puisque l'année dernière, le tournoi, à peine entamé, avait dû s'interrompre pour ne jamais reprendre (absence du documentaliste à partir de la fin du mois de janvier, puis confinement et fermeture du collège en mars, puis déconfinement et réouverture du collège avec des règles sanitaires très strictes en mai).

 Comme je ne sais pas comment évoluera la pandémie, ni quelles seront les règles sanitaires à l'avenir, on ne peut rien prévoir mais rien ne permet un optimisme débridé. Néanmoins, les parties d'échecs n'ont pas totalement disparu. On peut jouer, puis mettre en quarantaine le jeu afin de respecter une prudence sanitaire indispensable. Certains s'y sont remis... Pour pouvoir organiser un tournoi, il faudrait espacer les parties et les joueurs, jouer sans public, etc. Ça parait (pour l'instant) un peu compliqué !

Manger les pièces n'est pas autorisé. Vivement que je puisse ré-expliquer les règles.

Mardi 17 novembre 2020

Marguerite a 27 ans, elle est jolie, travaille dans une grande entreprise et vit en couple. Tout semble normal. Sauf qu'elle supporte mal les gens qui bavardent, les réunions. Elle ne comprend pas l'ironie et préfère la solitude. Plus toutes le manies qu'elle a... Elle se sent un peu différente. Tout s'améliore quand elle découvre qu'elle n'est pas anormale, après un diagnostic, elle est reconnue autiste.

La Bande Dessinée La différence invisible reçue au CDI est un très bel ouvrage sur la différence et l'acceptation de ce qu'on est. Il n'est pas question de parler de l'autisme de manière général puisque, comme le dit l'auteur : Il y a autant de formes d'autisme qu'il y a d'autistes. Il y est aussi question des préjugés et de l'ignorance de ceux qui sont confrontés aux autistes. D'ailleurs, ça va ensemble. Les préjugés sont les enfants de l'ignorance (William Hazlitt auteur anglais du XIXème siècle, cité par l'auteure).

 

Scénario Julie Dachez. Dessin et couleurs : Mademoiselle Caroline

***

Et puisque aujourd'hui, nous commémorons le 61ème anniversaire de la mort de Heitor Villa-Lobos (grand compositeur brésilien), je vous laisse avec Maria Callas qui nous interprète Bachianas Brasileiras n°5. C'est magnifique ! Juste pour rappeler que le monde de la musique ne se réduit pas aux seuls Beatles (voir hier).

Lundi 16 novembre 2020

On voudrait bien parler d'autres choses, mais la (le ? je ne sais plus) Covid s'installe de plus en plus dans nos vies. Dans le journal Sud Ouest de Samedi (et au CDI) un long article revient sur le virus et la situation sanitaire qui se dégrade au Pays Basque intérieur, surtout à Saint Palais et à Mauléon. Conséquence logique, le port du masque devient obligatoire en centre ville à Saint Palais.

Parfois, j'insiste sur l'importance de la lecture de la presse. Mais si vous deviez vous informer sur la pandémie, la presse qui se trouve au CDI est fiable et largement suffisante. Avec ce qui apparaît sur les réseaux, méfiez-vous de toutes les âneries  qui se développent sans beaucoup de fondements.

***

Comme l'actualité est ce qu'elle est. Remercions l'équipe de Je Bouquine (magazine littéraire et culturel à destination des collégiens, tous les mois au CDI) de mettre en couverture les Beatles et d'y consacrer un dossier. Car face aux idées noires, les Beatles sont le remède. Toute l'oeuvre des Beatles est traversée par des idées généreuses et positives. L'amour (dans tous les sens du terme) étant au centre de tout.

Et puis ça tombe bien, un dossier pareil. Mme Duhart (professeur de Musique) aborde le Rock avec ses élèves de Troisième. Et s'il est un groupe qui a marqué et influencé la musique pop et rock, c'est bien The Beatles.

De toute façon, le moindre prétexte est bon pour revenir sur ce groupe.

Il m'est impossible de choisir une chanson pour illustrer ce billet. Sur quel critère ? La plus géniale ? La plus commerciale ? La plus joyeuse ? La plus romantique ? Au hasard, ce sera Helter Skelter. Vous verrez que les Beatles savaient aussi faire du bruit.

Et juste une précision. J'ai écrit tout à l'heure que les Beatles avaient placé l'amour au centre de leur oeuvre. Ça ne les empêchait pas d'être drôle et moqueur. Le meilleur exemple est la phrase attribuée à John Lennon (guitariste et chanteur) à propos de Ringo Starr (batteur) : Certains prétendent que Ringo Starr est le meilleur batteur du monde, déjà, on n'est même pas sûr que ce soit le meilleur batteur des Beatles. Amusant (et cruel), non ?

Vendredi 13 novembre 2020

A cette date, dans un monde sans pandémie et une France sans confinement, nous aurions dû célébrer le Loto du Collège. Si je m'en tiens à ce que nous avons observé les années précédentes, le Gymnase aurait été rempli de personnes (parents, élèves, anciens élèves, personnels du collège... mais pas que). Certains auraient râlé (mes numéros ne sortent jamais), d'autres auraient été ravis de repartir avec une télé, un vélo, un grille-pain, un jambon ou des entrées pour aller voir un match de rugby de l'Aviron Bayonnais (cette liste n'est évidemment pas exhaustive).

Les enseignants auraient fait une démonstration des lots à gagner, les joueurs auraient guetté le moment (qui arrive toujours) où les boules tombent par terre, les vérificateurs de cartons se cassent la voix et où le numéro 72 sort enfin.

La dernière fois qu'un loto a eu lieu un vendredi 13, c'était en 2015. Au moment même où la grâce accompagnait celle qui tirait les boules, des centaines de personnes mouraient au Bataclan. Comme nous étions plusieurs à connaître des personnes vivant sur Paris (dont un qui croyait que sa fille était au Bataclan), ce Loto avait une couleur particulière.

 

***

Il n'est pas nécessaire de se retourner sans cesse vers le passé. Mais il est bon de le faire quand même. Surtout quand le passé qui surgit est réjouissant. Aujourd'hui, nous avons vu Mme Dubourg occuper le poste de CPE pour un (court ?) remplacement. Je rappelle que Mme Dubourg fut CPE du collège pendant 3 ans. C'est elle qui institua la Journée Chic (prévue en décembre et qui, selon toute vraisemblance, ne se fera pas en 2020). Pour ceux qui ont oublié (ça m'étonnerait) et pour les autres, voici une photo de Mme Dubourg lors de la Journée Chic 2017.

 Elle tenait plus de 300 élèves au doigt et à l'oeil... Et sans aucun effort...

 

 

 

Jeudi 12 novembre 2020

Le 5 novembre dernier, c'était la Journée de lutte contre le harcèlement scolaire. Okapi (arrivé ce matin au CDI) y consacre son dossier. Et ce n'est pas la première fois. Revenir encore sur le harcèlement est indispensable. Et j'espère vivre assez vieux (encore plus vieux... si si, c'est possible) pour que ce genre de dossier n'existe plus, synonyme de disparition du phénomène du harcèlement.

Le point de vue adopté par Okapi, cette fois-ci, est celui d'en avoir plusieurs. On parle du harcèlement du point de vue de la harceleuse, de la harcelée, des suiveurs, des témoins passifs, du prof, des parents, du la Vie scolaire et du Principal. C'est intéressant, parce qu'on découvre (si on ne le savait déjà) que tout le monde a sa part de responsabilité (même la victime ? même la victime).

Le site Non au harcèlement de l'Education Nationale propose des fiches pour savoir comment réagir selon que l'on soit victime, témoin, parent ou professeur. Le site se trouve ici.

Comme de nouvelles formes de harcèlement sont apparues avec les réseaux sociaux, vous avez un site exclusivement consacré au cyber-harcèlement avec un numéro dédié : 0800 200 200. Net écoute : cliquez ici.

Enfin, je vous laisse avec deux vidéos. La première montre l'attitude de la victime et d'un témoin qui laissent faire. Et comment on arrive à stopper le phénomène. La seconde parle des réseaux sociaux. Son titre dit tout : Liker, c'est harceler.

Mardi 10 novembre 2020

Avec la presse arrivée ce matin au CDI, se trouvait le dernier numéro de Science & Vie Junior. Avec des dossiers, des articles, des infos insolites... Et, contrairement à ce que peuvent penser les personnes qui ne lisent jamais ce magazine, Science & Vie Junior aborde une variété de sujets qui n'ont que peu à voir avec la science.

Par exemple, ce mois-ci, le magazine revient sur la polémique de la tenue vestimentaire des filles dans les collèges et lycées. Au centre des débats, le crop top qui a été interdit par les établissements car il ne correspondrait à la définition d'une tenue correcte. Si comme moi, vous venez de découvrir ce terme, je vous apprend donc que le crop top, c'est un t-shirt court qui laisse voir le ventre.

Beaucoup de filles ont mal réagi aux interdictions.

En plus de dénoncer des mesures uniquement à destination des filles (sans remettre en cause l'attitude des garçons), la polémique a surtout tourné autour de la notion de "tenue correcte". Qu'est-ce qu'une tenue correcte ? Quels sont les critères pour la définir ? Personne ne nie qu'il puisse y avoir des "tenues incorrectes", mais quelles sont-elles ?

Science & Vie Junior rapporte que le Ministre de l'Education Nationale a voulu couper court aux discussions en déclarant : "On vient à l'école habillée de façon républicaine". Curieusement, le symbole principal de la République est le buste de Marianne (présent dans toutes les mairies). Et on peut se demander si certains modèles (notamment celui inspiré de Brigitte Bardot) ont une tenue qui serait considérée comme correcte dans les collèges et lycées...

 

Toutes les mairies n'ont pas opté pour ce modèle. Vérifiez dans la vôtre si Marianne ressemble à cette femme...

 

 

 

Lundi 9 novembre 2020

Ces derniers jours, je vous ai un peu parlé des Etats-Unis parce que c'était dans l'actualité, que ce qu'il se passe là-bas a une influence dans nos vies et que nous avons tous quelque chose en nous d'américain (la manière de nous habiller, ce que nous mangeons, la musique que nous écoutons ou les films que nous regardons).

Aujourd'hui, changeons de pays pour nous intéresser à l'Allemagne. Le 9 novembre est quand même la date idéale. C'est le 9 novembre 1918 que l'Allemagne met fin à la Première Guerre Mondiale (même si l'Armistice ne sera signé que le 11 novembre). C'est le 9 novembre 1923 que Hitler échoue dans son coup d'état. C'est le 9 novembre 1938 qu'a lieu la Nuit de Cristal, Journée orchestrée par les nazis contre les Juifs (des centaines de morts et plus de 200 synagogues brûlées). C'est le 9 novembre 1989 que se déroule la chute du Mur de Berlin qui séparait les deux Allemagne (de l'Ouest et de l'Est). Enfin une bonne nouvelle.

 

Evidemment, au CDI, il y a beaucoup moins de livres sur l'Allemagne que sur les Etats-Unis. Et les livres qui sont au collège abordent principalement (pour ne pas dire quasi-exclusivement) le nazisme, la guerre et la Shoah.

Il y a quelques semaines, le CDI a fait l'acquisition d'un court roman (illustré) de Michael Morpurgo (un auteur que les élèves connaissent puisqu'il a aussi écrit Le roi Arthur, un roman que les professeurs de français font souvent lire aux élèves de Cinquième). Il s'agit de La Trêve de Noël. Tiré d'une histoire véridique, il raconte ce que firent des soldats anglais et allemands, enterrés chacun dans sa tranchée. Ils décidèrent (pour un temps) d'arrêter de s'entretuer et de fêter Noël ensemble, autour de quelques boissons et d'un match de football. Un roman émouvant où les allemands ne sont pas montrés comme d'épouvantables ennemis.

 

 

 

Vendredi 6 novembre 2020

Je crois que nous allons partir en congé de fin de semaine (selon l'expression utilisée par un ancien chef d'établissement qui refusait de prononcer le mot - pourtant reconnu par l'Académie - week-end) sans connaître le nom du futur Président des Etats-Unis. Même si tout semble indiquer que ce sera Joe Biden.

Comme on entend beaucoup de choses sur les américains, leur Histoire et leurs idées, je voudrais rappeler que ce pays est très vaste et peuplé par plus de 300 millions d'individus. Et qu'on ne saurait réduire ce pays ou ces habitants à quelques clichés.

Le CDI compte beaucoup de livres qui touchent de près ou de loin à ce pays. Aujourd'hui, je vais vous en conseiller deux.

La ballade de John Henry de Gérard Herzhaft raconte les aventures de trois musiciens à la fin du XXème siècle. Il s'agit d'un irlandais adolescent, d'un noir, fils d'esclave et d'un indien. Ces trois personnes, de milieu et de culture différente représentent les différentes racines de la musique américaine. Or, s'il y a un domaine dans lequel les américains ont conquis le monde, c'est bien dans la propagation de leur musique : jazz, blues, country, rock & roll... C'est un livre court, rapidement lu et très instructif.

 

Par le feu, de Will Hill, est un nouveau roman, bientôt disponible au CDI. Une fille est hospitalisée, puis interrogée par un policier et un psychologue pour connaître le fonctionnement de la secte dans laquelle elle vivait. C'est passionnant à lire et même si le problème des sectes n'est pas uniquement américain, il y a, dans ce roman, des thèmes intensément liés à ce pays : religion, exaltation des pionniers, violence , etc. A conseiller aux plus grands de nos élèves...

 

 

 

Jeudi 5 novembre 2020

Aujourd'hui, j'ai un peu tardé à écrire cette rubrique. J'attendais les résultats de l'élection américaine. Mais ce n'est pas aujourd'hui (et probablement pas demain non plus) que le nom du prochain Président des Etats-Unis sera annoncé. La faute à un système un peu compliqué. Donc je vous enjoins à lire la presse pour vous tenir informé. La personnalité du Président américain peut avoir une influence sur nos vies

Beaucoup, dans la presse, s'étonnent du nombre considérable de voix obtenus par Donald Trump. Peut-être ne va-t-il pas être élu, mais c'est vrai que par rapport aux critiques qui ont accompagné sa présidence, on a du mal à comprendre sa (malgré tout) popularité. Lincoln (le Président qui abolit l'esclavage en 1865) disait (on suppose que c'est lui mais tout le monde n'est pas d'accord) à un adversaire qui critiquait les dépenses destinées à l'éducation :

Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, vous n'avez qu'à essayer l'ignorance.

C'est à se demander si certains électeurs américains n'ont pas suivi ce conseil...

Ci-dessous, la carte électorale au moment de rédiger cette rubrique. Elle est tirée du journal The New-York Times. Au CDI, quand on informe, on va à la source...

 

 

 

Mardi 3 novembre 2020

Je préfère vous le dire tout de suite, j'ai connu des retours de vacances plus légers. Il est inutile que je revienne sur la situation actuelle : pandémie, confinement, protocole sanitaire renforcé, menace terroriste et tout un tas d'etc.

J'ai trouvé que la minute de silence, hier, en hommage à Samuel Paty, effectuée dans la cour, en présence de toute la communauté scolaire a été particulièrement solennelle. Ce qui est la moindre des choses, mais qui auraient pu ne pas être.

***

Et puisque la vie continue, je rappelle que le CDI est fermé pendant les récréations et la pause méridienne. Le but, au moment où le virus recommence sérieusement à menacer, est qu'il y ait le moins de brassage possible entre les élèves, et c'est bien dommage (même si c'est indispensable) de ne plus voir au CDI des élèves de toutes les classes, avec des profils différents et un niveau scolaire contrasté.

Même si l'accès au CDI devient plus compliqué, il est toujours possible de récupérer la presse et de la lire. Aujourd'hui, la grande affaire concerne l'élection du Président américain (Biden vs Trump). C'est en Une du Sud Ouest et c'est le dossier d'Okapi.

                   

Beaucoup d'artistes se sont engagés en faveur de Joe Biden. Je ne prends pas partie (je n'ai pas le droit), je ne fais que constater une réalité. Ci-dessous, vous pouvez un clip de Jack Black (et de son groupe Tenacious D), un rocker qui ne se prend jamais au sérieux (on peut même dire qu'il en fait des tonnes). Manifestement, il préfère le candidat le plus à gauche. Parfois l'engagement politique aboutit à des trucs drôles.

Lundi 2 novembre 2020

 

 

 

 

 

Vendredi 16 octobre 2020

Aujourd'hui c'est vendredi et je vais vous parler d'amour. Et pourquoi d'amour ? Et pourquoi particulièrement le vendredi ? Si on s'en tient aux chanteurs poètes, il y a un lien. Alain Bashung chantait Aujourd'hui c'est vendredi et je voudrais bien qu'on m'aime (dans la chanson Gaby oh Gaby... et je profite de l'occasion pour saluer Gaby Orabé, l'ancienne gestionnaire partie dans un autre établissement). Et The Cure ont fait de Friday, I'm In Love un tube et une envie d'être amoureux le vendredi.

Plus sérieusement, si je veux vous parler d'amour aujourd'hui, c'est à cause de Mme Cledon. Et afin qu'il n'y ait pas de malentendus, je parle bien de Mme Cledon en tant que professeur de français. Aujourd'hui, ses élèves de Quatrième vont venir au CDI choisir un roman d'amour (au sens large du terme). J'ai fait une sélection d'une trentaine de romans parmi lesquels ils choisiront celui qui va les accompagner pendant ces vacances de la Toussaint

J'aime beaucoup le titre (et le contenu aussi) J'envie ceux qui sont dans ton coeur (une déclaration qui m'émeut toujours autant) de Marie Desplechin. Golden Valley raconte une rencontre amoureuse qui débouche sur une découverte du reste : le monde, l'état du monde, l'injustice, etc... Enfin Le choix de Giovanna aborde la question de la passion, de la raison, des envies, de la volonté des pères et de la trahison. C'est très très intéressant.

          

Je ne pouvais pas vous laisser sans vous proposer une chanson d'amour. Et comme ça fait une semaine que je ne vous ai pas parlé des Beatles, c'est une chanson de leur répertoire que j'ai choisi. Il s'agit de Something (écrite par George Harrison) que Franck Sinatra tenait pour la plus belle chanson d'amour jamais composée.

Bonnes vacances !

Jeudi 15 octobre 2020

Le sujet du jour, ce sont évidemment les dernières déclarations d'Emmanuel Macron sur la Covid. Certains élèves (pas les plus nombreux) espéraient un nouveau confinement. Dans l'immédiat, ce ne sera pas le cas. Pour tout savoir, venez lire le Sud-Ouest au CDI.

Et dans la rubrique "Occupez-vous de la politique avant que la politique s'occupe de vous", je voudrais rendre hommage aux élèves élus délégués de classe. C'est un premier engagement. En voici la liste :

6°A : Fleur ROUSSEAU - Théo DUPRAT

6°B : Kepa MAZ - Leia LAPEBIE

6°C : Xalbat BOURDE - Thomas RAZIMBAUD

5°A : Naia LARCEBAL - Julen BORDENAVE

5°B : CARRERA-SARCOU Julen - IRIGOIN Leo

5°C : DEMAT Lana - COLLIGNON Louis

4°A : ETCHEBARNE Laida - OLHARAN Léna

4°B : OYHAMBURU Oihane - MONTOLIEU CASTEL Mattin

4°C : MEURVIER Paul - BORDABEHERE Ines

3°A : CHOHOBIGARAT Lisa - ECHEVESTE Erika

3°B : MAZ Ekhi - CELLAN Maia

3°C : ITHURBURU Elllie - CASTILLON Thomas

Et parmi ces délégués, distinguons ceux qui représenteront l'ensemble des élèves lors du Conseil d'Administration. Il s'agit de Léo IRIGOIN et Louis COLLIGNON. Et afin de les identifier, voici leurs photos. Étant donné l'évolution du coronavirus, ce sera peut-être la seule occasion de voir leur visage...

   

 

 

 

Mardi 13 octobre 2020

Peu de temps aujourd'hui pour écrire mon billet. Il y a des jours où on ne voit pas le temps passé.

En lisant Sud Ouest ce matin, au CDI, il y avait un article sur la boutique éphémère du BAB2, consacrée à Harry Potter. Je n'en fais pas la pub, mais les sept volumes de Harry Potter continuent d'être très empruntés. C'était une occasion de le rappeler. Mais croire que Harry Potter n'est qu'une série à succès, c'est ne comprendre que partiellement son impact.

Dans un livre du CDI, La voix des femmes, on peut lire les grands discours féministes de l'Histoire. On y retrouve Angela Davis, Hillary Clinton, Christine Taubira ou Simone Veil. Et au milieu de ces grands dames, il y a aussi Emma Watson à la tribune de l'ONU, parlant du droit des femmes. Que ce soit bien clair, elle n'est pas dans ce livre pour son apport révolutionnaire à la cause des femmes, mais sa popularité est telle (grâce à Harry Potter, où elle joue le rôle d'Hermione) que sa voix est bien plus entendue que beaucoup d'autres.

La voix des femmes est au CDI, n'hésitez pas à venir le lire...

 

 

 

 

Lundi 12 octobre 2020

Saviez-vous qu'aujourd'hui, c'est la Fête Nationale en Espagne ? La date du 12 octobre a été retenue car le 12 octobre 1492, Christophe Colomb "découvrit" l'Amérique. Le 12 octobre est devenue aussi la date retenue par beaucoup de pays sud-américains pour commémorer la rencontre entre indiens et européens. L'ONU a décrété aussi le 12 octobre comme journée de l'hispanité, langue espagnole étant officielle dans pratiquement toute l'Amérique Centrale et du Sud, mais aussi dans deux pays africains et un pays asiatique.

Célébrer une culture et une langue, cela vaut toujours mieux que la dénomination argentine de cette date (il y a très longtemps) : 12 octobre, Dia de la raza. Il y a des intitulés qui sont devenus insupportables.

***

De nouveaux magazines sont arrivés ce matin. Science & Vie Junior consacre son dossier sur les traces de vie partout dans l'univers. Geo Ado, en revanche, nous déprime ou nous réjouit (selon le point de vue) avec une enquête sur tout ce qui sera connecté à l'avenir (vestes, baskets, mais aussi robots et maisons tout entières). C'est à se demander s'il y aura toujours de la vie sur notre planète.

En ce jour de l'hispanité, je vous laisse avec un des premiers tubes aux Etats-Unis, chanté en langue espagnole : La Bamba par Ritchie Valens (nous sommes en 1957). Juste pour vous rappeler que la langue espagnole et largement parlé aux Etats-Unis, 40 millions de locuteurs...

Vendredi 9 octobre 2020

La Une du Journal de Saint-Palais de ce jour (et lisible au CDI) revient sur la fresque au rond-point d'Aicirits consacrée à l'émigration basque. Je vous en parlais dès lundi dernier. Non, franchement, si vous voulez être informés de première main, ma rubrique est faite pour vous. En même temps, si vous voulez en savoir plus, la lecture du Journal de Saint-Palais est recommandable. L'article est long et précis. Déjà le titre dit tout : Une immense fresque en mémoire de l'émigration basque. Il est bon de rappeler que de tout temps et partout, il y a eu des émigrés. Parfois on émigre, parfois on accueille des immigrés. Il serait bon de ne pas l'oublier...

Prenons le cas John Lennon. Il est né et a grandi à Liverpool (Angleterre), cité portuaire qui a accueilli beaucoup d'immigrés (surtout irlandais). Par la suite il a lui-même émigré aux Etats-Unis. Et pour quelle raison je vous parle de John Lennon, musicien, écrivain et fondateur des Beatles ? Parce qu'aujourd'hui, il aurait eu 80 ans. Et vous savez bien que je ne rate jamais une occasion d'évoquer les Beatles, groupe qui a influencé absolument toute la musique que nous écoutons tous depuis 50 ans. Ci-dessous, la chanson Revolution qu'il écrivit en 1968.

Et puisque aujourd'hui c'est aussi l'anniversaire de Jacques Tati, je ne peux m'empêcher de vous dire quel grand cinéaste il fut. A la suite, vous avez une vidéo qui vous donne les trente raisons qu'il y a de regarder Mon oncle. Si un jour, au hasard d'une programmation télévisuelle, vous pouvez en profiter... n'hésitez pas !

Jeudi 8 octobre 2020

La classe de 3ème B travaille en ce moment, avec Mme Giraudel, sur le récit (auto)biographique. Logiquement, chaque élève est invité (et c'est le genre d'invitation qu'on ne peut pas refuser) à lire un livre en relation sur ce thème. Bien sûr, le CDI permet de lire toutes sortes de biographies, mais, cette année, nous avons été plusieurs à proposer des livres personnels qui n'ont pas été achetés par le CDI mais, en fonction de la réaction des élèves, ils pourront venir enrichir le fonds.

Parmi ces livres, il y a plusieurs bandes dessinées (auto)biographiques  : Maus (l'histoire d'un juif polonais pendant la guerre, racontée par son fils), Persepolis (La vie d'une jeune iranienne au moment de la Révolution Islamique), L'arabe du futur (la jeunesse d'un enfant franco-syrien au Proche-Orient) et Le petit Christian (la jeunesse d'un alsacien au moment crucial de sa vie : passionné de bandes dessinées et de super-héros, il découvre le trouble que provoque en lui les filles).

Autant vous dire que ces quatre BD (dont une est déjà au CDI) sont des oeuvres majeures, des livres multi-primés et reconnus comme parmi les meilleures. Et puis, les élèves de Troisième ont travaillé en Cinquième et en Quatrième sur la Bande Dessinée, avec la visite du Festival de la BD de Billère (5ème) et le concours de la BD 64 (4ème). Ils sont tout à fait familiarisés avec une bande dessinée de haut niveau, ambitieuse et enrichissante.

 La découverte (sans beaucoup d'explications) du port obligatoire du foulard pour des petites filles (Persépolis)

Riad souffrira toujours de ne plus être le magnifique petit garçon qu'il s'imagine avoir été (L'arabe du futur)

 Il y a des jours où on supporte mal sa mère (Le petit Christian)

 

 

 

Mardi 6 octobre 2020

En feuilletant le Sud Ouest (au CDI), ce matin, j'étais désolé de lire les annulations liées au Coronavirus : pas de fête d'Halloween à Biarritz et Garazi en Rose (course de soutien aux femmes atteintes du cancer à Saint-Jean Pied-de-Port) devenu virtuel.

Mais s'il n'y avait que ça ! Deux manifestations du collège, programmées en octobre habituellement, n'auront pas lieu. Il n'y aura ni cross, ni Cérémonie Républicaine de remise du Brevet. Quel dommage ! C'étaient des moments d'une convivialité différente. Les élèves se déguisaient avant de tout donner sur les sentiers (la plupart du temps) boueux du cross. Et lors de la cérémonie Républicaine, il n'était pas rare de voir des enseignants faire la bise aux anciens élèves (vous vous souvenez du temps jadis où on se faisait la bise sans craindre d'attraper un virus ?).

Ci-dessous, afin de nous souvenir, vous avez une photo de l'an passé des diplômés de l'année 2019. Et vous avez aussi deux photos du Cross de l'année 2017. En Sixième, c'est Anastasia Barneto qui avait remporté la course des filles de Sixième (on la voit récupérer, les mains sur les genoux). Chez les garçons de Sixième, Xan Arhanchet l'avait emporté. On le voit porté par une foule enthousiaste et colorée. Anastasia et Xan qui sont aujourd'hui en Troisième.

Quels temps bénis. Nous étions heureux et nous l'ignorions...

 

 

    

 

 

 

 

Lundi 5 octobre 2020

Il est temps de mettre à jour ce site. Surtout en ce qui concerne l'actualité musicale. Puisque Mme Duhart a succédé à Mme Darguy (j'allais écrire "a remplacé" mais tout le monde sait que Mme Darguy - comme nous tous - est irremplaçable), il est temps d'actualiser. D'abord, la rubrique "Musique confinement" de ce site disparait (ne la cherchez pas, je viens de vous dire qu'elle avait disparu). On y voyait des vidéos d'élèves créant de la musique avec les objets du quotidien. Je tiens à préciser qu'il ne s'agissait que d'objets de la cuisine, mais Mme Darguy avait de quoi faire travailler pendant plusieurs années de confinement, puisque toutes les pièces de la maison auraient été utilisées...

En revanche, la rubrique Jazz in College ne va pas beaucoup changer puisque le projet initié avec enthousiasme l'année dernière par Mme Darguy est repris à l'identique par Mme Duhart. Francis Cabrel sera à l'honneur. Dans cette rubrique, vous trouverez les chansons présentes lors du spectacle.

Normalement, je devrais vous laisser avec une chanson de Francis Cabrel, tirée du spectacle à venir, histoire d'enfoncer le clou. Sauf que ce matin, dans le journal Sud Ouest, un court article revient sur la fresque du rond-point d'Aicirits. Fresque qui a pour thème l'émigration basque aux Amériques. Dès 1604, des français (des régions atlantiques, dont le Pays Basque) émigrent en Amérique pour fonder l'Acadie (à peu près la Louisiane actuelle).

De cette Acadie, il ne reste pas grand chose. La langue française n'existe pratiquement plus. Mais il reste la culture et la musique. Jolie Louise est écrite en français et anglais par Daniel Lanois (de son album Acadie, justement). Elle est ici interprétée par Alain Souchon, Zachary Richard et Francis Cabrel (il fallait bien qu'il y soit si je voulais justifier cette digression).

Vendredi 2 octobre 2020

En ce 2 octobre, le dossier du journal Sud Ouest (et sa Une) est consacrée à la crise du sport professionnel. Sans public (ou très peu), beaucoup de clubs souffrent d'un manque de recettes. On peut se dire qu'il y a des sujets plus importants, mais on l'accepte parce que, c'est vrai, le sport comme spectacle passionne et fait vivre beaucoup de personnes (je le répète, les pages sportives sont historiquement les plus lus au CDI).

Mais alors que dire de l'article en page en page 15 de ce même Sud Ouest consacré à la nouvelle (?) chanson de David Olaizola : Il faut sauver nos bistrots ? Je crois que pas grand chose. Le format de ce billet m'empêche de dire tout ce que j'en pense (pas assez de place). Et que j'écrive dans le cadre d'un site officiel de Collège m'interdit de vous proposer le clip qui illustrerait mon propos (et vous devriez me remercier pour ça). Rappelons tout de même que David Olaizola est l'auteur de l'inoubliable Ne touchez pas à nos traditions (que vous ne verrez pas non plus ici).

Puisque l'époque veut qu'il faille sauver le sport professionnel et les bistrots (et pourquoi pas ?), je n'ai plus rien à ajouter...

Et je vous laisse avec une chanson de Sting (né le 2 octobre 1951). Il s'agit de If you love somebody set them free. Une certaine idée de la relation amoureuse...

Jeudi 1er octobre 2020

Le terme de génie est tellement utilisé à tort et à travers qu'il faudrait inventer un nouveau mot pour qualifier Quino. Ce dessinateur argentin, créateur de Mafalda (mais son oeuvre est beaucoup plus riche) est mort hier.

Si vous ne connaissez pas Mafalda, vous pourriez penser que c'est une bande dessinée infantile sans grand relief. Rien n'est moins faux (venez donc au CDI lire les recueils de Mafalda disponibles). A travers son héroïne, il a défendu les droits de l'homme, l'écologie, l'égalité, l'amitié. La preuve qu'il pouvait être cinglant, il a été interdit sous l'Espagne franquiste et dans plusieurs pays sud-américains.

Il avait participé à l'hommage à Charlie Hebdo (dont nous fêtons aujourd'hui le Cinquantième anniversaire) en 2015. Il était ami avec Wolinski (l'un des dessinateurs assassinés lors de l'attentat).

S'il avait su rendre hommage à ces autres dessinateurs, depuis l'annonce de sa mort, ce sont les auteurs contemporains qui ne cessent de reconnaître son talent et sa créativité.

Je ne vais parler aujourd'hui que de la réaction de Pénélope Bagieu. Elle est l'auteur (auteure ? autrice ?, je m'y perds) de la série des Culottées (à lire au CDI). Elle a écrit sur son compte Twitter : Quelle tristesse, la mort de Quino, un de mes dessinateurs préférés de tous les temps. Merci à lui d’avoir entre autres crée la meilleure petite fille de la BD, Mafalda.

Puisque Quino a beaucoup dessiné pour la cause des femmes, je profite de la citation de Pénélope Bagieu, en ce 1er octobre, pour saluer toutes les femmes artistes (où qu'elles soient) qui ont toutes une dette envers Quino et/ou Mafalda.

 

 

 

Mardi 29 septembre 2020

Aujourd'hui, je pensais vous parler des élections des délégués (qui arrivent début octobre). Déjà certains élèves sont venus au CDI pour préparer leur campagne électorale. C'est formateur, même si au niveau d'un collège, cette élection n'atteint pas le budget de l'élection américaine : 3 milliards de dollars.

 

Et puis, ce matin, est arrivé le nouveau numéro de Mon Journal Animal qui est exclusivement consacré au monde animal. Avec une double page consacrée à la chèvre. Et, aujourd'hui, j'avais envie de vous parler de cet animal qui est, certes un animal d'élevage, mais de plus en plus, un animal de compagnie.

    

En lisant l'article vous apprendrez plein de choses. Et je suis content parce que j'ai une excuse pour mettre plein de photos de chèvres sur le site. Or si je mets des photos de chèvres quand je parle de profs ou d'élèves, j'ai peur que cela soit mal pris...

Je termine en précisant que la chèvre est un personnage qui revient dans la littérature. J'ai deux exemples : La chèvre de Monsieur Seguin d'Alphone Daudet et Djali, l'animal de compagnie d'Emeralda dans Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Les deux textes peuvent être lus au CDI. Voici un extrait de l'adaptation en dessin animé du roman de Victor Hugo. On y voit Djali bondir et ruer...

Lundi 28 septembre 2020

Voulez-vous que je vous fasse une confidence ? Je ne serais pleinement heureux que lorsque tous les changements consécutifs au Covid auront disparu. Hier, Julian Alaphilippe a gagné brillamment le Championnat du Monde de Cyclisme sur route. Et naïvement, j'ai cru que le journal Sud Ouest allait réintroduire dans ses pages du lundi, le supplément Sport. Eh bien non ! Ce supplément qui a disparu avec l'annulation de toutes les compétitions sportives, en mars dernier, n'est toujours pas revenu. Ce supplément, qui était la rubrique la plus lue par les élèves... Si c'est pas malheureux !

Cela n'empêche pas le journal de consacrer sa Une et deux pages à cet événement... mais quelque chose nous manque...

***

Ces jours-ci, des élèves de 5ème A (et de Mme Bengochea) viennent au CDI travailler sur les grands explorateurs, navigateurs, découvreurs et conquérants du XVIème siècle. Chaque groupe occupé à connaître un grand nom de cette époque. Parmi eux, se trouvent Hernan Cortes, un conquistador espagnol qui s'empara (au nom de la Couronne d'Espagne) de l'Empire Aztèque (approximativement, le Mexique actuel) ou Francisco Pizarro qui anéantit l'Empire Inca (le Pérou actuel). Nul ne peut nier ni leur courage ni la sauvagerie qu'ils employèrent pour soumettre des empires entiers.

Ci-dessous, vous avez une vidéo de 4 minutes sur l'Histoire de l'Amérique Latine. Les deux premières résument très schématiquement (comment faire autrement en si peu de temps) la conquête espagnole.

Vendredi 25 septembre 2020

Aujourd'hui, se sont terminées les évaluations Sixième. En mathématiques et en français, pendant deux séances de 50 minutes chacune, les élèves ont répondu sur ordinateur à un questionnaire varié qui devrait permettre de situer le niveau de chacun. Et comme ces évaluations sont nationales, l'ensemble de ces évaluations permettra d'avoir une image exacte des acquis des élèves dans toute la France. Bilan intéressant en règle générale mais qui est particulière en cette année 2020 après un confinement et un retour à l'école très espacé, pour cause de coronavirus.

Du coronavirus, il en est question en Une du journal Sud Ouest (au CDI), avec les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement. Des mesures de plus en plus sévères et qui découragent certains sur la fin de l'épidémie. Et à la vérité, les infos (sportives, culturelles, politiques, etc.) ne sont pas très optimistes.

Alors pour ne pas trop déprimer, je vous propose la bande annonce d'un film qui sera au cinéma de Saint Palais, la semaine prochaine. J'ai vu l'info dans Le Journal de Saint Palais (qui est à peine moins déprimant que le Sud Ouest).

Il s'agit de de Antoinette dans les Cévennes, un film qui semble très drôle. Par ces temps troublés, une dose de rire est toujours la bienvenue.

Jeudi 24 septembre 2020

C'est arrivé hier et le journal Sud-Ouest y consacre deux pages pleines : Juliette Gréco est morte. Et je vois bien la difficulté qu'il y a de parler de cette chanteuse, qui a interprété les textes de Queneau, Gainsbourg , Léo Ferré, Jacques Brel, etc. à une époque où la chanteuse à la mode de cet été est Wejdene, dont la chanson Anissa a pour refrain : Tu prends tes caleçons sales et tu hors de ma vue (plusieurs profs de français ont eu des malaises en écoutant les paroles).

Juliette Gréco a côtoyé les plus grands artistes des années 40, 50 et 60, elle a été une star de la télévision du temps où il n'y avait qu'une seule chaîne en noir et blanc (Belphégor) et s'est battu contre le racisme en s'affichant avec son fiancé noir de l'époque : Miles Davis (elle est allée jusqu'à cracher sur un serveur qui refusait de les servir).

Et puisque mardi je parlais d'une chanson de Brassens qui actait la fin de tout (et même des chagrins d'amour), aujourd'hui, je vous laisse avec son interprétation des Feuilles mortes, sur un texte de jacques Prévert. C'est pas super drôle non plus. Mais c'est tellement beau...

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis

 

 

 

Mardi 22 septembre 2020

Dans le journal Sud Ouest du jour, on annonce un projet de la mairie de Saint Palais : la création d'un skate park. Et ça, c'est une bonne idée. Le projet en est à ses débuts. Demain, ce sera l'objet d'une réunion du Conseil Municipal. Je n'ai pas de réserve sur ce projet. En revanche, la photo illustrant l'article a-t-il un lien avec Saint Palais ? Ou n'est-ce qu'une photo pour rappeler à quoi ressemble un skate park ?

 

 

Le 22 septembre est aussi le titre d'une chanson de Georges Brassens. Il y est question d'une rupture amoureuse, c'est triste ! Tristesse amplifiée par la date : 22 septembre, premier jour de l'automne. Mais, pour Brassens, plus triste qu'une rupture amoureuse, il y a le fait, qu'après des années à se lamenter de cette rupture, on finit par ne plus rien ressentir du tout. Il conclut : Le 22 septembre aujourd'hui, je m'en fous/ Et c'est triste de ne plus être triste sans vous.

Je vous propose, ci-dessous de l'écouter. Elle en vaut la peine.

Et juste en-dessous, une chanson de The Weeknd, qui fait la couverture de I Love English. A lire évidemment au CDI. La chanson choisie est celle de son duo avec Lana Del Rey : Lust For Life. Je n'ai pas la place nécessaire ici pour dire tout le bien que je pense de cette chanteuse.

Lundi 21 septembre 2020

Par rapport à tous les événements de l'année 2020, on peut raisonnablement penser que le décalage du Tour de France n'a que très peu d'importance. Et c'est vrai ! N'empêche que c'est la première fois qu'il n'a pas lieu en juillet. Et qui dit juillet dit vacances, soleil et sieste devant la télé pendant que les coureurs cyclistes transpirent.

En septembre, on a eu du soleil, certes mais tout le monde était en classe et impossibilité de suivre le Tour de France de manière aussi assidue. Heureusement, le journal Sud Ouest (tous les jours au CDI) a donné une information complète sur cet événement. Consacrant sa Une à plusieurs reprises à cet événement.

Maintenant, c'est terminé ! Mais comme l'année a été un peu bousculée par le coronavirus, l'actualité sportive devrait être pleine de grands moments. A commencer par Roland Garros. Un prétexte pour lire le journal que je ne peux qu'encourager.

Pour ceux qui n'ont pu suivre la Grande Boucle aussi bien que les années précédentes, je vous laisse avec un résumé de France Télévisions. Les principaux temps forts y sont. Comme les deux premiers du Tour sont slovènes, c'est aussi un moyen de découvrir l'existence de la Slovénie. Et de savoir comment prononcer le slovène. Ainsi, le vainqueur s'appelle Pogacar, mais il faut dire Pogatchar. Avouez que de ne pas le savoir, vous auriez été malheureux...

Vendredi 18 septembre 2020

De tout temps, la principale recommandation des parents quand un enfant passait à table était : lave-toi les mains. De tout temps, je me souviens d'élèves passant à la cantine, à qui on demandait de se laver les mains. Selon les époques et les personnalités, surveillants, enseignants, chefs d'établissement veillaient à ce geste d'hygiène.

Evidemment, avec le coronavirus, tout a pris un autre sens. Le lavage des mains est constant au collège. Avant d'entrer au CDI, chaque élève doit passer par le gel hydroalcoolique (pas entièrement, bien sûr). 

Le magazine Géo Ado du mois d'octobre (à lire au CDI) a eu la bonne idée de faire un dossier sur les bienfaits de la propreté. Histoire de rappeler que se laver a toujours été important. Avant même l'apparition du virus. Il y a tout un chapitre consacré à la puberté (qui n'est pas une maladie), à la transpiration et aux odeurs qui vont avec. On découvre même quels sont les aliments qui nous font puer (l'expression est écrite telle quelle dans le magazine).

Vous avez du voir plein de vidéos consacrées aux bons gestes pour se laver les mains. Peut-être même en avez-vous assez d'entendre les mêmes choses. C'est compréhensible. Il n'empêche que c'est une question cruciale. Ci-dessous, une vidéo (plutôt) rigolote pour bien assimiler le lavage des mains.

Mardi 15 septembre 2020

Parmi les nouveautés du CDI (qui seront disponibles bientôt), trois romans abordent le même sujet. Celui des réfugiés en Europe. La nouvelle de Cassandra O'Donnell (une jeune syrienne intègre une classe en Bretagne), La vallée aux merveilles de Sylvie Dehors (Une adolescente va chez sa tante dans une vallée à la frontière italienne ; elle découvre le réseau d'aide aux migrants sans papiers) et N'oublie pas de penser à demain de Siobahn Curham (Stevie, vivant avec une mère dépressive et Hafiz, fuyant la Syrie en guerre se lie d'amitié).

Les trois romans sont très intéressants. Je le sais, je les ai lus. Mais c'est moi qui vous le dit, vous n'allez pas me croire. Aussi, aujourd'hui, je vais vous donner à lire ce qu'en pensent ceux qui savent (blogs littéraires, magazines culturels et librairies).

La nouvelle :

J’ai vraiment apprécié ce très court roman d’actualité. Cet ouvrage permet de mieux comprendre la vie des réfugiés syriens pour les plus jeunes (...) il serait idiot d’oublier les origines de nos ancêtres et de critiquer les réfugiés qui fuient la guerre, qui ont choisis de vivre…

Vibration Littéraire

 

La vallée aux merveilles

L’urgence traverse tout son texte, la nécessité de dire, d’alerter, de transmettre. Son livre se situe ainsi entre documentaire et fiction, sans que la forme, l’écriture en particulier, ne soit sacrifiée. Il s’adresse aux jeunes adolescents qui, comme Jeanne, ne savent pas grand-chose de ces réalités. Il pose des questions fondamentales, philosophiques et politiques, sur l’engagement, la solidarité, l’humanisme. L’évolution du personnage de Jeanne, du repli sur soi à l’ouverture aux autres, donne sa dynamique romanesque à l’ensemble. Une belle manière d’engager le débat.

Télérama

N'oublie pas de penser à demain

Ces deux-là n'auraient pas dû se rencontrer et encore moins devenir amis et pourtant, ils vont se retrouver assis l'un à côté de l'autre sans qu'ils l'aient décidé. Au début, forcés de se parler, ils vont petit à petit, apprendre à se connaître. Lorsqu'un jour Hafiz décide de sécher suite à une remarque raciste et que, contre toute attente, Stevie va le suivre, ils ne se quitteront plus. Grâce à leur amitié, ils vont panser leurs plaies et commencer à oublier leurs souffrances.

Ce roman, très touchant, est d'une incroyable justesse. Tout en parlant de faits de sociétés importants, l'auteur ne va jamais dans le cliché et nous montre à quel point la générosité et la tolérance vont permettre aux personnages d'avoir de nouveau confiance en l'avenir et dans leurs rêves.

Sorcières

 

 

 

Lundi 14 septembre 2020

Avant les vacances, nous avons su que le Concours de BD du Département 64 était reconduit en 2020/2021. Je rappelle le principe : les élèves de Quatrième (de tout le département) choisissent la meilleure Bande dessinée de l'année, sur le thème, cette fois-ci, des sciences. Ce sont les prof de français (de ce niveau) du collège, Mme Cledon et Mme Denays, qui s'occuperont d'encadrer (en toute liberté) le choix des élèves. Le thème étant ce qu'il est, Mme Etchegaray sera aussi impliquée.

Les Bandes Dessinées sont au collège et commencent à circuler. Et aujourd'hui, je vais vous parler d'un des six albums sélectionnés : Apollo 11. Les premiers pas de l'homme sur la lune de Céka et Yigaël.

L'album est sérieux et documenté. Et il rend compte avec clarté de ce que furent les étapes vers l'envoi d'un homme sur la lune. Il y est question de la rivalité avec l'URSS (actuelle Russie), de la guerre froide et des morts survenus au cours de tentatives avortées.

On y apprend que l'optimisme des Etats-Unis sur la réussite de la mission Apollo 11 était toute relatif. Le Président de l'époque, Richard Nixon, ayant même enregistré deux discours, un prévu en cas de mort des astronautes.

 

Evidemment, si on parle de Bande Dessinée et de voyage sur la Lune, il est difficile de ne pas faire référence à Tintin dans Objectif Lune et On a marché sur la Lune. Tintin ayant foulé le sol lunaire 15 ans avant Neil Armstrong.

De ces albums, on retiendra surtout la magnifique esthétique de la fusée lunaire. Aucune conquête spéciale n'a pu rivaliser avec cette fusée là.

Enfin, si le sujet vous intéresse, un film (relativement) récent est assez proche de la Bande Dessinée de Céka. Il s'agit de First Man. Neil Armstrong est joué par Ryan Gosling. Guettez sa diffusion à la télévision. Voici la Bande Annonce.

Jeudi 10 septembre 2020

Les élèves de Cinquième de Madame Bengochea vont venir demain chercher un livre au CDI sur le thème de l'aventure. Centré sur les aventures maritimes de la Renaissance, ce thème peut aussi être vu au sens large.

Evidemment, une sélection a déjà été effectuée par le documentaliste (oui, aujourd'hui est un jour où je parle de moi à la Troisième Personne). Elle est suffisamment variée pour que chacun trouve chaussure à son pied. Cela me permet de parler d'un livre du CDI sorti il y a dix ans : Mesdemoiselles de la vengeance. Ce roman de Florence Thinard narre les aventures de quatre jeunes femmes qui n'ont qu'un seul objectif : faire payer au Commodore (un horrible pirate) ses crimes et ses infâmies. Chacune pleure son honneur, la perte d'êtres chers ou sa ruine. Elles embarquent sur un bateau et défient la force et se battent contre la place accordée aux femmes... Il y a de l'action, de l'émotion et de la revendication. Vous l'aurez compris... Si je devais choisir un seul livre sur ce sujet...

 

 

 

 

Mardi 8 septembre 2020

Normalement à l'heure où j'écris ces lignes, tous les nouveaux élèves (ceux des classes de Sixième et une poignée parmi les autres classes) ont reçu leurs codes pour ouvrir une session sur les ordinateurs du collège et les codes d'activation pour aller sur Argos (ou Osé), qui permet ensuite d'aller sur Pronote. Evidemment, assimiler tous ces codes, ces activations, il y a parfois des dysfonctionnements (sans préjuger de la fiabilité des machines).

Mais il est peut-être temps de parler d'autres choses (au moins momentanément, parce que l'angoisse des enfants et des parents par rapport aux différents mots de passe est bien réel).

Comme tous les ans, nous avons reçu le numéro de rentrée d'Okapi (magazine arrivant au CDI tous les quinze jours). Et comme tous les ans, ce premier numéro est consacré à la découverte du collège par les élèves de Sixième. Un dossier complet et rigolo répond aux questions les plus urgentes et les moins importantes : A quoi servent les casiers ?  Si un prof est absent, peut-on rentrer chez nous ? Y a-t-il du harcèlement ? Comment les parents savent-ils mes notes ? A-t-on le droit d'avoir son téléphone au collège ? Etc. Etc. Etc.

Les rédacteurs des réponses sont : deux collégiens, une prof de français, un prof de maths, une CPE et une journaliste d'Okapi. Je suis quand même un peu vexé que personne n'ait pensé à demander à un(e) documentaliste. Histoire de se sentir exister.

 

 

 

Lundi 7 septembre 2020

Si vous me lisez régulièrement, vous savez que je ne suis plus tout jeune, aussi vous ne serez pas surpris si je vous dis que je n'ai qu'une hâte, c'est que la vie redevienne comme avant la Covid-19. Je suis un homme d'habitudes. Hélas ! Ce n'est pas pour tout de suite.

Même dans les détails, les changements me contrarient. Ainsi, dans le journal Sud Ouest, que nous recevons tous les jours au CDI, le lundi était la journée du Supplément Sport. Ce supplément n'est pas encore revenu alors qu'il commence à y avoir de la matière (Tour de France, Open de tennis des Etats-Unis, Ligue 1, Top 14, etc.). Cela étant, les informations sont dans le journal (mais éparpillées).

Je sais que certains d'entre vous pensent que l'information sportive est secondaire. Je ne suis pas d'accord. Ainsi, on peut apprendre que l'actuel maillot jaune sur le tour est slovène (Primoz Roglic) et le maillot vert est slovaque (Peter Sagan). Pour beaucoup, c'est la découverte que ce deux pays ne sont pas le même.

Et quand même, parmi les choses qui, peu à peu, redeviennent ce qu'elles étaient, il y a le cinéma. Pas de programme au CDI, mais des films sont projetés. Cette semaine, vous pouvez voir au Cinéma de Saint Palais Effacer l'historique. Il semblerait que ce soit drôle et de qualité. Voici la bande-annonce.

Vendredi 4 septembre 2020

Aujourd'hui, je suis d'humeur joyeuse. Et pourquoi donc ? Parce que les choses s'améliorent. Prenons un exemple : Le Journal de Saint Palais. Il arrive au CDI tous les vendredis depuis toujours (c'est à dire depuis que j'y travaille, c'est à dire depuis plusieurs décennies, et notez bien que ça ne me fait pas plaisir d'écrire une chose pareille). Je mentirais si je disais que ce titre est ma lecture préférée. Et je comprends bien le rôle capital qu'il joue sur le canton, et les informations sont toujours lues avec intérêt (surtout les morts et les naissances).

Dans le numéro d'aujourd'hui, il est question d'un concert de Gogotik le 12 septembre au Complexe Saint-Louis, l'Ecole de musique Amikuze reprend pleinement ses activités, et en matière sportive, il y a des articles sur l'athlétisme, la pelote basque et le rugby. Toues ces activités ont été interdites pendant de longs mois et savoir que Saint-Palais a affronté Montfort-en-Chalosse me comble de joie. C'est le retour à une certaine normalité (alors qu'habituellement, Montfort-en-Chalosse... bof).

Je rappelle que vous pouvez lire Le Journal de Saint-Palais au CDI qui, peu à peu, reprend une activité normale...

Je suis tellement de bonne humeur qu'au lieu de vous parler du 150ème anniversaire de la République (date ô combien importante), je vais vous rappeler qu'aujourd'hui, c'est le 39ème anniversaire de Beyonce. Histoire de finir en beauté... Ci-dessous, un duo qu'elle forma avec Prince. On y entend Purple Rain et Crazy In Love...

Jeudi 3 septembre 2020

Malheureusement, cette année scolaire commence comme c'était fini la précédente : nous porterons tous des masques. Et comme parfois lors des journées de rentrée, le site a connu quelques difficultés techniques (mais on ne peut pas exclure que le documentaliste lui-même ait eu du mal à démarrer).

Mais il s'agit d'être optimiste. Aujourd'hui est le premier jour avec la présence de tous les élèves. Lundi c'était la rentrée des enseignants, mardi, ce sont les sixièmes qui ont découverts seuls le collège et hier, les autres classes ont repris le chemin du collège.

Pour les nouveaux lecteurs, je signale (par exemple) qu'à la rubrique Présentation vous avez les noms des professeurs principaux et de qui fait quoi dans le collège : Cuisiniers, Agents, Administration, etc. La rubrique Restauration vous donne le menu de la semaine (vous apprendrez ainsi que demain il y a du salmorejo, chic !). Au fur et à mesure, vous découvrirez ce site...

De temps en temps, je donne à écouter une chanson pour égayer vos journées. Celle d'aujourd'hui est signée Pink Floyd (un groupe un peu daté), le titre : Another Brick In The Wall. Et si vous vous penchez sur les paroles, il n'est question que d'une école qui broie les scolaires. Alors pourquoi je vous la propose ? Parce que le réalisateur du film utilisant cette chanson, Alan Parker, est mort cet été. Et la chanson a été importante pour des générations de collégiens (et lycéens). Et le clip est pas mal...